Le populisme, méthode de captation du pouvoir et prémisse de l’autoritarisme

L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats Unis constitue un choc pour les démocraties. Couronnement d’une campagne mensongère, haineuse, misogyne, nationaliste, raciste, elle contribue à rendre le monde plus dangereux, tant par les décisions politiques qu’elle laisse craindre que par les effets de contagion qu’elle est susceptible de produire.

Certes, cette victoire est le résultat d’une somme de facteurs différents, dont certains sont spécifiquement américains. De plus, elle repose sur des problématiques économiques et sociales précises. Mais par ailleurs, elle s’inscrit aussi dans une chaîne d’événements qui voient les leaders et les fantasmes qualifiés de populistes triompher.

Mais quelle est la vraie nature du populisme ? Est-ce une simple expression à la mode ou un mécanisme politique précis ? Pourquoi ce phénomène majeur est-il source de malentendus ? Quelles sont ses fonctionnements, ses effets, ses dangers ? Comment le comprendre et le combattre ?

Si ce débat vous intéresse, la note de synthèse ci-dessous vous propose quelques repères dans ce champ d’interrogations…

 

François Cherix

François Cherix

Spécialisé dans la communication politique, François Cherix travaille depuis des années sur la réforme du modèle suisse, l'organisation de l'espace romand, la question européenne, les liens entre politique et médias. Essayiste, il a publié plusieurs ouvrages et de nombreuses analyses. Socialiste, il a été membre de l'Assemblée constituante vaudoise et député au Grand conseil. Aujourd'hui, il est co-président du Nouveau mouvement européen suisse (Nomes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *