Il est où le stand de Marc Lévy?

 

Bonjour, déjà.

(Entre nous, je suis sincèrement navrée pour cette banderole. Et ne parlons même pas de la photo.)

Si nous sommes ici tous ensemble réunis dans la joie, c’est parce que pendant quelques semaines je vais écrire sur le Salon du Livre de Genève, qui aura lieu du 26 au 30 avril 2017. Autant dire : le fun la fiesta le folklore la folie. À côté Ibiza c’est Dunkerque. Précisons que je ne suis pas du tout payée par le Salon du Livre de Genève, ce blog n’est donc ni de la pub, ni de la com. Bref.

Comme le disait Jorge Bernstein il y a peu, sur Facebook:

 

 

 

C’est agréable, merci Jorge.

Nous parlerons donc tous ensemble réunis dans la joie (enfin, moi je parlerai, vous vous écouterez, si vous êtes d’accord) de littérature, du Salon du livre, de l’engouement qu’il suscite, ainsi que de l’ennui profond que génère souvent dans mon esprit tout rassemblement de plus de deux personnes. (On va bien s’amuser.)

Tout ça pour dire que je suis là pour explorer à nouveau ce monde, à ma manière. Ca promet.

Et aussi, surtout, pour répondre à toutes ces questions (si vous en avez, vous pouvez me les communiquer): 

Les écrivains sont-ils rémunérés pour venir? Ont-ils accès à des saladiers de drogues dans les coulisses? Et les orgies, où sont-elles? Est-il possible de faire la conversation à Tariq Ramadan sans avoir de violentes pulsions meurtrières? Qui n’écrit rien mais salarie un très bon ghostwriter ? Arriverai-je à faire raconter à Lolita Séchan des trucs sur son père? Quel est le livre qui a changé ta vie, inconnu? Qui sont les individus qui assistent aux conférences proposées? Pourquoi fait-il si chaud à Palexpo? Arnaud Bédat finira-t-il par m’adopter (je lui avais demandé, une fois)? Quels sont les pires coups des grandes maisons d’édition? Que pense la jeunesse de tout ça? Quel écrivain a déjà menacé de se pendre parce qu’il était placé à côté du stand de Marc Lévy? 

Non parce que quand même:

 

Emmanuelle Fournier-lorentz

Emmanuelle Fournier-lorentz

Après des études de philosophie à Paris et de photographie à Vevey, Emmanuelle Fournier-Lorentz décide de devenir journaliste indépendante pour la presse et la radio, ce qui n'a pas grand chose à voir. Elle tient également un blog personnel où elle étale sa vie privée sous le pseudonyme de Pollux Lesiak. Elle aime la littérature et l'autodérision.

Une réponse à “Il est où le stand de Marc Lévy?

  1. Dans votre article une question: Quel est le livre qui a changé ta vie, inconnu?
    Réponse: l’avant-dernier car il n’a pas éteint la curiosité voire il alimenta la sérendipité.

    J’aime bien lire vous en blog mais des nouvelles de 10 pages mission difficile ou bien mission impossible? Bonne réception. Ch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *