Ambassadeur de France en Suisse: un peu consternant tout de même…

Entretien de Darius Rochebin (RTS) avec Frédéric Journès dimanche dernier (désolé du retard): on pourrait parler d’une nouvelle ingérence dans les affaires intérieures, mais ce n’est vraiment pas cela le pire…

Visionner l’entretien: https://www.rts.ch/play/tv/emission/pardonnez-moi?id=388615

Lire aussi l’analyse de l’appel conjoint des ambassadeurs de France et d’Allemagne dans Le Temps du 1er mai : https://cutt.ly/zyBlmrp

Comment pareille méprise est-elle possible à ce niveau ? Questionné sur l’initiative populaire contre la libre circulation des personnes avec l’Union Européenne, soumise au vote le 27 septembre prochain, l’ambassadeur de France à Berne répond complètement à côté.

Il confond la libre circulation au sens du Traité de Schengen (fin des contrôles frontaliers systématiques entre la Suisse et ses voisins), avec le libre accès des Européens aux marchés nationaux du travail (libre circulation des salariés et indépendants, indissociable de la liberté de circulation des capitaux, des biens et des services). Il n’évoque nulle part la politique migratoire sur laquelle portera le vote de septembre.

Très à son affaire, Darius Rochebin reformule deux fois la question un peu différemment, mais rien n’y fait. Philippe Journès persiste dans l’idée qu’une acceptation de l’initiative de limitation en septembre aurait pour conséquence de rétablir les contrôles aux frontières comme au temps de la crise sanitaire qui semble s’achever. Avec recrutement massif de nouveaux douaniers, diminution des points de passage et temps d’attente interminables.

« Ce n’est pas une vie, dit-il d’abord » (voir plus bas la transcription). « Ce n’est plus la même existence », ajoute-t-il plus loin. Avant d’y revenir de manière on ne peut plus consensuelle : « Il y a des choses plus intéressantes à faire que d’attendre pour montrer ses papiers à la douane ». Alors pourquoi l’ambassadeur de France parle-t-il de résiliation de l’Accord sur la libre circulation des personnes comme s’il s’agissait de sortir de l’espace Schengen ? Interrogé à ce sujet, il n’a pas répondu à nos demandes d’éclaircissements.

Darius Rochebin estime pour sa part que Frédéric Journès a voulu exprimer une opinion forte et claire sur les conséquences politiques complètes d’un changement d’approche migratoire par rapport à l’Union Européenne. En sautant en quelque sorte une étape. « Cela correspond d’ailleurs assez bien à la sensibilité française sur ces thèmes, commente-t-il. La libre circulation est un tout. Alors, en définitive, c’est tout ou rien. Ce ne sera pas saucissonnable. Si les Suisses remettent en cause la libre circulation des personnes au sens migratoire, les Européens la contesteront sur le plan des déplacements transfrontaliers. Je l’ai pris comme une sorte d’avertissement. » Il ajoute ne pas en avoir reparlé off avec son invité après l’entretien.

Accord cadre institutionnel

Darius Rochebin fait ensuite allusion au long processus d’élaboration du projet d’Accord cadre institutionnel controversé. Avec les lenteurs de la Suisse s’agissant de ratification, les mesures de rétorsion européennes, les nouvelles menaces. Puis la crise sanitaire qui suspend tout et semble offrir un bol d’air inespéré à Berne. 

L’analyse de l’ambassadeur est alors catégorique: il n’y a plus de perspective d’adhésion de la Suisse à l’Union, il faut donc un cadre institutionnel pour régler les futures relations sur la base du droit européen. Et il faut faire vite, parce que Bruxelles n’a pas que cela à faire.

Erreur factuelle classique

A noter aussi une erreur factuelle et de rhétorique assez classique dans les propos de l’ambassadeur : «Nos destins sont liés. L’Europe représente bon an mal an 60% des exportations de la Suisse.» Ce chiffre faisait en fait référence dans les années 1990 (“plus de 60%”). La part des ventes extérieures destinées à des clients basés dans l’Union Européenne a toutefois baissé de près de dix points de base depuis 2000. Malgré les importants élargissements du périmètre de l’Union. Il est proche aujourd’hui des 50% (52% en 2018).

Avec le rétrécissement des frontières de l’Union dû au Brexit, cette part va devenir minoritaire en se rapprochant des 45%. Il est intéressant d’observer que le Royaume-Uni, dont les exportations étaient destinées à 55% à l’UE en 2000, a suivi la même trajectoire que la Suisse. Son euro-dépendance n’est plus que de 45% aujourd’hui. Le Royaume-Uni et la Suisse sont de loin les économies les plus globalisées de l’Union. Première puissance exportatrice du monde, l’Allemagne vend à près de 70% dans l’UE (les Pays-Bas et la Belgique à plus de 70%).

Pesanteurs identitaires

A noter aussi quelques pesanteurs identitaires venant de cet expert en défense qui reconnaît à demi-mots être en poste à Berne pour vendre l’avion de combat Rafale à l’armée suisse (groupe Dassault). « Nous sommes tous Européens. On se ressemble. Ce n’est pas comme avec les Etats-Unis. Ici, nous sommes en famille. »

Nous voilà encore avertis. Le choix d’un avion de combat, « qui porte sur une trentaine d’années » en termes de développements et de maintenance, n’est pas qu’une affaire techno-militaire ni financière. C’est une option géostratégique à une époque où la France, l’Allemagne et l’Union-Européenne cherchent à se profiler comme alternative aux superpuissances malfaisantes que sont la Chine, les Etats-Unis et la Russie. A entendre l’ambassadeur, on se dit forcément que s’équiper d’un avion américain pourrait aussi avoir des effets indésirables sur les contrôles aux frontières avec la France. Peut-être même sur les accès de la Suisse à la mer et à l’espace aérien civil européen. Sans parler de l’approvisionnement en général, énergétique en particulier! Non, je plaisante…               

TRANSCRIPTIONS D’ENTRETIEN 

A propos de la fermeture des frontières pendant la crise sanitaire : « On a vu tout d’un coup ce que donnait l’Europe sans la libre circulation. Ça a été une vie épouvantable pendant deux mois, surtout dans les villes frontières comme Genève, Bâle ou Schaffhouse. »

Darius Rochebin : Est-ce que cela pourrait influer selon vous sur le vote de septembre prochain sur la libre circulation ?

Frédéric Journès : Je crois que ça donne en tout cas à réfléchir. Se dire tout d’un coup que ce n’est pas juste un choix identitaire. C’est un choix sur une réalité de vie. Vous prenez une ville comme Genève. Vous êtes dans une ville qui est un carrefour, une ville internationale, ouverte sur le monde, et une agglomération qui est binationale. Du jour au lendemain, ça veut dire que vous êtes dans une ville cul-de-sac. Vous vous souvenez peut-être de ce qu’était Lübeck, la ville allemande collée contre la frontière de la RDA jusqu’en 1989. C’est une ville qui a végété. On n’a pas envie de végéter. Bâle, le Dreiländereck, on n’imagine pas trois frontières où il faut attendre des heures pour passer des douanes. Vous devez aller dans votre maison. Ce n’est pas une vie.

Darius Rochebin : En clair, ce serait le cas si le vote passait contre la libre circulation ?

Frédéric Journès : Je ne vais jamais dire que les choses seraient dramatiques et que ce serait invivable. On y arriverait. Mais ce ne serait plus la même vie. Vous n’allez pas passer la frontière au bout de la rue comme vous le faites aujourd’hui à Genève. La piste cyclable, c’est fini. Ce n’est plus la même existence.

Darius Rochebin : Et le blocage que l’on a vu pendant la crise du Covid serait un avant-goût de cela ? Ça ressemblerait à cela selon vous ?

Frédéric Journès : Eh bien ça vous en donne une idée, puisqu’il faudrait mettre les mêmes douaniers. Aujourd’hui, l’Administration fédérale des douanes en a quatre cents à Genève. Ils ne vont pas en recruter des milliers. En tout cas du côté français, on aurait autre chose à faire que de recruter des milliers de douaniers. Cela veut dire qu’il faudrait vivre avec beaucoup moins de points de passage. Et effectivement faire la queue pour passer. C’est ce que l’on a évité jusqu’ici. Personnellement, ce n’est pas la vie que j’ai envie d’avoir. Il y a des choses plus intéressantes à faire que d’attendre pour montrer ses papiers à la douane.

Plus loin : « La Suisse va se décider en février (en septembre en réalité, ndlr) sur la libre circulation. Sans libre circulation, on va à la douane et on regarde ce que cela donne. J’espère qu’il y aura la bonne décision.”

Plus loin: “Après 1992, il n’y avait pas de perspective commune. C’était un système provisoire. Il a été fait, il a été conçu parce qu’il y avait une perspective d’adhésion. Elle est tombée. Donc il fallait ce chapeau (accord cadre institutionnel, ndlr).

Darius Rochebin : Il y a quand même l’impression de beaucoup de Suisses que les choses peuvent encore durer. On leur dit que l’Europe n’acceptera jamais ce que l’on souhaite, et puis finalement ça dure, ça dure… Est-ce que ça peut encore durer ?

Frédéric Journès : Je crois que ce serait périlleux de faire ce pari. D’abord parce que l’Europe aura besoin de faire autre chose. Tout ce système un peu bancal que l’on a fabriqué ensemble, on l’a fabriqué à une époque qui est révolue. On a fini le paquet des bilatérales au début des années 2000. Dans une période prospère. L’Europe guidait le monde et était une inspiration d’idées. On n’est plus du tout là-dedans. Aujourd’hui, on a vu que l’Europe avait besoin de se stabiliser elle-même, et elle ne va pas passer un temps infini à négocier les mêmes choses. Alors je crois que oui, il faut arriver à converger.

François Schaller

François Schaller

Philo, hist, théol, anthropo, science po, éco. Ancien de la Presse Riviera-Chablais et de L’Hebdo à Lausanne, rédacteur en chef de PME Magazine à Genève dans les années 2000 (groupe Axel Springer), de L’Agefi dans les années 2010 (Quotidien de l’Agence économique et financière), François Schaller pratique depuis 1992 un journalisme engagé sur la politique européenne de la Suisse. Les fondamentaux: Généalogie de la libre circulation des personnes https://cutt.ly/1eR17bI Généalogie de la voie bilatérale https://cutt.ly/LeR1KgK

4 réponses à “Ambassadeur de France en Suisse: un peu consternant tout de même…

  1. Il y a le choix entre 4 avions (2 américains, 2 européens). La votation populaire ne concernera que le montant en CHF alloué à cet achat. Le choix du modèle et de tout le bazar politico-commercial qui l’accompagnera (pour effectivement environ 30 ans) sera du seul ressort d’une commission spécifique. Ainsi en a décidé me semble t il l’assemblée fédérale. Vu le contexte géopolitique actuel (politique, énergétique, sanitaire) le choix européen semble avoir plus de chance, ce qui pourra rassurer à moitié cet ambassadeur un peu hors sol.

  2. Bonjour; ça m’amuse beaucoup qu’on évoque un “ambassadeur” français ! Ce genre de personne, à la Macron, n’est fiable en rien, comme son patron ! Voyez donc l’ingérence crasse de mon président de la République face à l’épidémie, avec le cortège de plaintes qui ont été déposées ! Il était un temps où mon pays savait se donner des leaders qui le soient réellement, or il semble que cette période soit révolue …assurément depuis plusieurs septennats, puis quinquenats, au cours desquels il a été du meilleur ton de satisfaire les intérêts de l’ultra-libéralisme ! Lisez donc dans l’édition du jour, le grand cocorico tricolore au Sahel relaté par l’AFP….fake-new s’il en est !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *