Le lithium, une fausse bonne idée?

Après la Bolivie et le Chili, l’Argentine s’est lancée dans l’extraction du lithium, composante essentielle des batteries d’ordinateur et des voitures électriques. Mais l’impact sur l’environnement est important et certaines communautés autochtones s’y opposent fermement.  

No al litio (non au lithium) est écrit sur un panneau à l’orée de Salinas Grandes, un désert de sel situé à 3’350 m d’altitude dans la province de Salta, au nord-ouest de l’Argentine. C’est l’un des côtés du « triangle du lithium » qui, à cheval entre la Bolivie, le Chili et l’Argentine, recèle 70% des réserves mondiales de ce minerai. Un nouvel or blanc indispensable à la production des batteries qui entrent dans la composition de nos smartphones, ordinateurs et voitures électriques et dont la demande explose, surtout depuis que Tesla s’est lancée dans la construction à grande échelle de voitures électriques et que les autres constructeurs automobiles essaient de lui emboîter le pas.

Beaucoup moins connue que ses voisins andins, l’Argentine est désormais le 3ème producteur mondial de lithium, après l’Australie et le Chili. Si la production n’y atteint pas encore celle du désert d’Atacama, dans le Chili voisin, 53 projets d’extraction sont en cours dans les provinces de Salta, Jujuy et Catamarca, financés par des capitaux étrangers à hauteur de 2 milliards USD.

Près de deux millions de litres de solution saline pour extraire une tonne de lithium

Pourtant l’impact sur l’environnement est énorme: pour produire une tonne de lithium il faut environ deux millions de litres de solution saline.

La Fundacion Ambiente y Recursos Naturales (« Lithium extraction in Argentina » 2019), qui  a interviewé les dix communautés vivant près de deux salines, le Sales de Jujuy et Minera Exar, constate qu’elles sont partagées. Certaines voient dans le lithium une opportunité d’emploi dans une région qui n’en offre aucune à part l’extraction minière – les hautes Andes sont très riches en minerais (or, argent, plomb, zinc, etc.) et la plupart des hommes travaillent dans les mines depuis toujours, ou alors les familles pratiquent l’élevage, l’agriculture de subsistance et un peu d’artisanat. D’autres s’inquiètent de l’impact à long terme du lithium sur l’environnement, à commencer par la baisse de la nappe phréatique, affirmant que des bêtes ont déjà commencé à périr. Soit elles s’opposent carrément à l’extraction du lithium, soit elles voient l’impact sur l’environnement comme un dégât collatéral, un mal nécessaire à un certain développement économique. Il faut souligner que l’extraction du lithium a un impact sur tout l’écosystème, avec des effets imprévisibles à ce jour et qui risquent d’affecter bien plus de personnes que les peuples autochtones de l’Altiplano.

Communautés autochtones peu ou mal consultées

85% des sondés des deux communautés situées le plus près des lieux d’extraction affirment ne pas avoir été consultés. « Il y a un déséquilibre énorme entre les communautés, qui attendent des emplois, et les multinationales. Le processus de consultation devrait avoir lieu avec la participation de l’Etat, mais à Jujuy cela n’a pas été le cas », affirme l’étude.

« D’une façon générale, les peuples indigènes sont dispersés, divisés, marginalisés et vulnérables. C’est pourquoi il est assez facile de “persuader” certaines communautés de la justesse d’une initiative. Étant très pauvres, ils se contentent de très peu. J’ai donc beaucoup de doutes sur ce que les compagnies de lithium disent des accords passés avec les communautés » commente le professeur Graziano Ceddia, du Centre pour le développement et l’environnement de l’Université de Berne, qui mène un projet de recherche avec les communautés autochtones dans la province de Salta.

Au Chili, d’où provient depuis 20 ans le 40% du lithium extrait dans le monde, les communautés autochtones autour du désert d’Atacama sont fortement mobilisées contre l’expansion des licences minières et elles ont porté plainte devant trois tribunaux, dont la Cour interaméricaine des droits de l’homme.


Pain pour le prochain plaide pour le recyclage du lithium

En Suisse, les œuvres des Eglises, Pain pour le prochain et Action de Carême, commencent à travailler sur le lithium et d’autres matières premières dans le cadre de leur analyse des chaînes de production de l’électromobilité. « Notre souci, c’est le besoin d’extraire toujours plus de matières premières pour fabriquer les batteries, qui sont l’élément central dans ces véhicules, souligne Karin Mader, la responsable du dossier. Nous aimerions savoir quel type de véhicules utilise quel type de batteries et d’où proviennent les matières premières de ces batteries. Ce que nous demandons, c’est la transparence dans les chaînes d’approvisionnement. L’électromobilité est saluée comme la solution à la crise climatique, mais nous soupçonnons que cette solution cause des dégâts sociaux et environnementaux si l’extraction ne se fait pas de manière respectueuse de l’environnement et des populations locales. »

Les deux organisations militent donc pour ne pas extraire à chaque fois de nouvelles matières premières du sous-sol, mais pour les recycler. Le problème est le suivant : le recyclage est courant pour certains métaux lourds (comme le cuivre et le nickel), mais pour le lithium il est techniquement plus difficile et donc plus cher. « Le pouvoir politique devrait définir un cadre et promouvoir le recyclage des matières premières problématiques comme le lithium, ce qui nécessitera un important engagement au niveau de la recherche et la mise en place d’usines spécialisées. Ce n’est pas gagné car l’extraction est encore trop bon marché. Pourtant, on ne peut pas prétendre résoudre la crise climatique au moyen de l’électromobilité sans résoudre les nouveaux problèmes causés par la production des batteries», conclut Karin Mader


Une version de cet article a d’abord été publié par Le Courrier 

Isolda Agazzi

Isolda Agazzi est la responsable du bureau romand d’Alliance Sud, la coalition des principales ONG suisses de développement. Après des études en relations internationales à Genève et des voyages aux quatre coins du monde, elle travaille depuis plus de 20 ans dans la coopération internationale, en Suisse et dans les pays du Sud. Elle est journaliste RP et a enseigné à l’université en Italie.

10 réponses à “Le lithium, une fausse bonne idée?

  1. Madame,
    Vos articles, bien documentés, à la fois techniques, complets et plein d’humanité sont porteurs et essentiels, et toujours agréables à lire.
    Je suis heureux d’être abonné à votre blog et souhaite que d’autres, et toujours plus nombreuses, nombreux le soient aussi !
    Merci, avec soutien et persévérance.
    Cordialement vôtre,
    Christophe Barbey

  2. Il me semble avoir lu que Bill Gates aurait des solutions pour une extraction “écologique”, ou sans doute moins polluante?

  3. Madame,
    Bravo pour votre article. J’avais déjà vu un reportage à la RTS très edifiant sur les impacts négatifs de cette extraction pour des populations locales totalement abandonnées à leur triste sort.
    Il est cependant déplorable que ces faits insupportables soient couverts par le bruit sourd de la tendance actuelle dite “verte”, qui ne se soucie que du bien-être de classes sociales riches américano-européennes, très marquées politiquement avec la complicité silencieuse des relais médiatiques embrassant cette même tendance.

  4. Madame,

    Il me semble que le véritable problème est plus la manière dont les multinationales fonctionnent que le lithium lui-même. Il existe diverses méthodes d’extractions plus ou moins respectueuses des populations locales et de l’environnement.

    Cordialement,
    Daniel

  5. Excellent article merci.

    Le lithium n’est pas facile à recycler et pour le moment les volumes sont relativement faibles. Ce qui est encourageant est que la norvège qui pousse fortement à une transition électrique a abordé le problème avec les industriels et des méthodes existent. On peut espéré que cette approche sera partagée au moins par les pays de l’UE.

    Ce qui est très intéressant c’est que les réserves de Lithium sont insuffisantes pour supporter une électrification complète du secteur au niveau global. Le gaspiller en ne le recyclant pas est une bêtise affligeante. Cela signifie aussi qu’il ne sera qu’un étape temporaire en attendant qu’un remplacement puisse être déployé au niveau industriel (px avec le potassium, bien plus abondant). Il est triste de voir que la tragédie des ressource se répète ad nauseam, avec des population locales subissant des externalités négatives de longue durées tout en ne recevant que quelques miettes du gâteau.

  6. le lithium n’est pas la voie unique , l’homme ne manquant pas d’imagination ni de ressources . J’ai lu dernièrement que l’on pourrait développer des batteries au potassium bien plus répandu.
    D’autre part l’option hydrogène reste ouverte pour le stockage de masse qui ne peut être réalisé avec de simples batteries …
    La transition énergétique ne fait que commencer et bien d’autres technologies verront le jour ces prochaines décennies , incluant des méthodes de recyclage toujours plus efficaces .

  7. Bonjour,
    Merci et bravo pour votre article.
    Je m’intéresse à ce sujet de lithium depuis qu’il est dit que le Portugal (pays de mes parents) est le nouveau pays de l’or blanc! Bien évidemment il faut se renseigner et ne pas forcément tout croire tout entendre! Je me permets dire ça car tout les appels d’offre lancés pour l’extraction du lithium sont fait sans études environnementales et bien au contraire il est dit que cette étude sera faite à la fin des extractions! Comprenne qui pourra!
    Mes parents sont à coté d’une montagne la ” Argemela ” ou il est dit qu’elle ne sera pas dans le premier appel d’offres (donc le 2ème c’est possible) et de nombreuses personnes dans les villages alentours vivent d’agriculture et de la rivière qui sera très certainement polluées suite à l’extraction.
    Bref le même cas qu’en Amérique du Sud et peut être bientôt en France (Alsace, Massif Central…?)
    Et pourtant en France grâce à nos impôts le CNRS et des personnes compétentes ont trouvées un substitut au lithium à savoir les batteries au sodium que l’on trouve dans les océans la terre et où il n’est pas nécessaire de détruire les montagnes (cf Société Tiamat http://www.tiamat-energy.com)
    Bref c’était simplement une pensée.
    Cdt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *