Quand les pompes funèbres provoquent des élans des solidarité

Quand j’observe la candidate démocrate Elizabeth Warren, qui vise la Maison-Blanche, devenir la reine des «selfie lines», et serrer pendant des heures les mains de fans venus la voir en se laissant rapidement prendre en photo, je pense à un autre phénomène. Des «queues» aussi, mais d’un tout autre genre. Des files d’attente de solidarité, dans un contexte très particulier.

Récolte de fonds sur internet

Antonio Basco peut en témoigner. Cet homme, à la silhouette frêle et au visage marqué par de profondes rides, a perdu sa femme le 3 août lors d’une fusillade qui a fait 22 victimes dans un Walmart d’El Paso (Texas). Le couple, fusionnel, n’avait pas d’amis dans le coin. Veuf esseulé, Antonio Basco pensait qu’il allait enterrer sa femme à peu près seul, avec juste les enfants de son épouse. Mais c’était compter sans la grande solidarité des habitants, touchés par son histoire. Ils ont répondu à un appel des pompes funèbres posté sur Facebook, et relayé par plusieurs médias. Simple, sobre: «Monsieur Antonio Basco a été marié pendant 22 ans à son épouse Margie Reckard, il n’avait aucune autre famille. Il invite toute personne qui le souhaite à assister aux services de son épouse.»

Ce message a ému. Le jour des funérailles, Antonio Basco a eu la surprise de voir près de 1200 personnes venir se recueillir dans la chapelle funéraire. Des photos montrent la longue file d’attente pour rendre un dernier hommage à Margie Reckard. Le veuf a pu couvrir les dépenses des funérailles grâce aux dons qui ont afflué (plus de 25 000 dollars via GoFundMe). Il a reçu près de 400 arrangements floraux. La Ford Escape Bleue dans laquelle il a dormi pendant plusieurs jours pour être proche du lieu où a été tuée sa femme a été vandalisé le jour des funérailles. Un garagiste lui en a offert une nouvelle.

Un élan de solidarité exceptionnel? Non. Une histoire similaire vient de se dérouler, à propos d’un vétéran de Floride, Edward Pearson, décédé à l’âge de 80 ans. Des travailleurs sociaux ne sont pas parvenus à localiser ses enfants, les pompes funèbres en ont été informées et ont lancé un appel à la solidarité, relayé également par les médias locaux et les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités ont tweeté l’information, dont Jake Tapper, un des journalistes politiques phares de CNN, suivi par 2 millions d’abonnés.

Là aussi, plus de 1500 personnes se sont pressées début octobre au cimetière de Sarasota, pour lui rendre hommage. Edward Pearson a eu droit aux honneurs militaires, bien entouré. En janvier, c’est un ancien combattant de l’US Air Force, vétéran de la guerre du Vietnam et décédé en novembre 2018, qui a eu un traitement similaire, au Texas. Cette fois ce sont des agents du cimetière des vétérans de Killeen qui ont lancé un appel, très vite répercuté. L’effet viral des réseaux sociaux a parfois du bon.

 

 

 

Valérie de Graffenried

Valérie de Graffenried

Valérie de Graffenried est la correspondante du Temps aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *