Les poncifs de Jean-Luc Mélenchon sur la Suisse sentent le soufre

Le député de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a parlé lundi 18 décembre des relations fiscales entre son pays et la Suisse à la tribune de l’Assemblée nationale (voir ci-dessous). A l’écouter, on serait tenté de penser que la Suisse n’est rien de moins qu’un Etat voyou, horrible paradis fiscal qui ferme les yeux sur des activités douteuses ayant pour but de financer le terrorisme international. Dans sa déclaration solennelle, le Robespierre aux petits pieds du XXIe siècle cite notamment Carla Del Ponte «procureure générale de la Confédération» et Jean Ziegler, «député suisse», pour démontrer qu’il y a également en Suisse des voix critiques sur la question fiscale.

Seulement voilà. Carla Del Ponte n’est plus procureure générale de la Confédération depuis… 1998. Et Jean Ziegler n’est plus membre du Conseil national depuis 1999. Cela ne les disqualifie pas pour autant. Mais remet par contre en question les connaissances du tribun insoumis quant aux évolutions des mentalités et des réglementations en Suisse. Notre pays a désormais l’une des législations les plus contraignantes contre le blanchiment d’argent, ce qu’il ne semble pas savoir. Ou feint de l’ignorer.

«La Suisse n’applique pas l’échange automatique d’informations fiscales, et elle s’est engagée à le faire dès 2018. Mais comme elle s’est engagée à toute sorte de choses, je me demande si elle compte réellement le faire», s’interroge Mélenchon. On n’en saura pas plus s’agissant de ces nombreux engagements que la Suisse aurait pris et qui ne seraient pas tenus. Pourtant, ce serait essentiel pour valider les réserves du député français quant aux intentions réelles de la Suisse à appliquer l’échange automatique.

On peut prendre le risque de calmer ses craintes: la Suisse s’y est engagée et elle appliquera bien dès l’an prochain l’échange automatique d’informations fiscales. Si Jean-Luc Mélenchon était moins occupé à moquer la Suisse pour sa qualité de l’air particulière qui attirerait tant d’exilés fiscaux français dans ses contrées, il pourrait s’intéresser au fonctionnement institutionnel de ce petit pays, qui sur le plan politique pourrait à certains égards servir d’exemple à la France. Ici, Monsieur Mélenchon, le gouvernement ne règne pas par ordonnance. Ici, il n’y a pas de gouvernement monocolore mais un système de gouvernance basée sur la concordance. Ici, le Parlement, et même éventuellement la population à travers le référendum obligatoire ou facultatif, se prononce avant d’adopter des réformes.

La Suisse a longtemps toléré des comportements inacceptables en matière fiscale. C’est une évidence. Mais depuis plusieurs années, les choses ont changé. La Suisse se met en conformité sur de nombreux aspects du droit européen et international et se montre même parfois plus royaliste que le roi, syndrome bien connu des citoyens helvétiques. Mais ce que Jean-Luc Mélenchon semble omettre (volontairement ou par ignorance?) dans sa belle tirade pleine de poncifs vieux comme ses références politiques, c’est que la Suisse est un pays de démocratie semi-directe. Cela a aussi ses défauts. Mais dans ce petit pays de huit millions d’habitants qui ne pèse pas bien lourd face à la France, le peuple a ici son mot à dire. Peut-être que du point de vue d’une grande puissance, ces longs processus politiques agacent. En Suisse, ce système, c’est notre honneur à tous, c’est même l’ADN de notre Confédération, de ses cantons et de ses communes.

La Suisse a sans doute encore du chemin à faire pour être irréprochable. Je ne veux pas en dresser un portrait qui sombrerait dans l’extrême opposé des propos de Jean-Luc Mélenchon. Toutefois, ressortir de vieilles rengaines sans avoir pris la peine de s’informer un minimum est vraiment pitoyable de la part d’un député qui, il n’y a pas si longtemps, se rêvait en charge des plus hautes responsabilités politiques de son pays. Peut-être que Jean-Luc Mélenchon serait bien inspiré de prendre quelques jours pour venir respirer cet air si particulier qu’il y a en Suisse, ne serait-ce que pour constater de ses propres yeux que le pays n’a pas besoin de son moralisme à la petite semaine pour aller de l’avant et s’adapter aux nouveaux standards européens et internationaux.

Grégoire Barbey

Grégoire Barbey

Autodidacte, ayant débuté dans le journalisme politique et économique sans avoir emprunté un cursus universitaire traditionnel, Grégoire Barbey est journaliste freelance. Il a travaillé quatre ans au sein du journal économique et financier L’Agefi, et a également été chroniqueur à La Télé, chaîne privée valdo-fribourgeoise. Passionné par la politique, il est très actif à Genève et sur les réseaux sociaux.

30 réponses à “Les poncifs de Jean-Luc Mélenchon sur la Suisse sentent le soufre

  1. Monsieur Mélanchon est un excellent tribun et sa critique de la “petite” Suisse en a impressionné plus d’un parmi les députés de l’Assemblée nationale de la France. Malheureusement, Mélanchon n’est qu’un
    ridicule personnage dont les Helvètes n’ont strictement rien à ” foutre” ! Non mais, se faire insulter par un
    politicaillon de gauche ( la pire, l’extrême, lui qui a ” bouffé ” à tous les rateliers) c’est un honneur pour le Valaisan que je suis et je l’invite à venir nous faire un exposé chez nous à Sion pour nous expliquer ce qu’il nous reproche à nous les Suisses. Comme quoi les crétins des Alpes sont partout en ce moment…mais pas du bon côté de la frontière !

  2. Monsieur Mélanchon est un tribun, il se délecte de sa propre parole et pour lui et ses amis, peu importe ce qu’il dit pourvu qu’il le dise “bien” c’est à dire qu’il cogne sur le capitalisme et tout ce qui dans sa tête aux idées simples, ressemble à la réussite et à la prospérité (car d’après lui elles sont forcément mal acquises).
    La culture de Monsieur Mélanchon c’est le socialisme du 19ème siècle et il imagine la France comme le pays de Zola et la Suisse comme elle l’était à l’époque…dans les livres de ses auteurs favoris (Marx et compagnie). Monsieur Mélanchon est ridicule et il ne le sait même pas.
    Je crois qu’il ne sert à rien de l’inviter en Suisse car il a déjà son image du pays et il ne voudra pas la changer. Ça l’obligerait à changer d’avis et je pense qu’il en est totalement incapable (ça lui ferait perdre son fond de commerce).

  3. C’est le dernier moikan, qui croit encore au bon vieux communisme dictactoriel à la Staline… Rappel,un génocide de plus de 2 millions de personnes….Alors Mélenchon ferme-là…Merci

  4. Crime de lèse-majesté, on ose attaquer la Suisse ! Mélenchon est un député français qui défend ce qu’il considère être les intérêts de son pays. Vous pouvez le traiter comme bon vous semble dans ce petit éditorial mais vous pourriez aussi faire une recherche pour montrer l’évolution de la législation qui encadre les ports francs. Le reproche que vous prononcez d’affirmations non fondées deviendrait peut-être crédible mais soyons objectif : faute de travail de fond, vous en êtes resté à l’idée qu’un vilain monsieur critique le blanchiment. Mauvais papier. Mauvais journaliste ou juste un peu paresseux ?

    1. On s’accroche à ce qu’on peut encore s’accrocher… mauvais travail du journaliste… Euh, on le sait tous que les français sont hautains et méprisants, persuadés d’être les meilleurs et ils ne vont jamais reconnaître qu’ils ont tort dans aucun domaine. Rester fier comme un coq et chanter les pieds dans la merde ! Dans la merde vous l’êtes et nous compatissons de tout cœur…pire, la France est entrain de perdre son âme ! Mais sa devise depuis toujours est :«malheur au héros qui n’est pas mort de mort héroïque», faut mourir avec panache ! Tout ceci pour vous dire qu’on sait que la France a des autres priorités, elle perd âme et son identité et elle se meurt…mais elle l’accepte, sourde aux cris et aux souffrances de ses concitoyens ! M. Mélonchon a des autres soucis – qu’il laisse tranquille la Suisse et qu’il arrête de chanter pieds dans la merde.

  5. Il serait informatif et intéressant de faire le point sur les accusations que profère JL Mélenchon en regard de la réalité Suisse. Les avancées de la Suisse sur le plan fiscal ne sont peut-être pas assez connues. S’enfermer dans la seule réprobation de propos sur le système fiscal Suisse est insuffisant, il faut un argumentaire fouillé en contre pour nous convaincre de l’inanité de propos de base.

    1. Maurice, suis tout à fait d’accord … l’image de Mr Mélenchon est en phase avec l’inconscient collectif et non avec les nouveaux fondamentaux de l’exercice juridique et financier car les deux sont liés.. je ne vais pas ici insister sur toutes les mises en conformité qu’appliquent les opérateurs en Suisse, quittent à mettre les clients dehors … et on ne peut que se mobiliser contre le procès d’intention et l’atteinte à l’honneur de la Suisse. Cela fait 4 ans que j’exerce comme intermédiaire financier et je n’ai jamais vu une malette de billets, un objet provenant directement ou indirectement de zone de conflit, propriété douteuse ( confuse oui mais pas douteuse), car nous sommes plus en train de faire le job que les pays limitrophes n’ ne jamais réussi à faire avec leurs propres. Faut il attaquer ces propres citoyens ou ceux qui ont une formule adaptée . Faut il tirer sur les frontaliers qui acceptent soi disant un salaire plus bas ou ceux qui proposent ces salaires plus bas… il ne faut pas se tromper de cible !!! Si un citoyen français ou allemand n’a pas tout déclaré la raison et la cause est en France pas en Suisse. Si la Suisse n’avait pas financièrement et commercialement aide certains groupes français, ces groupes n’auraient jamais réalisé de développements internationaux, n’auraient jamais trouvé de terrain favorable à des négociations avec des partenaires transfrontaliers. La France s’est servie de la Suisse. Il s’agit aujourd’hui aussi de présenter les avantages des systèmes différents complémentaires que le tous pareils tous pourris si tu ne suis pas le diktat du tot égalitaire. Il est facile de dire la faute c’est les autres et tirer dans le tas… et je passe sur l’allégorie du pompier pyromane… oui Mr Mélenchon a bien fait de mettre le sujet sur la Table mais qu’il tape juste et il en est loin. Mais qu’il reste dans le respect des règlements et ne pas atteindre à l’honneur d’un pays tout entier.

  6. Je suis franco Suisse vivant en Suisse depuis plus de 50 ans. J’admire le systeme Suisse et la France devrait prendre exemple. Laisser dire cet exotique personnage qui s’ecoute parler et qui a tant de besoin de reconnaissance qu’il en devient ridicule.

  7. Quel honte de voir un deputé de l’assemblée nationale française, pays voisin et ami, s’exprimer avec autant de rancoeur et d’ignorance. Et dire que ce personnage a été candidat aux élections présidentielles, quelle chance que le peuple français a choisi la voix de la raison à celle de la cupidité. Qu’il aille travailler et prenne exemple sur les 200’000 frontalier français travaillant en suisse aulieu de se ridiculiser à l’AN pour un salaire mensuel 5 fois supérieur à ceux qu’il est supposé représenter. L’air sera tout aussi respirable dans votre beau pays le jour ou vous cesserez le matraquage fiscal Monsieur le député de la france biensoumise.

  8. J’adhère à la critique faite à Mélanchon sur des imprécisions multiples, que celles-ci soient voulues ou pas. Cela dit, charité bien ordonnée devrait commencer par soi-même. En effet, lors de cette toute récente diatribe helvétophobe, le tribun met dans la bouche de l’inénarrable Jean Ziegler les propos de -je cite: « L’ANCIENNE procureure de la Confédération Carla del Ponte ». Sur ce point au moins il n’a pas péché par à peu près et sur ce point, est pris qui croyait prendre. Pour le reste, je suis en accord avec Monsieur Barbey dont je salue le travail et la rafale justicière.

  9. “la Suisse n’est rien de moins qu’un Etat voyou, horrible paradis fiscal qui ferme les yeux sur des activités douteuses ayant pour but de financer le terrorisme international”

    C’est avec ce point point que je suis le plus d’accord.

    1. Quand on voit les régimes qu’à successivement financé la France durant des années, la diatribe de JLM est pour le moins mal venue.

      D’autant que l’époque de l’opacité est révolue depuis quelques années déjà en Suisse. JLM a une guerre de retard et se trompe d’ennemi.

      Bref, un discours pour rien.

  10. Euh, vous êtes bien gentil avec votre couplet “on a beaucoup changé”, mais l’affaire Cahuzac, qui planquait son pognon et le faisait partir dans des pays exotiques avec la complicité des banques suisses, c’était pas il y a 50 ans.

  11. Il ne faut que lire la plupart des commentaires pour se rendre compte comme la “tribune” de M Melanchon a raison d’être.
    Ici (j’habite en Valais)tout se cache (personne,ou presque)ne lit Le Temps,même sur internet.Voilà le royaume de Constantin,M Darbellay (on ne parle pas de son affaire,il a été élu même s’il prne la chrétienté..ailleurs,il reste muet sur l’affaire Buttet,il n’en ose pas et aucun moyen de communication l’a demandé son avis)le “Nouvelliste”,etc
    Personne(ou presque) ne veut pas savoir la honteuse histore de la Suisse pendant le XX Siécle grace à laquelle elle est devenue “riche en argent mais pas du tout en moral”.De ce “bon côté de la frontière” on vit bien(surtout avec un passeport suisse)el il ne faut pas remuer le passé
    A M Barbey,dont je lis la plupart del Blogs avec plaisir,je le répond:OUI,LA SUISSE EST ENCORE UN PARADIS FISCAL,ET DE MATIERES PREMIERES,ET DE L’UBS ET CREDIT SUISSE,ET DES NATION UNIES A CÔTÉ DE LA BANQUE PRIVÉ QUI CACHE L’ARGENT DES TRAFICANTS,DICTATEURS..ETC,POUR NE PAS CITER L’ENDROIT OÙ TOUS LES POLITICIENS ESPAGNOLS(je suis né là)CACHENT LEUR ARGENT SALE,TOUT D’ABORD LA FAMILLE “ROYAL” ET SON GENDRE CACHÉ À GENÈVE
    M Melanchon a raison,même si Jean Ziegler et Carla del Ponte ne sont plus deputé et procureur
    Ce n’est que mon avis,bien sûr

    Rafael

    1. En vous répondez en ayant tord. Non la Suisse n’est plus un paradis fiscal.

      Elle a effectivement longtemps été un paradis bancaire ou le contrôle des fonds qui arrivaient sur les comptes en banque était nul. Cette époque est révolue.

      La diatribe de M. Mélenchon se trompe d’ennemi et d’époque, aujourd’hui les contrôle anti-blanchiment au sein des banques suisses n’ont rien à envier à ceux pratiqués dans les autres pays européens (et j’ai pu pratiquer les deux).

      Quand à la “honteuse” histoire de la Suisse elle est parfaitement connue, même par les valaisans chez qui vous vivez mais que vous ne semblez pas porter dans votre coeur.

      C’est toutefois assez cocasse de voir les voisins de la Suisse lui faire des remarques sur son passé récent quand on regarde le leur (colonisation, collaboration, dictature, guerre civile, fascisme, financement de divers régime plus que douteux etc… etc…). L’argent des dictateurs venaient bien de quelques part, surtout vu les devises qu’ils cachaient en Suisse.

      Quant à la morale en politique, celle des valaisans n’a rien à envier à celle des français ou des espagnols ou ce ne sont pas les affaires de fesses qui defraient la chronique, mais celles de détournement de biens sociaux et autre corruption.

      En fait, le vrai problème ne se situe pas dans ce qu’à fait la Suisse, puisque tout le monde est d’accord pour dire que c’était mal, c’est dans le fait que certains se permettent de faire des remarques acides à ce sujet sans avoir pris la peine de balayer devant leur porte avant de le faire.

      M. Mélenchon fait partie de ces gens qui feraient bien de faire profil bas à propos de la moralité, d’autant plus quand on a ses fréquentations en Amérique du sud.

      1. Je pense que le sujet,dans ce cas,c’est un Blog qui s’adresse à ce qu’a exposé Melanchon et pas du tout à l’histoire de l’Espagne,mais,puisque qu’on en parle je vous retorque QUE J’AI HONTE DU PAYS DONT JE SUIS NÉ PAR HASARD,ET DE SON CHEF D’ETAT ET DE SON PRESIDENT DU GOUBERNEMENT,ET DE LA PLUPART DES DEPUTES ET SENATEURS,ET DE L’ESPAGNE POLITIQUE ET MEDIATIQUE,UNA VRAIE HONTE.
        Et je me demande,il s’il y a un Suisse o Suissesse qui soit capable de dire ça de son Pays malgré son histoire récente,depuis la première Guerre et jusqu’à nos jours.
        IL Y EN A?

        Rafael

        1. Non, Rafael, il n’y en a apparemment pas ou en tout cas personne ne se presse ici au portillon. Parce que, globalement, on vit mieux en Suisse que dans l’UE, même si on est pauvre et force est de le reconnaître. La Suisse, malgré ses défauts, a su s’adapter remarquablement, la démocratie et la justice n’y sont pas de vains mots, il y a une quasi-unanimité là-dessus. Et pourquoi aussi dénigrer de façon aussi virulente l’Espagne, qui a suivi une voie comparable depuis la guerre civile et le franquisme? Pour avoir connu la période de “terreur” de Franco dans ma jeunesse, je peux dire que c’est quand même mieux maintenant! J.-L. Mélenchon en tant qu’adepte de la “Révolution bolivarienne” est la caricature d’une petite minorité d’attardés rétrogrades. Quand on voit la situation catastrophique du Vénézuéla, un pays potentiellement très riche, tout est dit sur l’ineptie et la dangerosité de ce genre de personnage préférant vomir la Suisse pour son fond de commerce politique. D’ailleurs pourquoi faire attention à lui, il est tellement insignifiant, il n’a strictement aucun bilan positif à son actif! Les Français ne s’y sont pas trompés lors des dernières élections, ils savent très bien que ce ne sont en tout cas pas des gens comme Mélenchon qui vont résoudre efficacement les problèmes. Si on veut porter des jugements et être écouté, il faut avoir un minimum d’objectivité et de bonne foi…

  12. En France, les politiciens apprennent dans des lieux dédiés à l’apprentissage du métier, l’art d’exister en opposition avec leurs propres opinions. M Mélenchon ne voyage qu’en première, porte du Boss, et est le plus fortuné des députés avec un patrimoine conséquent. Ces “diarrhées verbales” ne servent qu’à obtenir un espace médiatique si cher à acheter pour un parti ruiné….

  13. Sa critique s’adresse aux millionnaires français qui viennent planquer leur argent en Suisse, et comment endiguer ce problème. Et vous pouvez feindre de ne pas le voir … franchement ? .. il y a assez de reportage sur le sujet, et les français (au moins une partie) on en marre de voir s’appliquer un telle pratique, quand eux galère à boucler leur fins de mois.
    Après que ce système vous convienne c’est très bien, mais ça n’enlève rien à la légitimité de ses propos.

  14. Je pense sincèrement que ce monsieur en est resté au temps du communisme à la Kroutchev et qu’il ferait mieux de se renseigner un peu plus sur la politique suisse. Quand un pays comme la France investi des milliards pour des porte-avions atomiques, sous- marins etc. et exporte la guerre sur bientôt toute la planète alors là papa Mélanchon tu te la coince. Et dire que ce mec voulait être président !!

  15. Je crains que vous vous soyez laissé emporté par une vindicte un peu aveuglante.
    Mélenchon est contre les ordonnances et pour la démocratie directe. Inutile donc de dire que vous les suisses blabla et blabla, parce que le monsieur est justement contre, aussi comme vous, des critiques que vous avez besoin de formuler envers la France.
    Pour avoir un peu travaillé récemment sur les fameuses pièces archéologiques venant du port franc genevois, oui, je peux vous dire que pour cet éventent-là au moins, tout est opaque !
    Je comprends que votre fibre patriotique fût un tant soit peu heurtée mais votre diatribe manque d’épaisseur. Dommage de voir ça dans le Temps plutôt que sur Facebook … là où serait le mieux cette petite colère très subjective

  16. Contrairement à ce que croient tous les voisins de la Suisse, la vie dans ce pays n’est pas le paradis car même si les salaires semblent être éleves tout est très cher et les prix sont plus du double de ceux de la France.
    Il faut aussi réaliser que ceux qui placent leurs capitaux en Suisse le font parcequ’ils sont harcelés par leurs fiscale.

    1. “ceux qui placent leurs capitaux en Suisse le font parcequ’ils sont harcelés par leurs fiscale.”

      Les pauvres petits…
      Dis autrement, ils ne veulent pas contribuer à notre système social, (écoles, hôpitaux…) dont ils ont profité depuis leur naissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *