Les flèches de Scarlett Johansson

Scarlett Johansson n’est pas du genre à garder sa langue dans sa poche. Jeudi, lors du Women in the World Summit, qui se déroule sur trois jours à New York, avec des orateurs de renom comme Hillary Clinton, Arianna Huffington ou Justin Trudeau, l’actrice n’a pas pu s’empêcher de s’en prendre à Ivanka Trump. Ivanka avait la veille accordé sa première interview télévisée depuis l’investiture de son père à la présidence des Etats-Unis.

On sait Scarlett Johansson très engagée politiquement, et féministe jusqu’aux bouts des ongles. Elle a participé à plusieurs marches contre «son» président, et s’est récemment moquée d’Ivanka Trump en la parodiant dans un sketch de Saturday Night Live, sur la NBC.

Mais jeudi, c’est le plus sérieusement du monde, et vraiment agacée, qu’elle a dit ce qu’elle pensait d’Ivanka. «Si vous décidez d’accepter un rôle public (pour défendre le droit des femmes, ndlr), alors vous devez agir publiquement! Elle a dit quelque chose qui m’a particulièrement déçue, hier: elle a laissé entendre, à propos de l’influence qu’elle exercerait, qu’elle interviendrait surtout en coulisses, derrière des portes fermées, sans même que l’on sache qu’elle est à l’origine de changements. Well, that’s empowering!», s’est-elle moquée.

Les promesses d’Ivanka Trump, qui a fait la promotion de l’égalité salariale et du droit au congé maternité pendant la campagne électorale de son père, ne parviennent visiblement pas à convaincre Scarlett Johansson, très déçue que la fille du président, de facto la femme la plus puissante de l’administration Trump, n’use pas davantage de son pouvoir sur la scène publique.

Le fait qu’elle publiera bientôt un nouveau livre, Women Who Work: Rewriting the Rules for Success, avec des conseils prodigués aux femmes pour réussir sur le plan professionnel, ne l’impressionne guère plus.

Quand Scarlett Johansson a une idée en tête, elle ne la lâche pas. Et, hop, une flèche de plus: «L’idée que derrière chaque grand homme se cache une grande femme est un concept si ringard! Et pourquoi pas se mettre à côté, ou agir par soi-même? C’est ringard, peu inspirant et même lâche».

Valérie de Graffenried

Valérie de Graffenried

Valérie de Graffenried est la correspondante du Temps aux Etats-Unis.

Une réponse à “Les flèches de Scarlett Johansson

  1. Wow ! Bien dit. Je suis tout a fait d accord avec Scarlett. Ivanka veut montrer par sa position “puissante” qu elle peut “tout” derrière les portes ou en coulisses… Ce serait bien qu elle parvienne à se montrer ouvertement et nous approche par tous les moyens afin de créer l’Union des femmes pour faire de nous des Inconditionnelles d Ivanka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *