Les entretiens d’embauche avec des robots

DIGITALE ATTITUDE : Dans le contexte actuel de la recherche d’emploi, de nombreuses étapes pour postuler sont automatisées. Mais voilà que la partie ultime du processus, l’entretien d’embauche en personne, est numérisé à son tour. Grâce à une nouvelle génération d’outils intelligents qui ont pour objectif de rendre la procédure de recrutement plus efficace et plus rapide.

Aux Etats-Unis, ils sont utilisés par des grandes et moyennes entreprises dans des secteurs aussi variés que les assurances ou la santé, par des détaillants, des chaînes de restaurants et des hôtels – afin de départager les meilleurs postulants.

Les entretiens d’embauche téléphonique par robot

Jeremy Maffei a passé sa toute première entrevue téléphonique en octobre, après s’être intéressé à un poste de Marketeur Numérique dans une petite agence en Floride. Pendant l’interview qui a duré 10 minutes, il a répondu à toute une série de questions comme : «Décrivez un moment où vous avez dépassé les bornes», ou «Comment avez-vous fait pour annoncer une mauvaise nouvelle à un client», sans recevoir le moindre feedback en retour car à l’autre bout du fil, non pas un être humain, mais un robot. «L’expérience a été très impersonnelle», a-t-il confié au Wall Street Journal. Et impossible de l’interroger à son tour pour en savoir plus sur l’entreprise.

Pour les employeurs cette formule a l’avantage d’offrir aux candidats la possibilité d’entamer la séance à n’importe quel moment de la journée, tandis que les réponses peuvent être révisées par un responsable RH à sa convenance.

Les entretiens d’embauche vidéo par robot

Il y a aussi les entretiens d’embauche par vidéo avec des robots comme Vera, développé par la start-up Russe, Strafory. A l’écran elle a une apparence humaine et féminine. Le mouvement de ses lèvres est synchronisé à sa voix et elle tourne la tête légèrement pour simuler son intérêt. Plus sophistiquée que le simple robot répondeur téléphonique, elle est dotée d’intelligence artificielle et peut répondre à certaines questions, ou faire semblant de rebondir sur une réponse en disant «Brilliant!», avant de passer au point suivant. Et tout au long de ces échanges, des algorithmes analysent les micro expressions sur le visage du candidat pour déceler des émotions comme le stress, la sincérité ou… l’agacement d’être évalué par un robot?

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Une réponse à “Les entretiens d’embauche avec des robots

  1. Ben voyons! Jusqu’ou cela va–t-il aller? Déjà que des recruteurs “humains” se comportent souvent comme des robots, sans montrer la moindre émotion ou réaction, mais des robots qui singent l’humain…faudra pas s’étonner que les candidats (et les chanceux qui seront recrutés) par la suite deviennent aussi des robots. A force de formatiser toute la relation de travail, plus besoin de fabriquer des robots: l’être humain pourra le devenir et en fin de carrière alors pourquoi ne pas imaginer de devenir pièce de rechange (cfr; film d’animation Robots) ! Le pire c’est qu’il n’y a pas le moindre mouvement contre cette robotisation…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *