Mourir noyés dans l’alcool: le triste sort des rats new-yorkais

Il paraît que les rats aiment jouer à cache-cache. C’est du moins ce qu’une équipe de neuroscientifiques allemands vient de découvrir. Les rongeurs auraient un réel plaisir à se cacher et à essayer de trouver d’autres rats tout autant farceurs. En jouant, ils font des petits bonds de joie et des cris ultrasoniques, signes de bien-être, nous apprend la revue Science.

Nez contre museau

Cela m’a fait penser à une drôle de rencontre, un soir d’hiver, vers minuit, dans une station de métro de Brooklyn. Je montais les escaliers, fatiguée. Et lui, les descendait, en fonçant à toute vitesse. Nous nous sommes retrouvés presque nez contre museau, aussi surpris l’un que l’autre. Il y a bien eu quelques cris ultrasoniques et des semblants de bonds. Mais c’était en l’occurrence plutôt les miens, et pas forcément lié à un plaisir jubilatoire. Le rat, lui, l’effet de surprise passé, a été très rapide à détaler.

Aujourd’hui, il aurait peut-être plus de peine. Car les autorités new-yorkaises, jamais en mal d’idées de dératisation, viennent de présenter une nouvelle méthode, testée précisément à Brooklyn: piéger les rats grâce à un mélange à base d’alcool. Le rat est censé être intrigué par un appât (des graines de tournesol et des noix), grimper sur un récipient Ekomille de près de 60 centimètres de haut pour assouvir sa faim et tomber dans une sorte de bain d’alcool. Sonné, ivre, il finit sa vie noyé.

Plutôt que de faire cela discrètement, le président de Rat Trap Inc. a tenu à montrer les résultats concrets aux journalistes. Et quand vous savez qu’un de ces récipients raticides importés tout droit d’Italie peut contenir jusqu’à 80 carcasses baignant dans un liquide verdâtre, vous pouvez vous imaginer à quoi ressemble le contenu de ces fameux pièges…

Deux millions à New York

En un mois, une centaine de rats auraient été attrapés dans le quartier. Le maire de Brooklyn jubile et va jusqu’à parler de procédé «humain, écologique, hygiénique et sans odeur». Il est permis d’en douter sérieusement. Qu’on les aime ou non, les rats sont plus de 2 millions à sévir à New York, ce qui fait grosso modo un rat pour quatre habitants. Pendant longtemps – jusqu’en 2014 en fait –, la légende urbaine voulait qu’ils y soient cinq fois plus nombreux que les humains, mais passons. Les autorités ont déjà dépensé des millions – le dernier plan remontant à 2017, le Rat Reduction Plan, a coûté 32 millions de dollars – pour faire en sorte que les bestioles soit ne se reproduisent plus, soit meurent avant même d’avoir songé à assurer une descendance. Brooklyn est visiblement l’arrondissement le plus touché (6500 plaintes en 2018). Sur l’ensemble de la ville, 17 353 personnes ont recouru l’an dernier à une hotline pour signaler la présence de rats.

Et si ces rongeurs, jugés plutôt intelligents, commençaient à jouer à cache-cache avec les dératiseurs en boudant leurs curieux engins d’Italie pour éviter de finir en bouillie? New York, finalement, tente d’éradiquer ses rats depuis plus de trois cent cinquante-cinq ans sans y parvenir… On ose à peine le suggérer, de peur d’être renvoyée à sa propre suissitude, mais quand même: si les New-Yorkais commençaient par mieux trier leurs déchets et éviter de laisser des poubelles béantes dans la rue pendant plusieurs jours, y compris en pleine canicule, peut-être que la «crise des rats» serait un peu moins préoccupante, non?

Valérie de Graffenried

Valérie de Graffenried

Valérie de Graffenried est la correspondante du Temps aux Etats-Unis.

2 réponses à “Mourir noyés dans l’alcool: le triste sort des rats new-yorkais

  1. Sur le continent européen le problème des rats, et des poubelles, existe bien évidemment aussi. Trois villes se distinguent régulièrement, en général sur fond de conflit social ou mafieux, et font l’objet d’articles dans les médias, ce sont Rome, Marseille et Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *