Objets connectés et IA pour les animaux de compagnie

DIGITALE ATTITUDE : Aux États-Unis, plus de 85 millions de foyers possèdent des chiens ou des chats, un chiffre en progression depuis 30 ans et qui continue à grimper. Une croissance attribuée à la génération des millennials qui repoussent les échéances familiales traditionnelles et dont les animaux de compagnie remplacent l’envie d’avoir des enfants.

Ainsi un nouveau secteur de l’économie s’adresse à eux, avec des objets connectés qui sont présentés aux côtés des dernières technologies lors des grands rassemblement de l’électronique – au Mobile World Congress (MWC) à Barcelone ou encore au Consumer Electronics Show (CES) à Las Vegas.

On trouve des colliers avec des capteurs de mouvement qui mesurent en temps réel leur activité physique, des colliers GPS, des distributeurs automatiques d’aliment et des chatières intelligentes – dont la porte s’ouvre grâce à la reconnaissance faciale. Des litières autonettoyantes et désodorisantes et toute une panoplie de jouets étonnants pour les occuper pendant que leurs maîtres sont absents, comme le Smart Bone qui interagit avec eux puis les récompensent par une distribution de croquettes ou encore le iDogMate, un lanceur de balles automatique. Le service de streaming Spotify quant à lui, propose des playlists de musique générés par un algorithme, en fonction du caractère de l’animal; chien, chat, hamster, oiseau ou iguane.

Parallèle à l’évolution des préférences des consommateurs pour manger sainement, une nouvelle sensibilité se porte sur leur alimentation avec des exigences pour des produits naturels. Tails.com, qui vend de la nourriture pour chiens en ligne, propose un régime personnalisé et équilibré, basée sur l’intelligence artificielle. Une fois le profil de son compagnon enregistré sur le site; race, âge, poids, historique médical, un menu adapté est proposé.

Il y encore les tests ADN pour connaître leurs origines canines et leurs prédispositions à certaines maladies héréditaires. Sans oublier l’outil de recherche qui permet de réunir potentiellement, les membres d’un même élevage.

Cette préoccupation pour le bien-être des quatre pattes qui se complète par une mode vestimentaire, des lits douillets et des poussettes pour la promenade, ont fait perdre tout sens au dicton injurieux «se faire traiter comme un chien». Aujourd’hui, on peut difficilement rêver mieux que d’être à leur place.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

7 réponses à “Objets connectés et IA pour les animaux de compagnie

    1. « Ouah ! Ouah ! Ouuuu ?.. »
      — Qu’est-ce qu’il y a mon chéri ?.. Oh j’ai oublié de te connecter !
      — Ouah ! Ouah ! Ouah !
      — Je vais peser sur le petit bouton bleu à ton collier… C’est fait !
      — Ouuuiiiyouyouuu !..

      [ Google Translation for Dogs : « Ils méritent tout ! woof ! » ]

        1. Vous vous trompez, j’ai apprécié le sujet autant que l’article. Mais j’aurais souhaité que Madame Stanton parle en français, pour n’avoir pas besoin d’aller sur Google… Alors je me suis mis dans la peau d’un chien connecté qui ne comprend pas non plus l’anglais, mais pour qui sa maîtresse se donne plus de peine en lui offrant un traducteur portatif (c’est bien dans le sujet). Et le chien est content !
          Ah ce n’est pas une blague extraordinaire, j’ai dû l’expliquer… Et Madame Stanton ne l’a certainement pas non plus comprise, elle continuera donc à donner ses commentaires en anglais, seulement pour vous ! Pourquoi pas ? Quand nous parlons fort dans notre smartphone, comme si on s’adressait à tout le monde, c’est en réalité pour être entendu d’une seule personne. Les autres on ne les connaît pas !

          1. J’ai aimé votre commentaire, je ne l’ai pas mal pris. Janet est ma grande amie de New York, elle ne parle pas français et ses commentaires sont pour m’encourager! Oui, c’est un peu un aparté, mais entre vous et moi Cher Dominic, il n’y a pas foule ici dans cette section du blog, sauf si je parle de Trump (sujet à éviter).

  1. Le futur, c’est un robot chien IA qui promène le vrai.
    Ensuite, on passera au chien OGM-IA, qui ouvre la porte et se promène, se nourrit et se soigne tout seul.
    Puis l’on aura un faux chien, plus vrai que vrai, qui ne souffrira que de son obsolescence programmée.
    Yes, business as usual 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *