Le Père Noël de nos policiers

2 minutes de lecture

… est sans nul doute de sexe féminin, sans limite d’âge ni de taille…  en tous lieux.

Là où les comportements de repli et de surprotection compriment nos libertés et nos curiosités universelles, les polices doivent ouvrir leurs portes et leurs fenêtres, puiser de nouveaux savoirs et tisser autant de partenariats civils, culturels et scientifiques que possible.

La Suisse compte des dizaines de corporations de polices, toutes tailles confondues. Cela peut sembler trop dans le besoin de concentrer les moyens face aux menaces terroristes. Sauf que toutes les expériences physiques et sociologiques nous permettent de constater que le “nombre” est relatif et que bien souvent son taux élevé consolide le tissu social plutôt qu’il ne le prétérite. Réduire le nombre de wagons d’un train n’augmente pas (nécessairement) la sécurité des passagers. Dans bien des cas, il vaut mieux intervenir sur les flux horaires, la formation du personnel ou encore dans les technologies de freinage. Diminuer la quantité d’institutions de polices n’empêchera nullement qu’au sein de celles-ci des brigades, des unités spéciales ou des niveaux (plafonds) de responsabilités entravent la circulation des liens.

Confédération de polices

Notre confédération d’Etats est un système de régulation génial parce qu’il permet de diluer les pouvoirs néfastes et de prévenir les abus personnels.

Il en est de même pour nos polices.

Réponse équilibrée : qu’un commandant ou qu’un intendant d’instruction de police allume les peurs des citoyens ici, d’autres, là-bas, nuanceront son parti pris et maîtriseront ses excès.

Innovations de polices

Innovations et résolutions sous le sapin

de nos corporations policières

 

La somme des intelligences et la variété des points de vue favorisent l’innovation et encouragent l’ingéniosité que nous devons déployer pour contrer les manœuvres criminelles. La multiplicité des corporations ne doit pas empêcher le regroupement de certaines d’entre elles et encore moins la coordination et la juxtaposition des renseignements internationaux.

Résolution judiciaire : créer un langage commun de communication et définir au sein de chaque corps une politique stricte d’échange, de lecture, d’interprétation et de compréhension des renseignements.

Résolution opérationnelle : constituer un réservoir d’agent-e-s employables et pouvant rapidement renforcer les effectifs des autres corps lors de grands événements.

Que nos polices créent au sein de leurs corporations des espaces pluridisciplinaires de Recherche & Développement – action appliquée.

Exemple pratique et concret : ne plus confier à un sous-officier fatigué, deux ans avant sa retraite, une compilation du système radio… mais collaborer, en prestation de service, avec des Hautes écoles spécialisées.

Idée : pourquoi ne pas organiser un corps de policiers miliciens en soutien auxiliaire des titulaires dans les situations exceptionnelles ? … plutôt que de recourir à l’armée qui est soumise à un autre code pénal et à d’autres juridictions.

Cadeau : un Laboratoire d’idées !

La création d’un Laboratoire d’idées serait le cadeau 2016 le plus régénérant que l’on puisse offrir à nos polices !

Frédéric Maillard

Frédéric Maillard

Frédéric Maillard, socio-économiste, accompagne les nouvelles gouvernances d’une dizaine de corporations policières suisses. De 2005 à 2015, il a analysé les pratiques professionnelles de 5000 agent-e-s. Depuis, il partage publiquement son diagnostic, commente l’actualité et propose des innovations. fredericmaillard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *