Avec Livia Leu le DFAE revient à la raison

J’ai tenté, dans mon dernier Blog, d’expliquer le rôle crucial voire central que joue une ou un Secrétaire d’Etat au DFAE. Si la personnalité qui occupe la fonction est à la hauteur, ce qui devrait être la règle, les problèmes continueront à être compliqués mais les chances de les résoudre seront forcément supérieures que dans la constellation inverse. Didier Burkhalter a été le premier Chef du Département à transgresser la tradition qui voulait que son principal collaborateur soit un diplomate émérite. Il est curieux que précisément lui, un passionné et connaisseur de football, ait le premier imaginé qu’il pouvait confier une équipe de football à un coach de rugby. Il s’est rapidement rendu compte de son erreur, mais le mal était fait. D’autant plus qu’en tentant de la réparer, il s’est à nouveau fourvoyé en portant son choix sur une candidate trop jeune, sans les compétences nécessaires et surtout présentant de graves lacunes dans la conduite.

En nommant Livia Leu Secrétaire d’Etat, le Conseil fédéral répare une erreur. C’est en effet il y a quatre ans que cette diplomate compétente, au parcours professionnel impressionnant et aux qualités de conduite éprouvées, aurait dû être nommée. Mieux vaut tard que jamais comme le dit la sagesse populaire! Si elle fut victime du processus il y a quatre ans, elle n’en a pas bénéficié pour autant cette fois. Le DFAE serait bien conseillé de comprendre enfin qu’un processus de sélection ne devrait pas être un processus d’élimination mais réellement de sélection. Sinon comment justifier qu’une candidate de sa trempe ait été, il y a quatre ans, avec d’autres candidats tout autant qualifiés, éliminée d’entrée de jeu? Sa nomination aujourd’hui est une bonne nouvelle pour notre diplomatie, la première depuis longtemps! Le DFAE revient aux fondamentaux qui sont la règle dans presque tous les pays comparables. Livia Leu a dirigé une division à Berne, elle fut ambassadrice à Téhéran pendant une période difficile, a exercé des fonctions importantes au SECO, avant de représenter la Suisse à Paris. Les Américains ont beaucoup apprécié son rôle dans notre mandat de défense de leurs intérêts en Iran, comme l’atteste la photo ci-dessus de Livia Leu avec la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton.

Malheureusement il n’est pas certain que les conditions soient toutes réunies pour un nouveau départ au DFAE. Il n’aura échappé à personne que Livia Leu est l’invitée de la dernière heure. Le choix d’Ignazio Cassis s’était clairement porté sur quelqu’un d’autre. En lui imposant  une nouvelle Secrétaire d’Etat clairement contre sa volonté, le Conseil fédéral place le Chef du DFAE en quelque sorte sous curatelle. C’est sans doute sans précédent dans l’histoire du Département. Comment va-t-il réagir? Va-t-il faire contre mauvaise fortune bon cœur et donner une chance de rebond à un Département qui en aurait bien besoin? Pour ce faire, il faut qu’il accepte ce choix comme s’il était le sien et qu’il apprenne à consulter régulièrement celle qui devrait être sa première collaboratrice pendant les quatre ans à venir. Par ailleurs, en perdant Roberto Balzaretti, Ignazio Cassis perd son fusible. C’est lui dorénavant qui sera en première ligne notamment face à Bruxelles. Avec Livia Leu il ne pouvait rêver d’une meilleure Secrétaire d’Etat, mais encore faudra-t-il qu’il s’en rende compte! En tout état de cause, il n’a plus guère d’autre choix.

Quoiqu’il arrive, en faisant revenir à Berne Livia Leu, le DFAE retrouve la raison. Les défis de la nouvelle Secrétaire d’Etat seront considérables: redonner de la fierté et de la confiance aux collaborateurs, repositionner la Suisse dans son rôle d’influence dans le monde, valoriser tout ce qui remonte des divisions et le traduire dans la politique étrangère cohérente, prévisible et lisible qui avait fait la réputation de la Suisse et, last but not least,…. remettre le Secrétaire général à la place qui devrait être la sienne!

Souhaitons bonne chance à Livia Leu pour que nous puissions retrouver bientôt la Suisse que nous avons toujours connue et que le monde a appréciée!

Georges Martin

Georges Martin

Georges Martin est né en 1952. Après avoir obtenu sa licence de Sciences politiques à l’Université de Lausanne, il est entré au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) en 1980. Les différentes étapes de sa carrière l’ont amené en Allemagne, New-York (ONU), Afrique du Sud, Israël, Canada, France, Indonésie, Kenya. Il fut Secrétaire d’Etat adjoint et Chargé de missions spéciales au DFAE.