Détecter le COVID-19 par l’analyse vocale

DIGITALE ATTITUDE : Grâce à l’intelligence artificielle, l’analyse vocale est un domaine en plein essor. Elle tente de détecter divers problèmes de santé de manière précoce et non invasive, au seul son de la voix.

En mars dernier, le Ministre israélien de la Défense et la start-up Vocalis Health ont demandé à des volontaires ayant été testés positifs au COVID-19, d’enregistrer leur voix dans une application, en décrivant une image, puis en comptant de 50 à 70.

Un système d’apprentissage automatique a ensuite tenté d’identifier une empreinte vocale pour la maladie, en la comparant aux voix de personnes ayant été testées négatives.

Selon le même principe, des scientifiques de l’EPFL ont développé une application web pour dépister le Coronavirus par la toux. Il est toujours possible de participer à leur recherche en enregistrant sa toux sur la page Coughvid.epfl.ch

Ces sociétés ne sont pas seules dans la course pour trouver des biomarqueurs vocaux. De nombreux chercheurs espèrent que ces outils pourront aider les cliniciens à diagnostiquer très tôt certaines pathologies neurodégénératives, comme le Parkinson, où les troubles de la voix – éraillée avec des articulations imprécises – en sont les premiers signes.

L’analyse de la voix peut être utile aussi pour déterminer l’âge de quelqu’un. La multinationale Nuance, a mis au point pour l’opérateur espagnole Telefónica pendant le confinement, un système de reconnaissance vocale, pour accorder la priorité aux personnes âgées en difficulté, en les redirigeant vers un agent humain et non un chatbot.

Beaucoup rêvent de déployer cette technologie à plus grande échelle, en exploitant les microphones omniprésents dans les produits de consommation pour identifier les maladies. Ces systèmes pourraient un jour permettre aux épidémiologistes de suivre leur propagation.

Les enceintes connectées comme Alexa et Google Home sont déjà utilisées passivement pour identifier un problème de santé, en posant une suite de question sur des symptômes, puis en reliant l’individu aux sites de santé.

 Si l’intelligence artificielle devait se généraliser dans ses appareils, des dérives potentielles sont à craindre, allant de diagnostics erronés à une nouvelle invasion de la sphère privée.

Source: Nature
Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

8 réponses à “Détecter le COVID-19 par l’analyse vocale

  1. C’est insupportable cette intelligence artificielle : des outils plus fiables qui utilisent des prélèvements de salive devraient voir le jour avec un résultat dans les minutes qui suivent comme l’a expliqué le dr Astrid Stuckelberger lors de son interview accordée à Ema Krusi il y a quelques jours ( voici le lien car cela me parait fondamental de savoir ce que qu’il se passe vraiment https://youtu.be/mFNSYAUntsw ).
    Le secret médical est complètement violé depuis le mois de mars et les droits de l’homme bafoués, la liberté n’existe plus sous prétexte de nous protéger… Nous sommes suivis à la trace, nous ne pouvons plus respirer normalement : arrêtons ce délire d’intelligence artificielle utilisée à tout va ! Cet outil doit servir l’humain et non l’asservir : personnellement je préfère communiquer avec des humains qu’avec des chatbots… À bon entendeur !

      1. Cher Monsieur,
        Ce n’est pas le propos . nous ne vivons pas en Amérique du Sud.
        Nous avons toutes sortes d’institutions pour protéger les droits de l’homme notamment à Strasbourg où j’ai vécu il y a plus de 25 ans où le palais des droits de l’homme a été construit à coup de millions de francs français à l’époque…
        Nous pouvons nous poser la question de leur utilité aussi bien ici qu’en Amérique du Sud d’ailleurs… Nous sommes dans des pays qui sont supposés vivre en démocratie ce qui ne semble plus être le cas depuis quelques mois… C’est la dictature et quoi de mieux d’instiller la peur chaque jour pour l’imposer chaque jour et utiliser cette fameuse intelligence artificielle couplée à la 5G pour surveiller tout le monde dans son intimité …

  2. Bonsoir. Je serais curieux de connaître la fiabilité et si ces systèmes préjugent prédit suffisamment tôt. En effet quand j’ai une énorme toux, je me doute bien que c’est mal partie.

  3. Bonjour, je ne ferai pas dans la dentelle, je fume énormément. Je tousse énormément le matin pour dégraisser mes moteurs. J’en ai foutrement rien à battre de ce modus operandi de la santé et de se faire contrôler par nos étudiants en informatique ou nos futurs médecins, infectiologues ou pharmaciens baveux avec leur idées, leurs pensées ou leur philosophie de nous inculquer leur manière de s’empêcher de vivre. Je mange bien parce que je cuisine bien. Je fume comme une cheminée, je prenais jusqu’à 15 médicaments par jour pendant 23 ans. J’ai tout arrêter, la bonne nouvelle est que j’ai retrouvé une meilleur santé sans ces médicaments. Devrais-je le dire partout et commencer à poursuivre les acteurs du milieu de la santé pour négligence médicale criminelle ou abus de pouvoir. Ça reste à voir et méditer. J’en ai marre de ces avertissements du contrôle de la pensée, de la manière de vivre, de l’éducation d’un groupe majoritairement plus riche qui dominent les plus pauvres dans leur vie qui n’amène pas rien à l’occurrence pour ces ploutocrates. Qu’on commence dont par arrêter de laisser voyager ces vautours au-dessus de l’antarctique pour aller faire des voyages nulle part et qu’on arrête dont de laisser mourir 90 millions de personnes depuis 10 ans de faim pour punir les milliardaires de leur niaiserie qui s’apparente à de la psychose comme des pauvres sociopathes qui pensent uniquement que leur raisonnement en vaut le coup ou la peine. C’est contre-productif ce qui arrive actuellement au Canada, c’est rendu une prison. Vivre et laissez vivre dans l’accommodement de tous et chacun. Maintenant c’est, Empêcher de vivre et s’empêcher de vivre pour l’accommodement de tous et chacun. Bonne soirée

    1. Bonjour Mickaël.
      Je viens de lire votre message et je l’apprécie car je viens dans écrire un et quelque part ils se trouvent une ligne commune.
      Une bonne journée à vous.

  4. 700 ! Mais que peut bien donc signifier ce chiffre ?
    700 ! c’est malheureusement le chiffre de naissances quotidiennes de nouveaux nés infectés par le VIH-SIDA. Leur espérance de vie se limitera en moyenne à l’âge de 5 ans. Des enfants à la vie volée, à même l’aube de leur existence et dont on ne se soucie guère, par ignorance, par crainte ou lassitude. Des bambins dont le regard meurtri par la souffrance ferait vomir le plus dur des malfrats. Un regard toutefois à l’extrême opposé de celui de nos enfants porteurs du COVID-19. Des enfants qui malgré leur infection au COVID-19 auront eux ! plein de rêves et de projets et de rêves pour l’avenir…
    A cette heure où vous parlez d’intelligence artificielle pour la détection du Covid 19, sachez que dans bons nombres de pays sud saharien et d’extrême Orient, les gens n’ont toujours pas accès aux trithérapies anti VIH et de plus la prévention et l’information étant également absentes, les gens découvrent leur séropositivité avec l’apparition des premiers signes de la maladie. Et dire que nous sommes en 2020 !
    Bonne méditation à toutes et à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *