Netflix s’offre une salle de cinéma à Manhattan

DIGITALE ATTITUDE : C’est le monde à l’envers. Netflix, le géant du streaming, qui nous a habitué à voir des films depuis le confort de nos canapés, s’offre une salle de cinéma.

Une annonce qui rappelle le jour ou Amazon, le site de e-commerce par excellence et grand responsable de la fermeture de nombreuses librairies, a ébranlé le monde de l’édition en ouvrant son premier point de vente en «brick et mortier» à Seattle.

Avec la reprise de cette salle mythique au cœur de Manhattan, le Paris Theatre, située entre la cinquième avenue et le Plaza Hotel, Netflix compte projeter ses films originaux et organiser des événements tapis rouge pour ses avant-premières.

Il s’agit du seul cinéma de la ville de New York à n’avoir pas été transformé en un centre multiplex. Fermé en août dernier après avoir été inauguré il y a 70 ans par Marlene Dietrich, les films étrangers à l’affiche étaient fréquentés par des cinéphiles.

Mais au-delà du cachet qui accompagne la sortie d’un film sur grand écran, sa projection dans une salle de cinéma est une condition pour se qualifier pour une nomination aux Oscars. C’est la raison pour laquelle quelques grands titres produit par Netflix ont été diffusés dans des théâtres à Los Angeles et ailleurs et que le film Mexicain Roma, a pu remporter 3 statuettes en 2019.

Alors afin de continuer à attirer les grands réalisateurs comme Alfonso Cuarón et Martin Scorsese, il faut que les films réalisés par Netflix, aient droit à la même reconnaissance et aux mêmes récompenses que les films issus d’autres studios.

Pourtant, à l’heure actuelle, les films de Netflix ne sont pas éligibles pour la Palme d’Or, car selon le règlement du festival révisé en 2018 – qui semble expressément destiné à pénaliser le géant américain – «les films en compétition devront avoir une sortie en salle en France, et décaler toute diffusion sur leur site de trois ans.» Des restrictions extrémistes qui devront bien être levées un jour si Cannes tient à rester pertinent comme vitrine internationale du septième art.

En attendant, rappelons que Netflix est toujours le premier service de vidéo à la demande avec 158 millions d’abonnés dans plus de 190 pays et que sa plateforme consomme 15% de toute la bande passante Internet au niveau mondial.

 

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

3 réponses à “Netflix s’offre une salle de cinéma à Manhattan

  1. Oui, c’est une vieille stratégie (nouvelle grâce au web et l’argent narco/black).
    Même la Migros l’a utilisé (et l’utilise toujours, sans doute)?

    Vous achetez tout à votre client qui en vient à faire 80% de son CA avec vous.
    Vous stoppez tout achat, d’un jour à l’autre.
    Le dit client, bien sûr, fait faillite
    cqfd
    Vous rachetez tout au prix Jackpot 🙂

    P.S. Pour ceux qui n’auraient pas compris, les milliards des GAFAM, dont je n’ai jamais vu d’où ils venaient (sauf la fable du génie dans son garage) sont un investissement! Même pour Elon Musk, mais d’où viennent ses fonds sans fond?

    1. P.S.2 Pour ceux qui n’auraient toujours pas compris, la stratégie d’achat de la Suisse est la même.
      Il y a bien un quart des suisses qui espèrent l’UDC sauveur, c’est dire si le monde est devenu pervers ou plus stupide que jamais. Remarquez, un américain sur deux pense que Trump va le sauver… !

      Non, en fait le monde n’a jamais changé, on a fait croire en la démocratie, en coupant la tête des rois,
      Ce sont d’ailleurs toujours les mêmes qui profitent des crédules hahahah 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *