Sans Forgetica, une police qui stimule la mémoire

DIGITALE ATTITUDE : Une nouvelle police de caractère, Sans Forgetica, booste la mémoire pour permettre aux étudiants de mieux retenir leurs cours.

Issue d’une collaboration entre des chercheurs de l’Institut Royal de Technologie de Melbourne (RIMT), des psychologues et des spécialistes en conception graphique, cette fonte va à l’encontre de la première règle en typographie: être lisible. San Forgetica est à l’opposé, presque indéchiffrable avec ses lettres découpées en italique inversé.

Mais c’est justement parce qu’elles sont incomplètes que le lecteur doit se concentrer davantage pour déchiffrer un mot, permettant une meilleure rétention de sa lecture. Une étude menée auprès de 400 étudiants universitaires a révélé des résultats de mémorisation plus élevés avec la police Sans Forgetica qu’avec d’autres types de caractères classiques, comme Arial.

Sans Forgetica serait la première police créée pour mieux assimiler l’information, selon les chercheurs du RIMT, mais Janneke Blijlevens, qui a participé à son développement, a souligné dans le Washington Post qu’il faut l’utiliser avec parcimonie pour qu’elle reste efficace. «Nous pensons qu’il est préférable de s’en servir pour mettre en avant des parties clés d’un document, plutôt que de nombreuses pages à la suite ou un livre en entier».

La typographie a pour objectif premier de renforcer l’efficacité d’un message, elle joue un rôle important dans la persuasion publicitaire et elle peut aussi faire valoir une opinion juridique, comme l’a démontré un avocat américain dans son livre à succès intitulé «Typography for Lawyers». Mais elle peut également avoir une action de sensibilisation, c’est le cas d’une fonte baptisée Common Sens qui lutte contre les préjugés liés à l’immigration. En tapant «réfugié» sur son clavier, un correcteur automatique le remplace par le mot «humain».

Elle peut même avoir un impact sur l’environnement. La police de caractère durable, Ryman Eco, utilise un tiers moins d’encre et de toner à l’impression que les traditionnelles Times, Georgia ou Verdana. Selon son développeur, si tout le monde l’utilisait, elle permettrait d’économiser plus de 490 millions de cartouches d’encre et de réduire les émissions de CO2 de plus de 6,5 millions de tonnes.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

2 réponses à “Sans Forgetica, une police qui stimule la mémoire

  1. C’est dire le cul de sac illettré dans lequel le monde arrive.
    Mais excellente typo, pour les titres et qui évitera sûrement les “teasing”, alléchants, suivis d’un texte nul!

Répondre à Janet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *