Les multiples talents d’Alexa

DIGITALE ATTITUDE : Amazon a donné accès à son algorithme de reconnaissance vocale aux programmeurs tiers – pour leur permettre de développer des skills et de les intégrer à Alexa dans l’enceinte Echo et d’autres objets connectés. Mais ces skills, vont-ils traquer les usagers en permanence, à l’instar des applications pour smartphones?

L’enceinte intelligente Echo d’Amazon peut être enrichie par des «skills» (des talents ou compétences). On peut les comparer aux applications pour smartphones. Ils se trouvent au sein de l’application Alexa et sur le site d’Amazon, ou, si l’on connait leur appellation exacte, on peut demander à l’assistante virtuelle de les installer directement.

Ainsi aux Etats-Unis, à fin septembre, Alexa comptait près de 50’000 skills et de nouveaux se rajoutent chaque jour. De l’inutile Je viens d’éternuer pour s’entendre dire «à vos souhaits!», à l’indispensable  Objets perdus, pour faire sonner son téléphone lorsqu’on la égaré.

D’autres skills permettent de se tenir informer de l’actualité, écouter un TED talk, ou dicter un SMS. D’autres encore permettent de faire un don à une œuvre de bienfaisance, demander quel vin doit accompagner un repas, ou accorder sa guitare.

Certains skills sont étranges, comme celui pour faire croire aux cambrioleurs que vous êtes à la maison en faisant parler Alexa en continu, ou celui d’avoir des échanges avec elle en chuchotant.

L’Echo d’Amazon a été lancé en France en juin dernier mais n’est pas encore disponible en Suisse. Il faut savoir que les enceintes intelligentes comme Echo et Google Home écoutent quasiment en permanence jusqu’à ce qu’elles détectent le mot de réveil, mais selon les conditions d’utilisation, «ces extraits sont supprimés et aucune information ne sort de l’appareil». L’enregistrement ne démarre que lorsque le mot clé est prononcé («Alexa» ou «OK Google») et peut se consulter dans l’application pour être effacé. Mais il est sauvegardé en partie sur le serveur du fabricant pour améliorer l’intelligence artificielle du logiciel.

Si vous vous demandez pour quelle raison, des millions d’américains ont adopté ces enceintes, se mettant ainsi volontairement sur écoute dans l’intimité de leur propre foyer, c’est que les assistantes virtuelles leur simplifient la vie, tout en étant performantes et attachantes. Et pour ce qui est des conversations confidentielles, il n’y a qu’à tirer la prise.

Il y a pourtant une autre considération plus préoccupante, celle d’avoir ses données exploitées par ces développeurs tiers. Amazon leur fournit un tableau de bord métrique offrant un aperçu de la façon dont les skills sont utilisées et les actions les plus exploitées.

Ils peuvent aussi obtenir des informations sur l’ensemble des commandes vocales émises: les énonciations (utterances) et les intentions (intents).

Allons nous découvrir qu’ils nous traquent en permanence comme les applications des smartphones?

 

 

 

 

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Une réponse à “Les multiples talents d’Alexa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *