Être là sans être là, même depuis l’au-delà

DIGITALE ATTITUDE : Pour parer aux tribunes vides dans les stades et les matches à huis clos dû au COVID-19, des équipes de sport ont offert à leurs supporteurs la possibilité pour quelques euros, de faire imprimer leur portrait grandeur nature sur un support en carton. Ces effigies, ensuite disposées dans les gradins, donnaient l’illusion de la présence d’un public.

L’initiative est venue d’un groupe allemand appelé Fanproject Mönchengladback, pour encourager les joueurs sur le terrain. L’opération a été couronnée de succès. 13’000 «faux supporteurs» ont été ainsi pris part au match de foot entre le Borussia Mönchengladbach et le Bayern Leverkusen le 23 mai dernier. 

Puis l’idée a été reprise un peu partout, en réservant parfois des surprises. C’est le cas en Australie, où en regardant de plus près les images diffusées lors des reflets filmés, les téléspectateurs ont repéré avec stupeur lors d’un match de rugby, le portrait d’Adolf Hitler et d’un tueur en série britannique Harold Shipman, placées par des farceurs, obligeant la chaîne sportive de Fox Australie à se confondre en «excuses sincères».

Dérapages à part, aux États-Unis, selon le Washington Post, environ deux tiers des équipes de la ligue majeure de baseball ont offert à leurs fans la possibilité d’acquérir une découpe personnalisée pendant la saison, écourtée par la pandémie.

Parmi la foule en carton, on trouve des hommages discrets rendus à des êtres chers disparus, placés par leurs famille ou amis ainsi que la présence virtuelle de Joaquin Oliver, dix-sept ans, un des élèves tué en 2018 lors de la fusillade dans un lycée de Parkland en Floride. Sa photo a été commémorée dans quatorze stades différents pour promouvoir une réforme de la loi sur les armes à feu.

Le concept a même été repris dans une synagogue dans le cadre d’une campagne de récolte de fonds baptisée «You in a pew» (Vous sur un banc) pour célébrer virtuellement avec le plus grand nombre en streaming, les services de Rosh Hashana et Yom Kippur.

Les membres de la synagogue historique Sixth & I à Washington DC ont pu ainsi célébrer les fêtes juives, assis virtuellement aux côtés de figures connues – comme Ruth Bader Ginzburg, la juge superstar de la Cours suprême décédée le 19 septembre dernier.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *