Le monde du foot et son reflet sécuritaire

Le bilan sécuritaire de la coupe du monde Russia 2018 est sauf. Aucun heurt apparent… hormis l’intrusion inopinée de quatre pussy riot – lors de la finale – et ma foi, bien plus débridée que certains matchs.

Occasion de faire le tour de la sécurité dans les stades suisses.

Qui est responsable de la sécurité dans nos stades ? Combien ça coûte ? Qui paie ?

Les polices étatiques y jouent-elles un rôle ? Dans quelles conditions ?

Les responsables de la sécurité au stade

Dans le cahier des charges d’un club suisse, il y a l’obligation de disposer d’un service de sécurité et d’ordre privé à l’intérieur du stade et dans ses abords immédiats. Les responsables du club en question doivent informer les autorités policières de l’agenda des manifestations. Si des échauffourées devaient être constatées dans l’enceinte du stade, le club doit recourir aux forces de polices pour permettre le retour au calme, alors même qu’il dispose de son propre service de sécurité.

Voir articles 3, 6 et 12 du règlement de la Swiss Footbaal League

Collaboration avec les forces de police

Le club recevant (hôte ndlr.) sollicite assez tôt l’intervention des forces de police en cas de début de tumultes provoquées par les supporters ou dès que des spectateurs se portent en trop grand nombre dans certains endroits du stade (par exemple contre une barrière ou un grillage). Le club demande aux forces de police que toute personne à laquelle a été refusée l’entrée au stade ou qui en a été expulsée soit tenue à l’écart du stade pendant le match, ce au moins jusqu’à ce que les spectateurs se soient dispersés.

Les coûts

Face aux particularités cantonales, la Conférence latine des chefs de Départements de Justice et Police édicte quelques recommandations :

  • Facturation de tout ou partie des frais de sécurité pour les manifestations présentant un risque de violence, sur la base des réglementations formellement adoptées.
  • Établissement de factures pro-forma pour les autres manifestations sportives ; et liberté d’appréciation laissée aux cantons quant à une facturation totale ou partielle (subventionnement indirect).

Sujet élaboré sur la base des recherches effectuées par François Quennoz, économiste, titulaire d’un Master en Droit & Économie, HEC Lausanne.

Ici le pdf – L’organisation sécuritaire dans les stades de football – du résumé de la recherche de M. Quennoz, lui-même supporter du FC Sion, et quelques particularités cantonales romandes ainsi qu’un aperçu de la situation en France, championne du monde 1998 et 2018.

Frédéric Maillard

Frédéric Maillard

Frédéric Maillard, socio-économiste, accompagne les nouvelles gouvernances d’une dizaine de corporations policières suisses. De 2005 à 2015, il a analysé les pratiques professionnelles de 5000 agent-e-s. Depuis, il partage publiquement son diagnostic, commente l’actualité et propose des innovations. fredericmaillard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *