Les notes de bistrot illustrées par Jonathan Monk en vente sur Instagram

DIGITALE ATTITUDE : Jonathan Monk reproduit des chefs-d’œuvre de l’art contemporain sur des reçus de restaurant, puis les met en vente sur Instagram, au prix de l’addition.

L’artiste britannique né en 1969, qui habite Berlin, aime sortir dans les bistrots pour prendre un café, diner avec sa famille, ou boire un verre. De retour à son domicile, il dessine sur la facture, la prend en photo, puis la publie sur le réseau social. C’est au premier de ses 8900 followers qui laissera un commentaire qui aura le privilège de l’acquérir. Chacun de ses reçus illustrés se vend au prix du repas indiqué sur la facture, plus les frais d’encadrement et d’expédition. En général c’est très abordable, entre 15 et 20 euros.

L’acheteur potentiel doit être vigilant car l’artiste publie à intervalles irréguliers; parfois à raison de deux fois par jour, au bout de quinze jours ou encore le mois suivant, il n’y a pas de règle. Entre 80 et 140 personnes tentent leur chance à chaque mise à jour de sa page @monkpictures.

Dessins au crayon noir ou aquarelles colorées, Monk reproduit des compositions iconiques sur ces petits bouts de papier: la boite de soupe Campbell d’Andy Warhol, le coup de pinceau de Roy Lichtenstein, de nombreuses versions des cubes de Sol LeWitt et des cibles de Jasper Johns. Il y a encore la roue de bicyclette de Marcel Duchamp et sa fontaine, une signature de Pablo Picasso et les lettres multicolores de Alighiero e Boetti, parmi beaucoup d’autres.

La démarche de Jonathan Monk sur Instagram est un geste inclusif pour les collectionneurs en herbe, car c’est un artiste de renommée mondiale dont les mises à jour irrévérencieuses d’œuvres célèbres, sont exposées dans les plus grandes galeries et musées d’art contemporain, dans les biennales et les foires comme celle d’Art Basel. C’est encore l’artiste qui a beaucoup fait parler de lui en 2009 pour avoir détourné une pièce célèbre de Jeff Koons – le moulage en acier d’un lapin gonflable – dans une séquence de 5 répliques en état de dégonflement progressif.

En appliquant le principe du premier arrivé, premier servi sur Instagram et en proposant des prix dérisoires pour ses notes de frais ainsi immortalisés, Monk innove à nouveau en détournant l’usage habituel de cette plateforme de partage de photos.

Liens :

ArtNet News

The New York Times

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

3 réponses à “Les notes de bistrot illustrées par Jonathan Monk en vente sur Instagram

  1. L’acteur Louis de Funès faisait un peu la même chose. Quand il prenait le taxi, il payait toujours par chèque, c’est à dire gratis car les chauffeurs de taxi n’encaissaient jamais les chèques, ils les gardaient comme souvenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *