Coronavirus et ses conséquences sur la reconnaissance faciale en Chine

Dans un effort pour contenir l’épidémie du coronavirus qui a causé plus de 600 décès à ce jour, les citoyens chinois portent un masque protecteur lorsqu’ils sortent en public.

Mais ces derniers, relèvent le journal Quartz, compromettent l’efficacité de la reconnaissance faciale déployée dans tout le pays et qui est nécessaire pour de nombreuses transactions. Du coup, les téléphones portables, les portes d’entrée de nombreux bâtiments et les comptes bancaires ne s’ouvrent plus à moins de se démasquer.

Le problème vient du système de déverrouillage des téléphones. Une vue dégagée des yeux, du nez et de la bouche d’un utilisateur est nécessaire pour que la FaceID fonctionne correctement.

La reconnaissance faciale est essentielle à la vie quotidienne en Chine. Elle est utilisée partout; pour commander un repas dans un fast food, s’inscrire à un examen si on est étudiant, voyager en métro ou pour embarquer dans un avion. Elle est même utilisée dans les toilettes pour éviter qu’un occupant n’abuse du papier toilette.

De plus, cette technologie est un élément clé du plan du gouvernement chinois pour surveiller ses 1,4 milliard de citoyens.

La technologie qui permet de «voir à travers» les déguisements existe, mais elle est loin d’être parfaite. Des chercheurs de l’Université de Cambridge par exemple, ont démontré une méthode qui permet d’identifier une personne portant un masque avec une précision d’environ 55%. Panasonic dit faire mieux, avec son logiciel lancé en 2018 qui revendique «un taux de précision de 90%  lors de la détection de visages partiellement cachés par des lunettes de soleil ou des masques faciaux, à condition que la caméra capture des images à un certain angle».

Les masques ne protègent pas à 100% pour prévenir la propagation de l’infection. N’étant pas complètement collés au visage, ils *laissent passer de l’air non filtré, explique le Nouvelle Obs. Alors les enlever et les remettre dans des lieux publics pour accéder à son téléphone doit réduire encore leur efficacité.

 

 

* correction: et non pas « ne laisse pas passer l’air non filtré »

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

2 réponses à “Coronavirus et ses conséquences sur la reconnaissance faciale en Chine

  1. Il serait plus intéressant, quitte à vous scanner, que l’on vous fasse un check up santé en même temps (début de cancer du sein, début de tumeur au cerveau, votre prostaste a vingt ans de plus que votre âge, etc.), mais le business médical… il n’y a qu’à l’hyper qu’on a deux poisons pour le prix d’un !

    Enfin, la solution Panasonic donnera un bon argument pour continuer à porter un voile à la banque
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *