La défaite de l’extrême droite n’est jamais sûre

Le déroulement de l’élection présidentielle française permet de prendre conscience que le danger d’une victoire de l’extrême droite à terme est réel. La façon dont de nombreux électeurs affirment préférer s’abstenir ou voter blanc face au duel Le Pen-Macron en est une triste illustration et rappelle combien la menace est concrète.
 
Car la victoire de l’extrême droite à travers une élection majoritaire ne se fera pas seulement à cause d’une augmentation du nombre d’électeurs en colère, déçus du système actuel, mais aussi par la démission intellectuelle, philosophique de tous ceux qui votent différemment et s’opposent traditionnellement au nationalisme extrémiste.
 
Dans les faits, il y a toujours un «réservoir de fachos», ou pour le dire plus sobrement, un certain nombre de sympathisants des idées ultra-nationalistes malgré les leçons de l’Histoire. Cette frange-là d’électeurs est peu appelée à progresser, mais elle existe. Elle représente une très faible minorité du corps électoral. L’autre apport important de voix, c’est la colère – qui inclut aussi la peur –, le désir de mettre un coup de pied dans la fourmilière, qu’importe le prix à payer.
 
L’électorat qui en résulte peu prendre beaucoup d’ampleur et c’est à l’égard de ces gens que le discours de l’extrême droite moderne s’adresse. Les références à l’héritage ultra-nationaliste sont généralement soigneusement évitées, ou faites de façon à pouvoir s’en distancer et faire mine de ne pas y toucher. En cela, la stratégie de Marine Le Pen s’est révélée assez efficace et très bien rodée.
 
Mais le plus grand danger, ce n’est pas de voir le nombre de déçus grossir les rangs des électeurs de l’extrême droite. Car être un citoyen en colère ne signifie pas forcément voter pour le nationalisme, le souverainisme et le conservatisme. Le risque donc, c’est qu’une part des électeurs qui s’opposent à ces valeurs passéistes ne se mobilise plus.
 
La conséquence est mathématique: une participation plus faible augmente le poids de l’extrême droite, car il lui faut convaincre moins d’électeurs pour atteindre potentiellement une majorité lors de l’élection.
 
L’élection présidentielle française, bien qu’elle ne soit pas encore terminée à l’heure où j’écris ces lignes, est donc riche d’enseignement en la matière. A force de voir sans cesse revenir la menace d’une victoire du nationalisme extrémiste, certains électeurs s’habituent, et ne perçoivent plus vraiment cette menace comme sérieuse. Il y a ceux qui se disent tant pis, et ceux qui pensent que jamais l’extrême droite ne gagnera et qu’il n’est donc pas nécessaire de se rendre aux urnes.
 
En tous les cas, la conclusion est simple: une victoire de l’extrême droite dans les urnes ne sera réellement possible que par une démission morale des forces qui s’opposent à cette idéologie mortifère. En France, la victoire d’Emmanuel Macron semblait ne faire aucun doute. C’est bien cette approche qui peut conduire à une démobilisation de l’électorat anti-nationaliste.
 
En résumé, le retour du nationalisme et d’une force de gouvernance dirigiste se fera à l’usure, et ce sont probablement les électeurs défendant des valeurs contraires qui en seront la cause principale. Parce qu’ils sont, en définitive, le véritable barrage, et si celui-ci se fissure, il y a fort à parier que la vague brune-marine finisse par s’y engouffrer. Il n’y aura alors pas de retour en arrière possible.
 
Le combat contre l’extrême droite ne peut qu’être permanent, et tout signe de fatigue est un signal d’alerte qu’il faut prendre très au sérieux.
Grégoire Barbey

Grégoire Barbey

Autodidacte, ayant débuté dans le journalisme politique et économique sans avoir emprunté un cursus universitaire traditionnel, Grégoire Barbey est journaliste freelance. Il a travaillé quatre ans au sein du journal économique et financier L'Agefi, et a également été chroniqueur à La Télé, chaîne privée valdo-fribourgeoise. Passionné par la politique, il est très actif à Genève et sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *