Eric Garner, “une vie qui ne mérite pas d’être sauvée”

 Le monde entier a vu la vidéo montrant Eric Garner mis à terre par un policier blanc, Daniel Pantaleo au moyen d'un chokehold, une technique de contrôle par l'encolure qui a provoqué l'asphyxie de cet Afro-Américain de 43 ans. Ce qu'on n'a pas vu, c'est la vidéo montrant les événements après qu'Eric Garner eut péniblement dit aux policiers: "Je ne peux pas respirer." Les images sont peut-être même plus choquantes que celles illustrant l'arrestation musclée de l'Afro-Américain de Staten Island.

Pendant sept minutes, les policiers refusent d'entendre les badauds qui, voyant Eric Garner inconscient, invitent la police à appeler d'urgence une ambulance. Chroniqueur du Washington Post, Eugene Robinson se dit interloqué par la scène, comme si Eric Garner "n'était qu'un morceau de viande", "comme si c'était une vie qui ne méritait pas d'être sauvée". En voyant cette seconde vidéo, plusieurs experts médicaux en conviennent également. L'équipe de techniciens urgentistes, les Emergency Medical Technicians (EMT), qui est venue tardivement voir dans quel état était Eric Garner, est considéré comme "la pire équipe d'urgentistes du monde". Bien que constatant une homme à terre, inconscient, respirant à peine, elle aurait rapidement dû le mettre en position latérale de sécurité et lui apporter de l'oxygène. Même les gestes élémentaires n'ont pas été effectués. Aucun empressement, aucun stethoscope, aucun appareil servant de mesurer la pression artérielle. Face à une telle désinvolture qui confine à une grave négligence, Eric Garner, obèse, ayant des problèmes cardiaques et de diabète, n'avait aucune chance de survivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *