Holcim empêtrée en Birmanie

Cérémonie de LafargeHolcim au Myanmar, 2014 © UMA/FB

En 2019, une enquête de l’ONU révélait que LafargeHolcim entretenait des relations étroites avec le MEHL, un conglomérat contrôlé par l’armée birmane. Le cimentier affirme qu’il avait quitté le pays. Pourtant à ce jour il n’a toujours pas liquidé son entité juridique inactive au Myanmar et les défenseurs des droits humains s’impatientent

Dans la foulée du coup d’Etat perpétré par l’armée birmane le 1er février, et qui a déjà fait plus de 760 morts, le député Nicolas Walder a demandé au Conseil fédéral de s’assurer que les activités des entreprises suisses ne soient pas liées aux conglomérats MEC et MEHL, contrôlées par l’armée. Mais y en a-t-il ? La réponse se trouve dans Les intérêts économiques de l’armée du Myanmar, un rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies qui détaille les intérêts économiques de la Tatmadaw, la puissante armée birmane. En 2017, en pleine crise des Rohingyas, l’ONU a dépêché au Myanmar (appelé anciennement Birmanie) une mission d’enquête internationale pour essayer d’assécher les finances de l’armée, responsable des « crimes les plus graves en droit international ». Dans les Etats Shan et Kachin du nord du pays, où se trouvent les mines de jade et de rubis et les plantations extensives de bois, l’armée était accusée de travail forcé et violences sexuelles et, dans l’Etat du Rakhine, de génocide envers les Rohingyas.

En 2018, LafargeHolcim a quitté le Myanmar en catimini

Parmi les 44 entreprises ayant des liens commerciaux avec l’armée birmane, le rapport mentionnait une multinationale suisse, active au Myanmar depuis 2014 : LafargeHolcim, le plus grand cimentier du monde, dont le siège est à Zoug. Une de ses filiales, Thilawa Cement and Building Materials, était accusée de partager le conseil d’administration avec une filiale du MEHL. Le rapport recommandait de couper toute relation commerciale avec les deux conglomérats contrôlés par l’armée.

LafargeHolcim l’a-t-elle fait ? « L’entreprise a décidé de quitter le pays en 2017 et a cessé ses activités en 2018. Nous sommes en train de liquider l’entité juridique inactive au Myanmar et avons demandé sa radiation auprès du tribunal compétent de Yangon (ce qui implique bien sûr que l’entité juridique inactive n’a plus d’employés) » nous répond un porte-parole.

Pourtant les experts de l’ONU l’ignoraient : « Lorsque nous avons publié notre rapport en 2017, nous n’avions pas connaissance d’une annonce publique d’une quelconque décision de LafargeHolcim de quitter le Myanmar » nous déclare Chris Sidoti, l’un des enquêteurs. « Ont-ils pris cette décision en 2017 ? On ne nous l’a pas dit. Ont-ils fait une annonce publique à ce moment-là ou en 2018 lorsqu’ils disent avoir cessé leurs activités ? Nous n’en avons pas eu connaissance. Ni personne d’autre. »

LafargeHolcim affirme avoir quitté à cause de « la situation »

Pourquoi LafargeHolcim a-t-elle quitté le Myanmar en 2018 et ne l’a annoncé que deux ans plus tard ? « En 2017, quand le conseil d’administration a pris connaissance de la situation, il a décidé de quitter le pays. L’entreprise a immédiatement cessé ses activités qui ont pris un terme en 2018. C’était une activité non-matérielle pour le groupe, qui ne nécessitait pas de communication globale. Depuis, l’entreprise est inactive, il n’y a pas d’employés, pas de vente, mais le processus de désenregistrement prend du temps », nous assure le porte-parole.

La première annonce a été faite en juillet 2020, après une enquête menée par un journaliste de la Sonntagszeitung par suite du rapport de l’ONU. Il a révélé qu’après avoir investi 11 millions de francs au Myanmar, LafargeHolcim était en train d’essayer de se débarrasser de l’affaire en la vendant à deux actionnaires minoritaires liés aux entreprises contrôlées par la junte. Selon le journaliste, ce sont ses questions qui ont décidé LafargeHolcim à arrêter la transaction et à liquider l’entreprise au lieu de la vendre, quitte à perdre deux millions de francs – ce qui lui a permis d’éviter de justesse un énième scandale, après celui de Daech en Syrie.

Christ Sidoti est sceptique : « Si LafargeHolcim a cessé sa collaboration avec les militaires du Myanmar, c’est une bonne chose. Néanmoins, il est intéressant de constater que, trois ans après leur prétendue décision, ils n’ont toujours pas liquidé leur « entité juridique inactive ». En fait, ils continuent à remplir des déclarations d’entreprise au Myanmar. Ont-ils vendu leurs actifs au Myanmar ? Pas avant juillet 2020, selon le journaliste suisse qui s’est rendu sur place à l’époque. »

Déclaration annuelle rendue le 26 avril

La Direction des investissements et de l’administration des entreprises du Myanmar indique sur son site internet que l’entreprise a rendu une déclaration annuelle le 26 avril et que la prochaine est due dans un an. Le porte-parole de LafargeHocim affirme qu’il s’agit d’une formalité obligatoire que toutes les entreprises du Myanmar doivent remplir tant que la société est enregistrée et même si elle est inactive. Mais ce n’est pas un rapport d’activités, ni une déclaration financière.

Des déclarations qui ne convainquent pas Yadanar Maung, porte-parole de l’ONG Justice for Myanmar : « Il n’y a eu aucun changement sur le papier concernant les activités de LafargeHolcim au Myanmar, qui sont liées au conglomérat militaire MEHL. LafargeHolcim maintient ses dossiers d’entreprise à jour au lieu de couper les liens avec les militaires, comme le recommandait la mission d’évaluation des Nations Unies. LafargeHolcim doit cesser de traîner les pieds et liquider son entreprise de manière à respecter ses obligations internationales en matière de droits humains et à empêcher ses partenaires militaires de réaliser des profits. L’armée du Myanmar fonctionne comme un gigantesque cartel institutionnalisé qui vole les richesses du peuple birman et finance les atrocités. Lafarge Holcim doit mettre fin à sa complicité avec ce cartel », nous déclare-t-il.

Sur place, la situation devient toujours plus compliquée. Le 16 avril, le Myanmar a formé un gouvernement d’unité nationale, sur la base de la nouvelle Charte fédérale de la démocratie publiée le 31 mars. L’existence de deux groupes (les forces armées et le gouvernement d’unité nationale) qui prétendent être le gouvernement national pourrait impliquer que le secteur privé restant sera bientôt confronté à la difficile question de savoir à quelles lois et procédures il devra obéir et à qui il devra payer des impôts.


Lafarge empêtrée avec Daech en Syrie

2019 a été décidément une année noire pour LafargeHolcim : le 7 novembre, la justice française a confirmé sa mise en examen pour financement du terrorisme. Le cimentier est soupçonné d’avoir versé près de 13 millions d’euros à des groupes djihadistes en Syrie, dont Daech, pour maintenir les activités de son site. Dans une question déposée au Parlement en 2017, Mathias Reynhard avait demandé au Conseil fédéral comment il s’assurait que LafargeHolcim ne collaborait plus avec des groupes terroristes. Celui-ci avait répondu que les faits reprochés remontaient à 2013 – 2014, avant la création du groupe LafargeHolcim en juillet 2015 et que la législation suisse n’était donc pas applicable à l’époque.


Trois entreprises occidentales liées à l’armée en 2019

Selon le rapport de l’ONU (septembre 2019), trente officiers de haut rang, à commencer par le général Min Aung, possédaient et contrôlaient deux conglomérats, le Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL) et le Myanmar Economic Corporation (MEC), qui a leur tour possàdaient pas moins de 106 entreprises dans tous les secteurs économiques – de la construction à l’extraction de pierres précieuses, en passant par l’assurance, le tourisme, la manufacture et la banque – auxquelles il fallait ajouter 27 entreprises étroitement affiliées au MEHL et au MEC par le biais de structures corporatives.

14 entreprises étrangères avaient des joint-ventures et 44 au moins d’autres formes de liens commerciaux avec les entreprises de la Tatmadaw. Les entreprises en joint-venture étaient toutes asiatiques (surtout de Corée du Sud, Japon et Chine). Les entreprises ayant des liens contractuels ou commerciaux aussi (surtout chinoises, singapouriennes, sud-coréennes et indiennes) à l’exception notable de trois entreprises européennes : la franco-suisse LafargeHolcim, la française Oberthur Technologies (qui appartient au groupe Idemia) et la belge Newtec.

Seize entreprises étrangères (surtout russes, chinoises et indiennes) vendaient des armes à l’armée birmane et sept, dont quelques européennes, du matériel technologique à double usage.

Les experts recommandaient aux Etats membres de l’ONU de mettre en œuvre des sanctions ciblées, y compris des interdictions de voyage et le gel des avoirs des patrons de la Tatmadaw. Le 25 mars, les Etats-Unis ont adopté des sanctions contre le MEC et le MEHL. Le 19 avril, l’Union européenne a imposé à son tour des sanctions contre les deux conglomérats. Le 30 avril, la Suisse a pris aussi des sanctions contre le MEC et le MEHL.


Une version de cet article a été publié dans Le Courrier du 4 mai 2021

Isolda Agazzi

Isolda Agazzi est la responsable du bureau romand d’Alliance Sud, la coalition des principales ONG suisses de développement. Après des études en relations internationales à Genève et des voyages aux quatre coins du monde, elle travaille depuis plus de 20 ans dans la coopération internationale, en Suisse et dans les pays du Sud. Elle est journaliste RP et a enseigné à l’université en Italie.

7 réponses à “Holcim empêtrée en Birmanie

  1. Les avions Pilatus sont utilisés par la junte militaire du Myanmar !
    Holcim n’est pas la seule société Suisse a cacher ses activité:
    Savez vous combien il y a de PC-7 et 9 utilisé par l’armée du Myanmar?
    Voilà un bon complément d’enquête à votre sujet ….

    1. Merci pour votre commentaire. Le rapport de la mission d’enquête de l’ONU ne s’est pas intéressé à TOUTES les entreprises étrangères actives au Myanmar, mais à celles qui avaient (et ont peut-être toujours) des joint-ventures et “d’autres formes de liens commerciaux étroits” avec l’armée birmane, par le biais des deux coonglomérats MEHL et MEC. Il ne mentionne pas Total non plus, par exemple, dont il est beaucoup question en ce moment

  2. J’aimerais vous voir dénoncer également la corruption et les exactions des ONGs en Birmanie… mais bon, contrairement à la Charte du Temps, vous ne publierez même pas mon commentaire…

    1. Je publie tous les commentaires. Peut-être pourriez-vous vous identifier, ça serait plus transparent que de se cacher derrière un pseudo

  3. Je ne vois pas le problème. Holcim est dans le business du ciment, pas d’autre chose. Pour vendre du ciment il faut discuter avec les responsables au pouvoir dans chaque pays, peu importe leur tendance politique.

    1. Comme vous avez raison, finalement on s’en cogne que des entreprises financent des groupes terroristes, soutiennent des gouvernements coupables des pires exactions. La morale n’a rien à faire avec le business, tout est permis. Tant que mon petit coin de pays continue à prospérer dans la tranquillité et que mon deuxième pilier s’abreuve du sang et des larmes des autres les plus lointains possible. Du moment que je peux planifier ma retraite dans mon camping bus à sillonner l’Europe avec maman à mes côtés …

  4. PILATUS en service actuel au Myanmar:
    – 10 avions Pilatus PC 9
    – 16 avions Pilatus PC 7
    Ces avions sont vendus avec possibilités d’armements suivants:
    l’avion peut transporter jusqu’à 1040 kg (2 293 Ib) de munitions, y compris des bombes, des bombes à sous-munitions (!), des nacelles de lance-roquettes Airs Sol, des nacelles pour canon ou mitrailleuses légères et les rampes de largage.
    Ces avions sont pourvus de 6 points d’accroches externes pour ces armements.
    Ils sont régulièrement inspectés par les services de maintenances de Pilatus. Un sous-traitant “technique” remontent l’ensemble des problématiques techniques à l’usine ….
    Donc Pilatus connait parfaitement l’utilisation qui est faite de ces avions !
    Et ben mince alors ! On nous dit que c’est des avions innofensifs pour l’écolage ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *