…sabraient le champagne…

100’000!

Cent mille, c’est approximativement le nombre d’ouvrières que contient une ruche au moment de la grande miellée. C’est aussi le nombre d’abeilles qu’il faut pour faire une récolte de miel. Sur ces 100’000 ouvrières, 15’000 environ sont des butineuses. Cent mille, c’est encore le nombre de vols que ces 15’000 butineuses réalisent chaque jour, ou le nombre de vols qu’elles doivent faire pour accumuler un kilo de miel. Pour ce même kilo elles auront parcouru près de 100’000 km, soit plus de deux fois le tour de la planète à l’équateur….

Cent mille, c’est également le nombre de pages visitées sur ce blog … et si les abeilles… depuis le début de l’aventure au mois d’août 2015.

19 janvier 2017

Même si cela paraît un peu ridicule par rapport à l’activité déployée par nos insectes durant le même laps de temps,  il n’y a pas de raisons de bouder notre plaisir, ni de s’en réjouir. C’est aussi l’occasion de faire un bilan de l’expérience, sous forme de quelques statistiques… et de s’interroger sur les tenants et aboutissants de ces résultats

Selon les statistiques offertes par le logiciel du site, ces cent mille visites ont été réalisées par près de 20’000 visiteurs pour 15 articles publiés, soit en moyenne 6’600 visites par article.

Je ne peux que vous remercier de vos visites et de votre fidélité.

Le graphe ci-dessous montre la distribution de ces visites en fonction du temps (en bleu le nombre de visites par jour, en orange le nombre de visiteurs). Les pics correspondent clairement à la parution de nouveaux articles qui remportent un maximum de visites à leur parution, puis l’intérêt décroît rapidement. Il ne faut toutefois pas négliger les visites ultérieures, car en dépit de la diminution d’intérêt, ce sont près de 3’000 visites et près de 500 visiteurs qui ont visionné le site en dépit de la moindre activité durant la dernière semaine. Tout bonus, en somme. Grâce à la magie de l’internet qui ne s’arrête jamais, des inconnus aux quatre coins du monde qui lisent ce que vous avez écrit, vous envoient un commentaire en anglais, en espagnol, en brésilien, ou dans une langue que vous n’êtes même pas capable d’identifier. Les commentaires indiquent souvent que votre message a été mal compris, ou mal traduit par Google translate…. Qu’importe, un clic est un clic…

L’analyse de ces pics suggère que le nombre de visites n’est pas forcément lié à la qualité de l’article (du point de vue de l’auteur), mais plutôt à la mention d’un nom ou d’un mot qui attire les lecteurs ou les moteurs de recherche. En effet, l’article qui a eu le plus de visites et de visiteurs est celui mentionnant l’interdiction des néonicotinoïdes

Je  vous invite à une petite expérience :

nous sommes aujourd’hui le 19 janvier 2017. Il est 23h. Nous devrions avoir demain un nouveau pic d’activité, suite à la publication du présent article, pic qui devrait rapidement s’atténuer.

Une fois l’effet passé, j’ajouterai régulièrement au présent article le graphe des visites, la date et l’heure, ainsi qu’une ligne ou une phrase nouvelle pour évaluer son impact au cours des jours suivants… quelque chose de banal, le nom d’une célébrité, etc. Et ainsi de suite, après chaque atténuation des visites…

Je vous invite donc à suivre cette expérience… et vous donne rendez-vous à dans quelques jours…

24 janvier 2017

L’expérience se poursuit: vous trouvez ci-dessous le graphe des dernières visites avec un pic supplémentaire  correspondant à la publication du présent article le 19 janvier. Voyons si mentionner le nom du nouveau président des USA dans le titre de l’article fera le buzz et explosera le nombre de visites…. c’est parti et à dans quelques jours pour les résultats gagnants…

28 janvier 2017: le flop du nouveau président américain…

Contrairement à mes attentes, l’expérience se solde par un flop monumental. L’ajout du nom du nouveau président américain dans le titre de l’article, quelques jours après son investiture, n’a pas eu d’effet positif sur les visites de la page, qui ont continué à décroître jour après jour durant la semaine. Les réseaux sociaux sont peut-être moins faciles à manipuler que prévu…

 

Franci Saucy

Franci Saucy

Franci Saucy, Docteur ès sciences, biologiste, diplômé des universités de Genève et Neuchâtel, est spécialisé dans le domaine du comportement animal et de l'écologie des populations. Employé à l’Office fédéral de la statistique, Franci Saucy est également apiculteur amateur et passionné, et il contribue par ses recherches et ses écrits à l'approfondissement des connaissances sur les abeilles et à leur vulgarisation dans le monde apicole et le public en général. Franci Saucy est également élu PS à l'exécutif de la Commune de Marsens, dans le canton de Fribourg Blog privé: www.bee-api.net

Une réponse à “…sabraient le champagne…

  1. Bravo et continuez. L’abeille a bine besoin d’être défendue. Si comme je le lis dans la presse le frelon asiatique a franchi la frontière sans se faire contrôler à la douane..je vous souhaite bien du plaisir. J’ai perdu les 4/5ème de mon rucher de l’arrière pays niçois à cause de cet insecte qui a mis moins de 10 ans pour traverser la France d’ouest en Est..il est maintenant arrivé enBretagne et en région parisienne..!!! J’ai la chance, maintenant à la retraite d’habiter la Corse heureusement préservée de ce fléau..Et l’abeille noire locale y vit fort bien, même sans varroa dans certaines régions comme la mienne…Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *