Les start-up, éternelles oubliées des consultations fédérales. Corrigeons le tir ensemble!

Doris Leuthard a présenté mercredi matin à une poignée de parlementaires la stratégie Suisse numérique du Conseil fédéral, et la récente mise à jour de son plan d’action. Une stratégie ambitieuse avec plus de 100 mesures dans tous les domaines. Excellente initiative! Celle-ci a toutefois un défaut: elle n’associe pas assez les entreprises actives dans les domaines concernés.

Pour les 111 actions, la Confédération fait appel à des partenaires économiques. On y trouve surtout les CFF, la Poste ou Swisscom, une dizaine d’entreprises privées et l’association digitalswitzerland (au comité duquel siège le sous-signé, et qui regroupe, il est vrai, une centaine d’entreprises). Mais elle n’associe qu’une seule et unique start-up: Bestmile, partenaire du plan d’action pour le volet véhicules autonomes). Une start-up, une seule entreprise fondée sur la science, alors que la révolution numérique se fabrique essentiellement dans les laboratoires universitaires et les entreprises qui y naissent! Un défaut habituel: on ne consulte pas les start-up, à Berne. Ce n’est pas dans les habitudes. On s’adresse aux faitières, comme économiesuisse ou l’USAM. Qui ne connaissent pas les start-up… Et nos jeunes pousses continuent à avoir, dans le grand public (et aussi un peu au sein de l’administration), une image négative d’entreprises bling bling, peu habilitées à débattre de conditions cadre…

Mais tout n’est pas perdu: mercredi matin, j’ai interpellé la Conseillère fédérale Doris Leuthard et le directeur de l’Ofcom Philipp Metzger sur cette question: ils ont promis de corriger de tir, affirmant qu’il était prévu d’associer des start-up. Bonne nouvelle! Manifestez-vous: votre entreprise est active dans l’un des domaines d’action de la stratégie Suisse numérique? Vous souhaitez être associés aux débats pour adapter nos lois à la révolution numérique en cours? Participez, écrivez-vous! Pour que les lois soient adaptées aux besoins réels de notre société, et soutiennent le développement d’entreprises innovantes. Il est temps que l’administration écoute la voix des start-up. Une porte est ouverte: corrigeons le tir ensemble.

3 réponses à “Les start-up, éternelles oubliées des consultations fédérales. Corrigeons le tir ensemble!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *