Facebook et Google poursuivis en justice le 1er jour de l’entrée en vigueur du RGPD

Le jour même de l’entrée en vigueur de la nouvelle règlementation générale sur la protection des données (le RGPD), le Financial Times rapporte que Facebook et Google ont tous deux été accusés d’avoir enfreint les règles en contraignant les utilisateurs à accepter leurs conditions d’utilisation.

Il ne s’agit pas d’une action  intentée par l’Union Européenne pour non-conformité au GDPR — mais d’une plainte en justice déposée par l’avocat et militant autrichien Max Schrems, critique de longue date des pratiques de collecte de données des entreprises.

Sur le site de son organisation à but non lucratif, None Of Your Business  (noyb.eu), on peut lire:

«Le nouveau règlement sur la protection des données (GDPR), qui est entré en vigueur aujourd’hui à minuit, est censé donner aux utilisateurs le choix d’accepter ou non, l’exploitation de leurs données. Mais les messages qui surgissent en «pop up» depuis de nombreux sites et applications font part d’un sentiment inverse. Les utilisateurs doivent cocher des cases pour accepter les politiques de confidentialité ou perdre complètement l’accès à leurs services.»

Le premier jour de GDPR, noyb.eu a donc déposé quatre plaintes contre Google (Android), Facebook, WhatsApp et Instagram pour «consentement forcé.»

«Ils savent parfaitement qu’il s’agit d’une violation, ils n’essaient même pas de la cacher», affirme Max Schrems dans le Financial Times.

En réponse Erin Egan, responsable de la protection de la vie privée sur Facebook, a déclaré que le réseau social a passé les 18 derniers mois à rendre ses paramètres de confidentialité «plus claires, plus faciles à trouver et à introduire de meilleurs outils permettant aux gens d’accéder, de télécharger et de supprimer leurs données.»

Et un porte-parole de Google a répliqué «Au cours des 18 derniers mois, nous avons pris des mesures pour mettre à jour nos produits, politiques et processus afin de fournir aux utilisateurs une transparence et un contrôle significatifs des données dans l’ensemble des services que nous fournissons dans l’UE.»

Affaire à suivre.

 

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *