Vous aussi vous partagez votre compte Netflix?

Peu de gens le savent ou s’en préoccupent, mais il est interdit de partager son mot de passe Netflix avec sa famille ou ses amis s’ils ne vivent pas sous le même toit.

Pour ma part je l’ignorai, ayant choisi le forfait premium qui permet le partage d’écran avec quatre personnes et de rajouter le même nombre de profils à son compte. J’ai même cru que c’était encouragé, pour avoir lu il y a quelques années ces propos du CEO: «On adore que les gens partagent Netflix!»

J’aurais dû être plus attentive aux conditions d’utilisation qui stipulent noir sur blanc: «Tout contenu regardé via le service est réservé à un usage uniquement personnel et non commercial et ne doit pas être partagé avec des personnes extérieures à votre foyer».

Si la plateforme a toléré les écarts jusqu’à présent cela risque fort de changer, car sa croissance, alimentée par la pandémie de l’année dernière, ralentit. Netflix reste toujours le service de streaming à battre avec ses 204 millions d’abonnés, mais il doit faire face à une multitude de concurrents comme Hulu, HBO Max, Amazon Prime et Disney+ – dont l’abonnement moins cher a enregistré 100 millions d’utilisateurs en moins de deux ans. Et il y a encore des méga alliances qui se profilent à l’horizon comme Amazon avec MGM et TF1 avec le groupe RTL/M6.

Selon le cabinet de recherche Pew Center, deux adultes sur cinq ont partagé des mots de passe. Une perte de revenus de 2,5 milliards de dollars en 2019 selon l’Associated Press. Un montant négligeable pour un secteur dont le chiffre d’affaires est estimé à plus de 120 milliards de dollars par an, mais un problème qui doit néanmoins être résolu à mesure que les dépenses pour les nouvelles productions explosent. La nouvelle série d’Amazon, Le Seigneur des Anneaux, coûterait 450 millions de dollars pour la première saison, soit plus de quatre fois le coût d’une seule saison de Game of Thrones.

Selon un article dans le Washington Post, quelques utilisateurs Netflix ont déjà reçu un message leur demandant de vérifier leur compte.

Des règles plus strictes en matière de partage de mot de passe pourraient inciter davantage de personnes à mettre à jour leur abonnement – ou pas. L’équilibre est délicat à trouver, car un message trop intimidant pourrait les faire fuir sur d’autres plateformes.

Avec un regard sur le passé, CNBC met néanmoins en garde: «Le partage de mots de passe peut être considéré comme une violation de la loi américaine sur la fraude et les abus informatiques, selon une décision rendue en juillet 2016 par la cour d’appel du neuvième circuit américain».

Et si Netflix, Amazon et Disney+ n’ont pas encore attaqué des particuliers en justice, comme l’a fait l’industrie musicale à l’époque de Napster, cela pourrait changer. Pour ceux qui s’en souviennent, en 2009, un jury a condamné un étudiant, Joel Tenenbaum, à payer 675’000 dollars de dommages et intérêts pour avoir téléchargé et partagé illégalement 30 chansons.

Utile: Comment vérifier dans vos paramètres Netflix si des «amis d’amis» ne sont pas connectés à votre compte

 

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

4 réponses à “Vous aussi vous partagez votre compte Netflix?

  1. Si les médias évoquent parfois le problème de l’addiction aux réseaux sociaux (amplifiée par des algorithmes dont l’objectif est l’entretien de cette addiction), il serait intéressant aussi de traiter du phénomène des séries et du streaming, ce modèle d’affaire qui a pour but que les gens passent une partie impressionnante de leur vie à regarder des séries.
    Des séries de plus en plus souvent pensées et calibrées non pas comme des objets artistiques mais comme de purs produits de consommation de masse, destinés à faire vendre des abonnements.
    Tout ça pour dire que je ne partage pas mon compte netflix, je n’en ai pas, et prends plutôt plaisir à boycotter depuis toujours ces plateformes, qui dévorent impunément le temps de vie disponible de bien trop de gens, tout en brûlant une quantité d’énergie assez énorme. Le streaming video est un des plus gros consommateurs d’énergie du domaine du numérique.
    Une question ouverte : jusqu’où sera poussée cette addiction à but lucratif pour les séries et pour le binge watching ? Est-ce une mode, ou une triste tendance de long terme ?

    1. Merci pour votre commentaire que je trouve très pertinent. Je vous rejoins sur le côté addictif des séries et de la construction narrative conçue pour capter le téléspectateur, mais je pense que cela ne fonctionne que si l’oeuvre est de qualité. Il y a véritablement des chefs d’oeuvres comme Queens Gambit. Les séries médiocres accrochent moins. Finalement, il est difficile aussi de poser un bon bouquin.

  2. Bonsoir,
    Je suis malade depuis plusieurs années et n’étant pas apte à m’occuper j’ai décidé de m’abonner à Netflix, les chaînes de télévision étant saturées d’émissions de téléréalité, et autres séries vraiment nulles. Il est vrai comme l’a dit skid, que cela pollue. Par contre je ne roule pas, je recycle tout ce qui est possible, je préfère les produits locaux. PS je ne partage pas mon abonnement. Cordialement. Bonne soirée

  3. Bonjour,

    Pourquoi s’en priver un compte Premium peut permettre la diffusion simultanée. Mais effectivement il existe des astuces pour faire cela en règle. Habitant à Lyon, Je ne suis pas un as des tours de passe-passe mais pour le moment cela fonctionne. jusqu’à quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *