Si un Tweet de Jack Dorsey se vend pour $ 2.5m, que vaut un SMS de Steve Jobs ?

TENDANCES WEB: Une lettre émouvante du poète français Arthur Rimbaud à sa sœur peu avant sa mort a été vendue $490’000 chez Sotheby’s en 2018, mais le montant misé pour un tweet lors d’une vente aux enchères qui est toujours en cours, a éclipsé cette transaction pour avoir atteint la somme de 2,5 millions de dollars.

Il s’agit du tout premier message publié par Jack Dorsey, co-fondateur et PDG de Twitter en date du 21 mars 2006, où il a écrit : «Je crée mon compte Twttr».

Ce tweet a été posté sur la plateforme Valuables dédiée aux enchères de Tweets uniquement. Et celui de Dorsey, qui n’a pas encore été retiré de l’Internet pour se retrouver dans une collection privée, se trouve toujours à sa place chronologique sur son fil d’actualité, où chacun peut le lire, le copier ou le partager. Si l’acheteur aura la satisfaction d’en être le légitime propriétaire, c’est grâce à un “jeton non fongible” (NFT), qui délivre un certificat numérique stocké sur une blockchain, authentifiant que ce bien est original, unique et lui appartient.

La valeur de l’art numérique s’envole grâce aux NFT

Récemment les transactions NFT d’œuvres numériques ont fait la une des journaux pour les prix astronomiques payés par des collectionneurs, allant d’un mème Internet, «Nyan Cat», qui est tombé sous le marteau à $580,000, aux clips vidéo de 10 secondes proposés par la NBA, dont un panier de LeBron James conclut à 208’000 dollars. Et dans un coup de pub il y a dix jours, un tableau de Banksy intitulé Moron, a été brulé sur YouTube pour renaître de ses cendres dans sa version numérisée NFT.

L’art numérique est reconnu depuis les années 1960. Mais étant donné sa facilité de reproduction, il a été impossible jusqu’alors de certifier une provenance et d’attribuer une valeur. Un problème qui semble résolu aujourd’hui grâce aux jetons non fongibles.

Christie’s est la première grande maison de vente aux enchères à avoir proposé une œuvre purement digitale avec NFT. La grande fresque pixélisée de l’artiste Beeple, intitulée «Everydays, The First 5000 Days» a été adjugée à 69,3 millions de dollars jeudi dernier. Le prix le plus élevé atteint aux enchères pour un artiste vivant, après Jeff Koons et David Hockney. Mais pour tempérer cette nouvelle abasourdissante, précisons que l’acquéreur possède lui-même un fonds d’investissement NFT. Il s’agit donc «essentiellement d’une dépense marketing pour promouvoir cette industrie», selon Bloomberg.

Mais la vente très médiatisée du tweet de Dorsey est particulièrement intéressante parce qu’elle pourrait ouvrir la voie à la valorisation NFT d’autres formes d’écriture numérique: un mail, une page historique du Web ou pourquoi pas, un SMS.

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Une réponse à “Si un Tweet de Jack Dorsey se vend pour $ 2.5m, que vaut un SMS de Steve Jobs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *