Mark Zuckerberg et Donald Trump, Game over?

Plus d’une centaine de marques – dont Coca Cola, Verizon, Honda, Levis et Patagonia retirent leurs annonces sur Facebook pour le mois de juillet, dans le cadre d’une campagne visant à obliger l’entreprise à sévir contre les contenus litigieux.

La multinationale Unilever – dont le budget publicitaire en 2019 sur Facebook était de 42,4 millions de dollars – va encore plus loin, en annonçant un boycott jusqu’à la fin de l’année et en étendant son action à Twitter.

Selon Bloomberg «la perte en revenue publicitaire s’élève déjà à sept milliards de dollars et l’action en bourse de Facebook a chuté de 8,3% vendredi.»

Cette campagne a été lancée par un groupe de défense des droits civiques – dont l’Anti-Defamation League, Color of Change et la NAACP – avec une annonce pleine page dans le Los Angeles Times mercredi dernier, puis relayée sur Twitter avec le hashtag #Stophateforprofit, (non à la haine pour le profit).

Ils accusent Facebook d’être indifférent aux messages incitant à la violence lors des récentes manifestations pour la justice raciale, d’avoir désigné le site d’information conservateur Breitbart News comme «source d’information de confiance» et de ne pas lutter contre les tentatives de suppression du vote.

Face à l’intensification de la pression publique, Mark Zuckerberg, a publié vendredi une déclaration dans laquelle il promet d’apporter un certain nombre de changements politiques et pratiques sur la plateforme – comme «interdire tout contenu qui induit les gens en erreur sur le moment ou la manière de voter» ou encore «supprimer les contenus, quelle qu’en soit la source, si nous déterminons qu’ils peuvent conduire à la violence ou priver les gens de leur droit de vote».

Il a fallu frapper là où cela fait mal, sur ses résultats, pour que Mark Zuckerberg agisse. Mais voilà, c’est trop peu, trop tard.   

En refusant de censurer plus tôt les messages politiques de Donald Trump, Facebook a contribué à propager ses mensonges et incité à la violence (en échange d’une assurance que son entreprise ne serait pas démantelée?) mais il semblerait qu’il ait misé sur le mauvais cheval.

Alors que les États-Unis sont sous le choc de Covid-19, une récession qui a mis des millions de personnes au chômage et des manifestations contre la violence policière, tous les sondages récents montrent que Trump se dirige vers une défaite cuisante en novembre. Enfin! une lumière au bout du tunnel.

Lire aussi :

Pourquoi Facebook n’a pas censuré les propos inflammatoires de Trump

Facebook, l’allié de Trump dans les présidentielles

Mark Zuckerburg serait-il pro Trump?

 

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

8 réponses à “Mark Zuckerberg et Donald Trump, Game over?

  1. Je partage votre espoir pour l’élection de novembre, … mais prudence; Trump était donné battu aussi en 2016, et on a vu la suite. Beaucoup de choses peuvent encore se passer d’ici l’automne, particulièrement dans la période troublée actuelle. Et Joe Biden traîne l’handicap de son âge, même si Trump n’est pas loin derrière (et dépasserait même l’âge actuel de Biden en fin de mandat s’il devait être réélu).
    A ce propos, on devrait plus s’intéresser aux colistier(e)s des deux candidats, car qui sait … Pour ce qui est de Trump, on est déjà averti que s’il devait être remplacé par son vice-président cela pourrait même être encore pire (si c’est possible!), mais pour Biden c’est encore le suspens. S’il choisit bien ce qui sera probablement une colistière, cela pourrait bien faire la différence en novembre prochain, ou l’augmenter de manière décisive en sa faveur.

      1. Entre la peste anti guerre de Trump et les pédophiles (Bush, Clinton, Obama et Binden), c’est un non choix ! Les USA son des va en guerre et responsable de toutes les guerres qu’il ont initiée du Lusitania en passant par le Tolkien, les faux toxiques, les twin toner, et j’en passe. Que l’amérique du Nord se prenne se son arrogance, ses crimes, sa luxure, et ses pêchers capitaux dans la tronche. Et pour les cons d’ici leur vaccins a la Squalin (graisse de requin) et son puçage tant rêver. Pour le reste continuez à boire jusqu’à la lie les mensonges sur la pseudo pandémie et ses soit disant mort. (Je suis infirmier chef (ICUS) d’une unité de soins intensif. On vous et nous a menti sur 90% de la réalité

        1. Je suis tout à fait d’accord avec vous, mais il faut quand même reconnaître à Trump son combat contre la pédophilie, en France rien ne filtre dans les médias, de toute manière la corruption a gangrené pratiquement tout les pays. Si personne ne se réveille, cette pseudo pandémie va nous mener tout droit à une vaccination forcée avec puçage à la clef, c’est surtout ça qui m’inquiète et vu ces abrutis de moutons Français je suis plutôt pessimiste sur l’issue de cette mascarade…..

  2. Je reste plutôt confiant: la précédente élection, le choix était cornélien: Hillary la fripouille contre Donald le cinglé… de quoi perturber les sondages. Donald l’a emporté avec un retard sensible. Bon, cette fois, les jeux sont plus clairs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *