Les «PDG Activistes» et leurs salariés, mobilisés contre la politique de Donald Trump

DIGITALE ATTITUDE : PDG et salariés ont pris position contre la politique «zéro tolérance» de Donald Trump.

«Sans cœur, cruel, immoral»: c’est ainsi que les trois cofondateurs d’Airbnb avaient qualifié, dans un communiqué, la décision du gouvernement américain de séparer les parents immigrants de leurs enfants à la frontière mexicaine.

«Le gouvernement américain doit mettre fin à cette injustice et réunir ces familles. Ces mesures ne reflètent pas les valeurs de notre pays.»

Airbnb n’est pas la seule compagnie technologique à s’être opposée à la politique du département de l’immigration, Google, Apple, Uber, Microsoft et Twitter ont tous publié des déclarations invoquant leur indignation et Facebook a participé à une récolte de fonds – plus de 19 millions de dollars – pour financer la défense juridique des personnes en détention.

L’activisme des PDG

Ce n’est pas la première fois que des entreprises de la Silicon Valley ont affronté leur gouvernement sous l’ère de Trump. Elles ont protesté contre le décret interdisant l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants de pays à majorité musulmane. Elles se sont prononcées contre les lois anti-LGBT, se sont mobilisées pour tenter de sauver l’accord de Paris sur le climat, ont encore pris position sur les droits LGBT, le racisme, le contrôle des armes à feu et l’égalité salariale.

Des actions qualifiées de «CEO activism», un phénomène qui a pris de l’ampleur depuis que Donald Trump est président. Sans se préoccuper des répercussions sur leurs chiffres d’affaires, les dirigeants se sont engagés dans des débats sociaux, politiques et environnementaux. Et leurs employés, les millenials, se sont engagés avec eux.

L’activisme des salariés

Dans une lettre ouverte adressée à leur PDG, plus de 100 salariés de Microsoft ont demandé mardi dernier à l’entreprise de cesser de travailler avec le département de l’Immigration. Tout en qualifiant la séparation des familles d’«inhumaine», ils ont ajouté qu’«en tant que créateurs des logiciels dont Microsoft tire profit», ils refusaient «d’être complices»:

«Il est de notre devoir de nous assurer que les solutions puissantes que nous développons soient utilisées pour le bien et non pour le mal.»

Chez Amazon, les employés ont déposé une pétition interne demandant à l’entreprise de ne plus fournir aux forces de l’ordre et à la police de frontières, leurs technologies de reconnaissance faciale et d’analyse de données dans le cloud. Faisant référence au rôle joué par IBM pour recenser les juifs à la demande d’Hilter, ils déclarent:

IBM n’a pas pris ses responsabilités à temps, et lorsqu’ils ont compris quel a été leur rôle, il était trop tard. Nous ne laisserons pas cela se reproduire à nouveau. Il faut agir maintenant.

Des mesures qui ne seront peut-être plus nécessaires. Face aux déluges de critiques et le tollé universel suscités par la séparation des familles, Donald Trump a capitulé. Mercredi dernier, il a mis fin à cette pratique par un décret: les familles seront détenues ensemble.

«Les bassesses de Trump toucheront-elles un jour le fond?» s’était demandé USA Today dans un éditorial en 2017. La question reste d’actualité.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *