Du curcuma frais, mais pour quoi faire?

J’ai remarqué récemment l’arrivée d’un nouvel ingrédient au rayon bio d’une société coopérative de distribution bien connue en Suisse: le curcuma frais. Je le connaissais déjà comme épice en poudre: d’un jaune vif, c’est lui qui donne sa couleur au curry indien, dont il est l’un des principaux composants. Voilà donc que le curcuma réapparaît en rhizome. Mais pourquoi l’acheter ainsi plutôt qu’en poudre? Est-ce que c’est bon… au goût, et pour la santé? Et au fait, çà se prépare comment?

Curcuma qui es-tu

Le curcuma est une plante originaire d’Asie appartenant à la famille des Zingibéracées, dont plusieurs autres espèces fournissent aussi des épices: gingembre, cardamome et galanga notamment. Sous forme fraîche, c’est la tige souterraine du curcuma, appelée rhizome, qui est commercialisée. Son aspect extérieur rappelle le gingembre mais une fois tranchée elle laisse apparaître un intérieur d’un bel orange vif. Plus couramment, le curcuma est vendu sous forme de poudre, obtenue à partir des rhizomes bouillis, pelés et séchés.

Curcuma_zedoaria_-_Köhler–s_Medizinal-Pflanzen-048

Certaines variétés de curcuma donnent de magnifiques fleurs et sont utilisées comme plantes ornementales. Mais attention ces variétés décoratives ne sont pas comestibles, n’allez pas en récupérer les rhizomes pour la cuisine…

Curcuma_alismatifolia_B

Les propriétés santé du curcuma

C’est l’une des raisons du succès actuel du curcuma: cette épice est parée de multiples vertus, plus ou moins confirmées par la science. Les pigments jaunes appelés curcuminoïdes qu’elle contient ont bien un effet antioxydant et anti-inflammatoire reconnu. La consommation régulière de curcuma semble avoir un effet préventif contre le cancer, ce qui expliquerait d’ailleurs pourquoi certains cancers sont plus rares en Inde (où on consomme beaucoup de curcuma) que dans les pays occidentaux. Cette épice serait également efficaces contre certaines maladies gastriques (maux d’estomac, côlon irritable, etc.).

Cependant, pour profiter de l’effet bénéfique du curcuma, il faudrait en consommer des quantités très importantes, ce qui n’est pas toujours compatible avec nos habitudes alimentaires. Il est possible d’améliorer l’absorption des curcuminoïdes par l’organisme en combinant le curcuma avec d’autres ingrédients comme les matières grasses, le poivre noir ou encore l’ananas.

Pourquoi le curcuma frais

Le curcuma frais a un goût beaucoup plus subtile et aromatique que celui du curcuma en poudre, c’est pourquoi il peut être inclus dans une plus grande variété de plats, aussi bien salés que sucrés. Le rhizome se prépare comme celui du gingembre, d’abord en le pelant, puis en le râpant. Attention, le curcuma est un puissant colorant. Vous pouvez soit porter des gants au moment de le découper… soit accepter d’avoir les doigts jaunâtres pendant quelques jour! Privilégiez le curcuma bio car les aliments exotiques importés contiennent souvent beaucoup de résidus de pesticides.

Comment l’apprêter

Vous pouvez remplacer le curcuma sec par du curcuma frais dans vos recettes habituelles, mais aussi en ajouter dans vos soupes, jus frais et autres sauces.

Voici une sélection de quelques recettes à base de curcuma frais:

En vidéo, une recette de condiment mangue-citronnelle-curcuma, à proposer en entrée ou en dessert, par William Ledeuil du restaurant Ze Kitchen Gallery à Paris

Plus roboratif, une recette de poulet parfumé qui nous vient de Belgique

Pourquoi ne pas essayer le curcuma frais sous forme de «thé magique»

Et en dessert, une salade d’ananas aux épices et à la menthe

 

 

 

 

Pascaline Minet

Bio bobo mais pas trop

7 réponses à “Du curcuma frais, mais pour quoi faire?

  1. Ou encore en prévention de maladies graves, post traitement Chimiothérapie, etc le sérum au Curcuma vous aide grandement à vous rétablir. De nombreuses études scientifiques confirment les bienfaits du Curcuma dans la prévention du Cancer, en Inde, grâce au curry, c’est 8 fois de cas de Cancer déclarés que dans les autres pays industriels (source IARC).

  2. Bonjour,
    C’est en qualité de prescripteur que je rebondis sur une phrase de votre article:
    “Cependant, pour profiter de l’effet bénéfique du curcuma, il faudrait en consommer des quantités très importantes, ce qui n’est pas toujours compatible avec nos habitudes alimentaires.”

    il est bien de savoir que 10g de racines ou de baies fraîches correspondent env. à 3g de la plante séchée et en poudre. Utiliser du curcuma frais en cuisine pour ses vertus thérapeutiques nécessiterait une usage quasi quotidien.
    En revanche, prendre 3g de curcuma en poudre (env. une cuil. à café) avec un peu d’eau équivaut déjà à prendre un dosage thérapeutique efficace.

    En plus des propriétés du curcuma citées dans l’article, je me permets de préciser les vertus sur la circulation du sang (donc les varices et certaines formes hémorroïdes) ainsi que sur les douleurs articulaires, particulièrement celle des épaules, de la zone scapulo-humérale et acromio-claviculaire.

    1. je viens de me mettre sur ce blog et je recherche du curcuma frais car je n’en trouve pas dans mes magasins bio en savoie
      par contre j’ai acheté chez satoriz des gélules de curcuma est ce remplaçable par rapport à du frais
      votre message date de mai 2016 donc peut être n’êtes vous plus sur le site

  3. Question technique, au cas où quelqu’un saurait me répondre :

    D’abord, une mise en contexte :
    • Dans le langage courant, bien des gens semblent confondre le «rhizome» de curcuma (la partie charnue qu’on retrouve couramment en épicerie) et ses «racines» (les petits filaments qui y poussent).
    – Pour ceux qui ne savent pas trop de quoi je parle, je dirais que c’est un peu la même différence qu’entre une pomme de terre (le tubercule) et ses racines (les germes blancs qui finissent par y pousser).

    Ensuite, ma question :
    • Sur le plan botanique, il ne semble faire aucun doute que la partie généralement utilisée est bel et bien le rhizome (la tige souterraine), mais est-ce que les racines (adventives) peuvent aussi servir à quelque chose?
    – Par exemple, pourrait-on les sécher pour les grignoter ou les cuisiner (comme des légumes en juliennes), ou serait-ce plutôt mauvais, ou toxique, ou je ne sais quoi d’autre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *