Politique européenne

Quand la burqa dévoile les divisions de la gauche

S’adressant dans une lettre ouverte aux porteuses de burqa, une femme de lettres et militante féministe s’exprimait ainsi dans une chronique parue dans le Nouvel observateur en 2009 : « sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu’à la connivence d’un sourire ? ». Prononcés il y a près de douze ans, ces mots n’ont pas pris une ride. Signés d’Elisabeth Badinter, dont l’action pour l’égalité des sexes n’a jamais été démentie, ils s’inscrivent dans la tradition laïque de la gauche française. Aux avant-postes d’un combat perpétuel, voire d’un plébiscite de tous les jours, celle-ci est largement restée fidèle à sa volonté émancipatrice. Désormais confrontée aux dérives communautaristes de quelques-uns de ses frères et sœurs de combat, elle se sent menacée par un discours auquel elle ne peut accorder aucun crédit politique. Relayé en France par les amis de Jean-Luc Mélenchon, il reste largement minoritaire dans l’hexagone, contrairement au monde anglo-saxon et aussi en Europe, et plus particulièrement en Suisse, où il n’a pas cessé de faire des émules depuis plus d’une décennie.

Beaucoup plus que ce n’est le cas à droite, les questions religieuses, identitaires et de genre divisent profondément la gauche d’aujourd’hui. Objets de discorde, elles ravivent des plaies malignes, mais non incurables au sein d’une famille politique qui, sans succomber à la gravité des maux qu’elle subit, n’est toutefois pas en mesure d’apporter le moindre remède pour pallier la crise idéologique qu’elle traverse. Première victime de cette forme nouvelle de délitement intellectuel, son école universaliste perd de plus en plus pied et, acculée comme jamais, abandonne les positions qu’elle avait naguère acquises de haute lutte.

Scindée entre son ancrage laïc à la française et son multiculturalisme à l’américaine, la gauche européenne semble désormais privilégier la seconde. À l’image de la votation sur l’interdiction de la burqa, la Suisse ne fait pas exception à la règle : le PS et les Verts ont choisi leur camp et voteront non. Ralliés aux positions d’une politique qui feint d’ignorer le fossé qui existe entre ces deux approches, ces partis épousent ipso facto l’avis de ceux qui, jusque dans certains milieux universitaires, interprètent le port du voile intégral comme une liberté accordée aux femmes musulmanes.

À faire sursauter d’émoi et de rage des milliers de féministes, citoyennes et citoyens hostiles à toute forme d’enfermement, ne serait-ce que celle symbolisée par un vêtement, l’attitude de la gauche suisse est très largement influencée par l’école germanique de l’islam. Entre stéréotypes bienveillants, tolérance excessive à tolérer les intolérants et une naïveté apparente, bien que non dénuée d’intérêts inavoués, celle-ci n’a pour autre objet que de relativiser la violence physique, terroriste et morale exercée à l’encontre des chrétiens, juifs, non-croyants et autres mécréants. À ne voir dans les attentats islamistes que le résultat d’une radicalisation de petits délinquants ou à déclarer, à l’exemple du professeur Perry Schmidt-Leukel de l’Université de Münster, que l’assassinat du père Hamel en 2016 à Saint-Étienne- du-Rouvray, ne serait guidé par aucune motivation religieuse, car « dans une guerre de religions, il ne peut y avoir que des attaques guerrières provenant des deux côtes » (sic !), c’est là non seulement faire injure aux victimes de Daesh, mais aussi atteindre une limite éthique, historique et humainement irresponsable qu’aucune gauche, digne de son nom, n’est pas en droit de franchir.

Aujourd’hui, cette même gauche est prise à son propre piège, faute de ne pas avoir su redonner au mot libération le sens qu’elle lui avait naguère attribué. Alors que dans de nombreux de pays de confession musulmane, beaucoup de femmes dénoncent les traditions et les contraintes sexuelles qui les oppriment, les partis occidentaux, appelés à défendre leurs droits, sombrent dans une nouvelle forme de déni qui les déshonore. Pire encore, ils laissent le champ libre à l’extrême droite qui, pour des motifs exclusivement xénophobes, a réussi à faire de la lutte anti-islamiste son fonds de commerce. Tel est le cas en Suisse, où le « le comité d’Egerkingen » a toutes les chances d’inscrire une nouvelle victoire à son palmarès grâce à son initiative antiburqa et à servir, au-delà des frontières de la Confédération, d’aiguillon et de modèle pour d’autres organisations partageant ces mêmes convictions.

Presque nulle part en Europe, la gauche n’a su prendre la dimension de ce danger politique. Face à des classes sociales désabusées et à des sympathisants en perte de repères idéologiques et philosophiques, elle offre un espace à la droite, et plus encore à la droite extrême.  Ce constat a été établi depuis plusieurs années par des élus de terrain ou autres dirigeants politiques qui, en France, comme André Gérin, en sa qualité de député-maire communiste de Vénissieux, ville de la banlieue lyonnaise, avait présidé de 2009 à 2010 « la mission d’information parlementaire sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national ». Ainsi, des partis, comme le Rassemblement national, la Ligue, l’AFD ou l’UDC se sont engouffrés dans une brèche et profitent aujourd’hui du silence de leurs adversaires pour récolter les fruits de leur propagande haineuse. Il ne suffit pas de le déplorer, mais également d’en rechercher les causes et de s’interroger sur la faillite d’une gauche européenne, en l’occurrence suisse, qui, à l’exemple de la votation du 7 mars prochain sur la burqa, dévoile ainsi ses profondes divisions au grand jour.

 

 

 

Quitter la version mobile