Préserver notre environnement découle du bon sens

Nous avons la chance de vivre dans un pays magnifique, entre lacs et montagnes, prairies, vignes et forêts. Qui n’apprécie pas cette liberté que nous avons de pouvoir aller nous promener ou profiter en famille, entre amis, en couple, ou même entre collègues autour de grillades par exemple, dans un lieu préservé ? Cette beauté, nous la devons à l’environnement dans lequel nous évoluons et à la force d’une nature qui se régénère jour après jour, quels que soient les phénomènes météorologiques.


Préservons notre environnement

Toutefois, et c’est un fait, la pollution est un réel fléau et augmente chaque année. Nous devons prendre soin de notre environnement et celui-ci ne pourra pas être préservé sans concession. Nous devons en être conscients. N’a-t-on d’ailleurs pas appris, dès notre plus jeune âge, que qui cause un tort ou un dommage le répare ? C’est en tout cas ce qui m’a été inculqué. Quoi qu’il en soit, ceci me paraît découler du bon sens. Autrement dit, qui pollue paie. Et il ne faut pas y voir ici une autorisation à polluer, uniquement une incitation à ne pas le faire, soit à adapter, voire changer son comportement afin de causer le moins de dommages possibles à l’environnement et au climat.

La responsabilité est une valeur qui m’est chère, très chère. Je dirais même qu’elle représente un moteur dans ma vie et qu’elle se trouve au centre de mes actions. J’ose d’ailleurs croire que la responsabilité est encore largement partagée dans notre pays et au-delà. Pour continuer à vivre dans un environnement préservé, nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Sans action, pas de changement et sans changement, notre qualité de vie en pâtira, et bien plus rapidement qu’on ne le pense. Alors oui, il y a nécessité d’agir, et vite.


Oui à la responsabilité, Oui à l’innovation !

Si je dis OUI à la loi sur le CO2 c’est parce que la responsabilité (principe du pollueur-payeur) est au cœur de cette loi, parce que celle-ci prévoit une redistribution à la population et au secteur économique, mais également parce qu’elle encourage l’innovation par le biais de projets en faveur de l’environnement et du climat. Elle est le prix à payer afin que nous puissions bénéficier d’un cadre de vie agréable.

Enfin, j’entends régulièrement dire « La Suisse est trop petite, il est inutile d’agir, cela n’aura aucun impact. » ou encore « Mes actions ne changeront rien au niveau mondial. ». C’est faux. Connaissez-vous l’histoire du colibri ? Chaque acte, aussi petit soit-il, a une influence sur le monde. Pour ma part, je préfère être un colibri et donner l’exemple plutôt que laisser notre environnement mourir à petit feu.

Ensemble, nous pouvons faire la différence ! Nous devons assumer nos actes, faire preuve de courage et accepter de faire des concessions, et maintenant ! Cette loi est indispensable !

Le 13 juin prochain, je vote OUI à la loi sur le CO2 !

Floriane Wyss

Titulaire d’un Master en politique et management publics, Floriane Wyss exerce le métier de responsable communication. Depuis 2021, elle est élue conseillère communale PLR à Morges. Femme de convictions et de valeurs, citoyenne engagée et communicante née, elle apporte un regard politique frais sur des sujets reflétant les préoccupations des nombreuses personnes qu’elle rencontre sur le terrain.

11 réponses à “Préserver notre environnement découle du bon sens

  1. Sur votre page Vous avez une photo de vignes … monoculture extrêmement polluante, puisque pollution sonore des sulfateuse toute la journée, pollution au glyphosate roundup pour désherber, pollution des hélicoptères, rivières et fontaines publics polluées etc etc Donc ma question pourquoi les verts ou verts libéraux ou associations de défense de la nature ne font RIEN pour stopper cet ecocide?

    1. Bonsoir Cape M,
      Merci pour votre commentaire.
      Pour avoir vécu 25 ans dans un domaine vitivinicole en plein milieu des vignes, je peux vous assurer que les sulfateuses ne sont en fonction qu’à de rares périodes durant l’année. Pour ma part, je n’ai d’ailleurs jamais été dérangée par leur bruit. De plus, tous les domaines ne les utilisent pas nécessairement. Quant à la pollution au glyphosate, je vous invite à aller discuter avec quelques vignerons-encaveurs de la commune de Féchy (cf. ma photo personnelle) et vous pourriez être surpris. Quant aux Verts, Vert’libéraux ou associations de défense de la nature, n’hésitez pas à leur écrire, ils devraient sans doute vous répondre.

      1. Une sulfateuse neuve c’est 105 décibels quand elle est neuve. 115 décibels quand elle est utilisée depuis une année. Un FA18 c’est 130 décibels. Une moto qui fait trop de bruit c’est 95 à 110 décibels et elle est amendable!
        Des 85 décibels, l’oreille subit des dommages. Combien de vigneron oblige leur ouvriers à porter des protections pour les oreilles? Aucun j’en ai jamais vu !
        Une sulfateuse c’est 5 litres d’essence à l’heure. Pour 1 hectare c’est 2 heures. 11 a 15 traitements par années multiplié par le nombres d’hectares de vignes dans le canton de vaud et vous trouverez la réelle pollution sonore, CO2, fuel-oils, et phytosanitaire! Réveillez vous et ne racontez pas que c’est à de rare période c’est faux ! Je suis petit fils et fils de vignerons! C’est indéniablement une pollution !

  2. Le principe du pollueur-payeur ne fonctionne plus sur une planète déjà surpeuplée et sur polluée !
    Les grandes entreprises pourront continuer leur business as usual …
    Une transition économique s’avère nécessaire et il faut appliquer des mesures contraignantes pour assainir notre environnement et protéger les biotopes riches en espèces …
    Cette loi sur le CO2 n’est qu’un gadget de politiciens incapables de comprendre cette problématique, copiant le délire des gourous obsédés par un faux risque .
    Un master en politique n’aide pas pour comprendre les lois de la physique qui nous gouvernent…

  3. Avez-vous déjà vu un colibri éteindre un feu de forêt ? Moi non. Par contre j’ai vu des interventions lourdes à coup de coupes rases et de canadaires et cela marche.

    Le salut viendra d’un état directif et réellement contraignant envers les entreprises et non d’une patrouille de colibris cherchant plus la bonne conscience et l’étalage de leurs vertus que la fin de l’incendie.

    Cette initiative ne sert à rien , pire encore , elle nous fait croire que nous agissons alors qu’il n’en n’est rien.

  4. Tout autour de la Loi CO” tourne autour de l’argent – commerce imternational du CO2, impôts, etc.
    Cela n’a rien affaire avec l’écologie, mais avec le capitalisme du XXIe sicèle qu’on veut nous imposer (Big tech, Big data, et imposibilité de voyager, sauf pour les flux de données et les marchandises).
    Désolé, mais j’aime la liberté. Par ailleurs, la véritable écologie, c’est de respecter le milieu qui nous entoure (environnement, société), de faire preuve de solidarité et de simplicité. Donc non à l’imposture de la Loi CO2 prévue pour Amazon, Google et les grandes banques!

  5. Pour votre information, la police Genevoise a pu publier certains chiffre de nuisances sonores mesurée recemment.
    Donc voici : ” les pics peuvent être extrêmement marqués: une moto mesurée durant le test a ainsi atteint le niveau de 98 dB(A) soit, en termes de puissance sonore, plus de 400 fois la valeur moyenne des véhicules mesurés !
    Cela permettra de réviser vos certitudes …. une sulfateuse Stihl de dernière génération (pas une machne chinoise) émet plus de 400 fois plus de nuisances sonores qu’une voiture.
    Que dire de l’épandage par hélicoptère entre 12h00 et 13h00 qui est comme chacun le sait une période légale de temps de repos ?
    Il est donc grand temps de sanctionner aussi ce genre de nuisances.
    Que font les membres de votre partis sur ce sujet ?

  6. C’est étonnant de parler de préservation de l’environnement quand on vient mettre ses grandes affiches de publicité au milieu des vignes dans nos villages. Vous polluez nos paysages.
    Et aux prochaines élections nous allons avoir toutes les affiches de tous les candidats, maintenant que vous avez ouvert la voie.

    1. Bonjour “Bougy”,
      Tout d’abord, pourriez-vous m’expliquer en quoi cela pollue les vignes ? Il ne s’agit pas de déchets qui se retrouvent dans la nature. D’autant plus que, pour votre information, nous avons décidé avec mes colistiers de la liste PLR au Grand Conseil pour le district de Morges, contrairement à la plupart des autres partis, de ne PAS produire d’affiches sauvages traditionnelles (affiches alvéolées) qui sont disséminées par centaine, mais de les remplacer par QUELQUES bâches que nous déplaçons au fil des semaines (lien : https://bit.ly/3t8SlEw). D’ailleurs, nous leur donnerons une seconde vie puisqu’elles seront recyclées en sacs après la campagne. À titre personnel, ce sont uniquement 5 bâches qui sont posées dans tout le district de Morges (plus de 350km2). Ayant grandi à Bougy-Villars puisqu’y ayant vécu les 25 premières années de ma vie, cela me tenait à cœur que l’une de ces 5 bâches se trouve sur ce territoire. En plus, elle a été posée en début de semaine dernière et ne sera donc en place que 2 semaines. Enfin, nous n’avons ouvert aucune voie puisque l’affichage sauvage est quelque chose que tous les partis pratiquent depuis des années. Nous avons, au contraire, opté pour un affichage moins présent en nombre, plus qualitatif pour limiter le caractère envahissant des affiches alvéolées.

      1. Ah…. si vous êtes native de Bougy-Villars, vous avez donc le droit de mettre votre affichage sauvage au milieu de notre beau paysage ;-)))
        Édifiant votre réponse.

        1. Bonjour “Bougy”,
          Vous m’attribuez des propos qui ne m’appartiennent pas. Je n’ai à aucun moment parlé de “droit”. J’ai uniquement indiqué que “cela me tenait à cœur”. Par ailleurs, pour votre information, il ne s’agit ici pas d’affichage sauvage – soit dans l’espace public – comme c’est le cas dans beaucoup d’endroits, mais d’affichage sur un terrain privé, donc avec l’accord du propriétaire. Ce qui est par contre édifiant est que je vous pose une seule et unique question directement en lien avec votre commentaire afin de pouvoir vous répondre correctement et que vous n’y répondez même pas. Dois-je déduire que vous ne savez pas quoi répondre ?

Répondre à Hubert Giot Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *