Quand nous consommons, nous transmettons une force

Il y a mille manières de dessiner notre futur.
Nous pouvons l’industrialiser, le déshumaniser, l’enlaidir
ou au contraire
nous diriger vers plus d’humanité, de sens et de beauté.

Chacun contribue au monde de demain.
Nos choix et actions mettent en lumière nos intentions.

Notre travail est très souvent
notre principale action dans le monde.
Contribue-t-il à la construction d’un monde plus harmonieux
ou au contraire
à la vampirisation de la terre, de ses habitants et de ses ressources ?

Notre manière de consommer est aussi un levier.
Quand nous consommons,
à travers notre argent,
nous transmettons une force,
nous donnons du pouvoir.

 

Voici quelques arguments en faveur du petit magasin bio de votre quartier :

Les articles proposés sont en principe biologiques,
produits en respect avec la terre et ses animaux,
avec l’air et l’eau.

De nombreux magasins se soucient aussi
des conditions dans lesquelles leurs articles sont produits.

Les aliments sont plus naturels,
cela s’avère plus sain pour votre corps et votre esprit,
pour les vers de terre et les mésanges,
les argus bleus et les chevreuils.

L’or bleu des nappes phréatiques et des rivières s’éclaircira,
60 % de votre masse corporelle (et celle de vos enfants) sera moins chargée
en chlorothalonil et en micropolluants.
Cette eau de qualité profitera aussi
aux truites et aux grenouilles,
aux lézards et aux libellules.

Enfiler une combinaison de cosmonaute,
c’est sympa pour carnaval,
mais c’est moins sexy pour aller travailler
sous le soleil, un beau jour d’été.
Pensez aux agriculteurs,
à la santé de leurs enfants
et de leurs voisins.

Et puis, moins de pesticides, de fongicides, d’herbicides et d’insecticides,
c’est une joie pour vos poumons et ceux de vos amis.

Quelques lignes de Francis Cabrel, pour ceux qui apprécient sa poésie :

 

Tu peux être un ambassadeur
Un prince florentin
Tu peux crouler sous les honneurs
Coucher dans le satin
Être un as de la finance
Multiplier les pains
Exiger des révérences
Et qu’on vienne manger dans ta main

Il faudra que tu serves quelqu’un

Mais encore,

  • Les personnes qui travaillent dans ces magasins le font souvent par choix, par passion. Il est donc plus plaisant de converser avec eux. Ils sont impliqués dans ce qu’ils font.
  • Souvent dans ces petites structures, l’argent gagné est redistribué de manière plus équitable entre tous les employés et les responsables.
  • Vous et vos enfants, vous ne serez pas bombardés de publicités et de jeux abrutissants, mais plutôt invités à découvrir un atelier de peinture ou un livre de qualité.
  • Entrer dans un magasin bio, c’est souvent une expérience esthétique. Entrez simplement au magasin restaurant de la nouvelle terre à Martigny, et vous vous sentirez déjà mieux.
  • Dans ces magasins on découvre d’anciennes variétés de fruits et de légumes. Des pommes et des poires d’un autre temps font leur réapparition.

Bien sûr, tout le monde ne peut pas se permettre d’acheter ces produits de qualité. Mais, pour tous les autres, c’est un choix.

Offrir notre argent,
c’est remplir de force,
c’est donner de l’énergie.

Choisissons consciemment
les initiatives à fleurir.

 

 

 

 

Afin de ne pas alourdir cette page, les commentaires agressifs ne seront pas publiés. Merci de votre compréhension.

Fabrice Dini

Fabrice Dini

Fabrice Dini est cofondateur de deux écoles et l’auteur d’un ouvrage préfacé par Matthieu Ricard "Une éducation intégrale pour grandir en s'épanouissant". Il intervient dans de nombreuses écoles et entreprises en Suisse romande. Fabrice s’est formé au CFM de l’Université du Massachusetts et enseigne la pleine conscience, la gestion du stress et l'éducation intégrale.

Une réponse à “Quand nous consommons, nous transmettons une force

  1. Suis toujours sidéré des blogueurs qui donnent des leçons et qui effacent les comments qui ne leur conviennent pas!
    Il ne vous aura sans doute pas échappé que le nom du comment reste?
    Vous avez gagné…. No more Comment >:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *