Ce monde part en couilles

Je vous le dis tout de go.

Est-ce la faute des juifs, des femmes, des musulmans, des journalistes ou de Suzette Sandoz? Mais non. C’est la faute des jeunes.

J’étais en train d’écouter Rachid Benzine et une très belle comédienne, dont je ne connais pas le nom mais elle était belle et elle avait une belle voix et elle lisait bien, lire Lettres à Nour, de Rachid Benzine, au Salon du Livre de Genève (oui parce que ça a commencé, ça y est, j’y suis), donc, quand a débarqué à cette lecture une armée d’êtres humains cumulant les désavantages de l’enfance et ceux de l’âge adulte: des adolescents.

Si les enfants sont des êtres étranges vaguement trop énergiques à mon goût, au moins ont-ils une sorte de folie dans le regard qui me les rend sympathiques. Et puis ils sont souvent jolis. Mais les adolescents. Eh bien les adolescents, laissez-moi jeter un pavé dans la mare de vos illusions: en plus d’être grands et bizarres, ils n’en ont rien à foutre des livres. Mais alors rien du tout.

Lettres à Nour, de Rachid Benzine, ce sont des lettres entre un père islamologue pratiquant, et sa fille qui se barre un jour rejoindre Daesh. C’est très actuel et très poignant. Je vous signale quand même, jeunes adolescents de la Suisse et d’ailleurs (mais j’ai bien conscience qu’aucun d’entre vous ne me lit), qu’il y a un paquet de vos semblables dans les rangs de l’Etat islamique. C’est aussi les lettres d’un père veuf à sa fille lointaine, et d’une fille lointaine à son père veuf, avec ce que cela comporte de drame, et d’amour et de profondeur. C’est beau, quoi.

Mais la beauté, qu’en ont à foutre les jeunes gens de nos jours?

Ces malotrus qui ne vont même plus au théâtre, ne paient pas leurs billets de train, abusent d’Uber et ne lèvent les yeux de leurs smartphones que pour grogner. Qui regardent du porno sur Internet. Qui ne votent plus, qui ne font plus l’armée, qui boivent de l’alcool et fument de la marijuana. Et qui n’hésitent pas du tout, ah ça pas du tout, à payer 80 balles pour voir Norman raconter des âneries sur scène plutôt que se concentrer sur le Livre, le Savoir.

Eh bien: ils s’en foutent de la beauté. Je n’ai de cesse de vous le répéter.

Nour, je suis VAS-Y MAEVA DEGAGE TES IEPS LÀ Je veux serrer son poing et ses doigts comme j’ai serré ton poing et tes doigts PUTAIN MAIS MAEVA DEGAGE OU JE T’ HE VOUS VOUS TAISEZ LÀ MAIS MADAME C’EST PAS MOI C’EST MAEVA QUI MAIS TROP PAS C’EST PAS MOI C’EST LUI QUI VAS-Y SALE SCHNECK TA GUEULE FRERE OU JE TE

Comme elles ne consultent que des sites islamistes, elles ont déformé tes propos et D’OÙ TU MATES MES SNAPS TOI MAIS T’AS VU TA GUEULE D’OÙ J’IRAIS MATER TES SNAPS

C’était super. J’en ai même vu une qui dormait. À deux mètres de Rachid Benzine, rien à foutre. Je lui ai hurlé télépathiquement que moi j’aimais son texte, promis, Rachid.

(Bien que tout ce que j’écrive soit toujours véridique, il n’empêche que je pense quand même que la relève passe par la jeunesse, n’en déplaise aux vieux jamais contents qui peuplent ce monde. Il y a même des adolescents qui aiment lire. C’est dur à entendre pour les aigris, mais c’est vrai. Il y avait d’ailleurs ce midi, au Salon du Livre (car si vous ne le saviez pas encore, le thème de ce blog, c’est bel et bien le Salon du Livre) une émission d’Espace 2 en direct sur la littérature Young Adult qui était ma foi très intéressante. Certes, le public n’était pas tout à fait dans le coup:

Mais au moins c’était calme – car les vieux, qui sont déjà tous pratiquement morts, savent se tenir.)

Emmanuelle Fournier-lorentz

Emmanuelle Fournier-lorentz

Après des études de philosophie à Paris et de photographie à Vevey, Emmanuelle Fournier-Lorentz décide de devenir journaliste indépendante pour la presse et la radio, ce qui n’a pas grand chose à voir. Elle tient également un blog personnel où elle étale sa vie privée sous le pseudonyme de Pollux Lesiak. Elle aime la littérature et l’autodérision.

6 réponses à “Ce monde part en couilles

  1. Dire que ‘les vieux sont déjà tous pratiquement morts’ ne fait que raccourcir votre vie de jeunes et du coup plus le temps de lire q.e.d.

  2. C’est bon les vieux, calmos, je me considère vieux, souvent, j’en ai déjà dans les 40… et par rapport à Pollux cela fait beaucoup..
    Sinon, do we have a coffee ? C’est aujourd’hui le grand jour où je vais m’enfermer pour conseiller des voyages éducatifs à des mêmes plus old que moi…
    Cela me permettrait peut-être de faire mon premier achat de livre dans un cadre aussi libre qui par sa profusion de choix nous l’impose presque..
    Maybe à+ oui même à 40 on connaît les signes de communication para verbaux 🙂 Bon samedi du livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *