…vous invitaient à revivre l’épopée de deux François, Huber et Burnens ou l’histoire d’une révolution scientifique à Genève à l’époque de la révolution française…

Les abeilles n’ont pas attendu l’élection d’un pape pour célébrer le prénom François. En effet, à la fin du 18ème siècle déjà, deux François, Huber, le fameux savant genevois aveugle, disciple de Charles Bonnet, et Burnens, son non moins remarquable assistant,  jeune paysan vaudois d’Oulens-sous-Echallens, écrivaient l’une des plus belles pages de l’histoire naturelle de l’abeille dite “domestique”. Ensemble, ils vont décrire, entre autres, le vol nuptial de la Reine-Abeille, le massacre des mâles en fin d’été, l’origine de la cire, la fonction du pollen comme nourriture des larves, la construction des cellules et l’architecture du rayon. Comme en passant, ils commencent par inventer un outil de recherche, la ruche à cadres mobiles, ancêtre de la ruche moderne qui révolutionnera l’apiculture au 19ème siècle.

Si leurs travaux ont été publiés dans un livre en deux tomes parus en 1792 et 1814 qui font toujours figure de référence (Le Genevois qui mit à jour le secret des abeilles), leur étonnante relation, leur manière de travailler ensemble, de communiquer et de développer leurs recherches sont pour l’essentiel inconnues. C’est à cette problématique fascinante que l’écrivaine britannique Sara George s’est intéressée dans un livre intitulé “The beekeeper’s pupil” (L’apiculteur et son élève) publié en anglais en 2002. Ne disposant que de très peu de faits historiques avérés, Sara George a pris le parti de l’imagination. Elle relate sous la forme d’un roman, tiré de carnets imaginés de François Burnens, cette étonnante collaboration de près de vingt ans entre un patricien genevois et son valet, avec en arrière-plan les horreurs de la révolution française. Alors que les gardes Suisses sont massacrés aux Tuileries en août 1792, marquant ainsi la fin d’une époque, les deux François décrivent quant à eux le massacre des mâles dans la ruche, à l’aube de la fin de la belle saison, ou encore le destin grandiose et dérisoire de la Reine-Abeille, alors que Marie-Antoinette périt sur l’échafaud. Les sentiments- amitiés, amours – et le romanesque ne sont pas absents du roman. Ainsi l’étonnante passion de Marie-Aimée Lullin, qui à 17 ans tombe amoureuse d’un aveugle, résiste à toutes les pressions, rompt avec son père, syndic et homme le plus riche et le plus puissant de Genève, renonce à son héritage et attend sa majorité, 25 ans et un jour, pour épouser Huber dans l’intimité. On y côtoie aussi quelques figures illustres de la Genève du 18ème,  dont Mme de Stael ou encore Voltaire, proches de la famille Huber. Le couple Huber-Lullin inspirera quelques belles pages de la littérature à la premières (dans Delphine) et les sarcasmes du second sur l’étroitesse d’esprit des bourgeois locaux.

C’est grâce à l’enthousiasme et à l’engagement de Thierry Deonna, Professeur émérite à l’Unité de Neurologie et de Neuro-réhabilitation Pédiatrique du Département Médico-

Jean Winiger en Voltaire interprétant le duo Burnens-Huber

Chirurgical de Pédiatrie du CHUV à Lausanne, que nous devons la publication en français du livre de Sara George. T. Deonna a su trouver un financement pour la traduction et un traducteur hors-pair, Patrick Hersant qui nous offre un texte éblouissant. Il a surtout su convaincre les éditions Slatkine à l’heure où le livre papier est si menacé.

Un livre unique, qui s’adresse a de nombreux publics: aux amoureux des abeilles bien entendu, mais aussi aux personnes confrontées au difficultés du handicap, comme aux spécialistes d’histoire des sciences ou d’histoire genevoise. Le roman est accompagné de deux textes introductifs (de F. Saucy et T. Deonna) qui mettent en contexte le livre du point de vue de l’histoire des sciences, de l’apiculture et des étonnantes compétences des personnes en situation de handicap, d’une iconographie qui présente des documents inédits et d’un glossaire des principaux termes du jargon apicole. A mettre entre toutes les mains. Idéal à l’approche des fêtes et cadeaux de fin d’année.

Vernissage :  jeudi 11 octobre 2018, à 18h, au Musée d’Histoire des Sciences, Perle du Lac, à Genève, en présence de Sara George, qui dédicacera son ouvrage et du comédien fribourgeois, Jean Winiger, qui lira des extraits et mettra en scène quelques uns des épisodes de la vie des deux François dans son style inimitable, engagé, intelligent et empreint d’une sensibilité unique.

 

Le public lors du vernissage
M. de Voltaire rend hommage à Sara George
Ivan Slatline au public
Sara George s’adresse à ses lecteurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références:

Sara George ; L’apiculteur et son élève, traduction de Patrick Hersant, éditions Slatkine, 2018, 354 pp

Francis Saucy ; Chronique François Huber à l’occasion du bicentenaire de la publication des “Nouvelles observations sur les abeilles”, Revue suisse d’apiculture, Janvier-décembre 2014, 60 pp.

Informations complémenaires: https://www.bee-api.net/fhuber

Francis Saucy

Francis Saucy

Francis Saucy, Docteur ès sciences, biologiste, diplômé des universités de Genève et Neuchâtel, est spécialisé dans le domaine du comportement animal et de l'écologie des populations. Employé à l’Office fédéral de la statistique, Franci Saucy est également apiculteur amateur et passionné, et il contribue par ses recherches et ses écrits à l'approfondissement des connaissances sur les abeilles et à leur vulgarisation dans le monde apicole et le public en général. Franci Saucy est également élu PS à l'exécutif de la Commune de Marsens, dans le canton de Fribourg Blog privé: www.bee-api.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *