Comment précipiter la démission de Donald Trump

À la suite des manifestations violentes à Charlottesville le week-end dernier entre suprémacistes blancs et militants antiracistes et les propos de Donald Trump, mettant sur le même plan les néo-nazis et ceux qui protègent les droits civiques, les réseaux sociaux et les services de paiement en ligne ont réagit, en supprimant les comptes de groupes extrémistes.

Les réseaux sociaux réagissent  

Apple a désactivé sa plateforme ApplePay sur des sites marchands à thème nazi. Facebook, Twitter, Instagram et Reddit ont fermé les comptes de groupes d’extrême droite. Le site de streaming musical Spotify a supprimé des fichiers musicaux évoquant la haine raciale.

Le registraire de nom de domaine GoDaddy a annulé l’hébergement du site Daily Stormer, qui a participé à l’organisation de la mobilisation à Charlottesville. Le groupe de sécurité Cloudflare a cessé de fournir une protection contre les pirates informatiques aux sites affiliés à Daily Stormer.

Et Reuters rapporte que la plate-forme de partage de fonds GoFundMe, a fermé les comptes créés pour soutenir James Alex Fields, l’homme accusé d’avoir de conduit le véhicule qui a percuté les contre-manifestants et tué Heather Heyer.

L’EFF tire la sonnette d’alarme

Pourtant l’EFF, une organisation de protection des libertés sur Internet, a tiré la sonnette d’alarme sur ces mesures, «Nous devons reconnaître que sur Internet les mesures prisent pour faire taire les néo-nazis pourraient être utilisées contre d’autres, y compris ceux dont nous acceptons les opinions.»

L’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) est plus nuancé et préconise de différencier dans la censure, les groupes haineux porteurs d’armes par rapport à ceux qui ne sont pas armés.

L’exemple vient du haut

Mais ne vous trompez pas, l’instigation à la haine aux Etats-Unis vient d’en haut. Le président Donald Trump en est responsable par ses propos venimeux et agressifs envers tout individu dans sa ligne de mire. Et l’enquête annoncée récemment par son ministre de la justice Jeff Session, pour déterminer si les Blancs font l’objet de discrimination dans les admissions aux universités, a encore jeté de l’huile sur le feu dans un climat chargé.

David Duke, l’ancien chef du Ku Klux Klan, a soutenu cette vision lorsqu’il a déclaré que la marche «accomplit les promesses de Donald Trump,» pour «nous rendre notre pays.» Et la foule a scandé “White Lives Matter ».

@realDonaldTrump

Je suis en mode «Trump Watch» depuis avant les élections, il n’y a pas un jour qui passe (si ce n’est plusieurs fois par jour) où je ne suis pas profondément offensée et horrifiée par ses déclarations. Mais il y aurait un moyen pour le déstabiliser et précipiter sa démission, c’est une évidence. Et c’est tout bête. Supprimer son compte Twitter. Ce serait justifié car ses propos incitent à la violence ce qui est contraire aux conditions d’utilisation. Twitter est son mode de communication préféré pour s’adresser directement à sa base (et tous ceux qui ont l’oeil sur lui) et il se vante régulièrement de ses 36 millions de followers. Priver Donald Trump de Twitter le rendrait fou.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

35 réponses à “Comment précipiter la démission de Donald Trump

  1. Je crois que, en effet, fermer son compte twitter serait justifié par les conditions d’utilisation du média, et son incitation (ainsi que l’exemple qu’il donne en tant que “première” personne au monde, président de l’état le plus puissant de la planète) à la haine, à la violence, au non-respect de l’autre et des différences, et certainement de bien nombreux autres points.
    Mais je crois aussi que fermer son compte alimenterait d’autant plus fort ce rôle de “victime” qu’il aime jouer, et serait un argument de plus pour sa base, renforçant leur croyance dans le “pourissement” du système en place.
    J’ai tendance à croire qu’il faut lui faire confiance, il se sabote si bien tout seul, il va réussir à précipiter sa chute sans qu’on ait besoin de l’aider. Et ainsi, même si certains de ses supporters y verront toujours une “injustice du système” (puisqu’ils seraient prêts à tout ré-interpréter à leur aune, sans aucune cohérence ni intégrité), j’espère que la plus grande partie prendra quand même conscience que le problème, ce n’est pas le système, mais bien ce personnage. Voire, ce qui serait encore mieux, pas ce personnage, mais cette façon de faire, d’agir, de penser, ces idées partales et partielles …

    1. J’ai pensé jusqu’à présent que ses déclarations sur Twitter étaient importantes pour comprendre son état d’esprit. J’ai pensé aussi que jamais Twitter ne fermerait son compte, vecteur d’une immense visibilité pour ce site. Mais vu sa réaction vindicative face aux démissions de plusieurs chefs d’entreprises sur une commission consultative pour le “manufacturing aux USA” (d’abord en insultant le CEO de Merck personnellement sur Twitter, puis en démantelant 2 commissions avant que d’autres CEO ne se désistent à leur tour,) je pense que fermer le compte Twitter de Trump serait le meilleur moyen de l’atteindre dans son ego sur-dimensionné. Mais je vous l’accorde, il se sabote tout seul. Son départ n’est qu’une question de temps.

      1. Ce débat me semble bien empreint de mauvaise foi médiatique et anti Trump.
        En effet, si je comprends bien l’anglais, Donald Trump n’a jamais mis sur un pied d’égalité les pro nazis et les gens de gauche qui dites vous “défendent les droits civiques. Il s’est exprimé uniquement sur la manifestation de Charlottesville et a dit que les manifestants des deux camps étaient équipés de clubs de golf pour en découdre.
        Il me sembel donc que les certains medias américains et tous les medias de Romandie sont de mauvaise foi et tentent de vendre leur papier en imaginant un scandale qui pensent-ils les honore. Personnellement, j’ai renoncé à tout abonnement à cette presse totalement démunie de diversité d’opinion.

        1. Si la majorité des médias, par ici, ainsi qu’aux USA je crois, critiquent Trump, vous pensez que ce n’est que par intérêt ? Lequel ?

          “vendre leur papier” -> intérêt financier uniquement ?
          “qui les honore” -> des valeurs qu’ils estiment ?

          Excusez mon incompréhension, mais pourriez-vous m’expliquer ce qu’il y a de mal à écrire des choses en fonction de nos valeurs personnelles ?
          Est-ce que ce qu’ont fait Gandhi, Luther King, Mère Teresa, c’est-à-dire se battre pour ses valeurs, est mal ?
          Peut-être n’ai-je pas compris le sens de vos propos ?
          Ou bien prétendez-vous que toutes les personnes qui se battent pour certaines valeurs, en particulier la tolérance, l’ouverture, etc, sont des menteurs qui n’y croient pas et ne font ça que pour “vendre” et “être honoré” ?

          1. Aie. Si les journalistes se prennent pour Gandhi ou Luther King, alors qu’ils l’annoncent clairement. Cependant l’éthique journalistique devrait tout de même les inciter à ne pas déformer les faits pour établir leur cause, leurs idées.
            Ecrire comme cela a été fait que : ” Donald Trump, mettant sur le même plan les néo-nazis et ceux qui protègent les droits civiques”, est simplement un fake news. Les journalistes qui ont présenté les faits ainsi trichent car ils généralisent les propos du Président Trump qui avait simplement déclaré que lors des évènements de Charlottesville, il se trouvait dans les deux camps des participants munis de clubs de golf pour en découdre.
            Merci de respecter Gandhi, car lui ne déformait pas les faits pour tenter d’établir une cause, il “volait bien plus haut”.

          2. Oui, respectons les faits !
            Qui est-ce qui propage des Fake News ?

            Trump n’a pas seulement dit : “il se trouvait dans les deux camps des participants munis de clubs de golf pour en découdre”. Il a dit également beaucoup d’autres choses, en particulier : “les torts sont des 2 côtés”, ce qu’il a répété d’ailleurs à maintes reprises. Pourquoi ne retenir qu’une partie de ce qu’il a dit et oblitérer le reste ?
            Merci de vous renseigner vraiment sur l’ensemble de ses propos et de parler de faits avérés. Ce sont justement les visions partielles et partiales qui propagent des Fake News. Vous nous en faites une jolie démonstration ici.

    2. Je crois que votre rêve ne deviendra jamais réalité. D’une part l’Amérique est protégée par une constitution exemplaire et avoir un compte Twitter ou ne plus suivre une personne, fût-elle président des Etats-Unis, dépend de votre choix personnel et b^non de la collectivité. Je respect trop mes nombreux amis américains pour ne pas prendre de mesure qui les autoriserait à dire «  De quoi vous mêlez-vous ? N’avez-vous pas assez de problèmes à résoudre en Europe ? » .
      Le deuxième aspect est que vous faites fi, et c’est grave, de la personnalité politique froide qu’est le vice-président Mike Pence. Certes il sera soutenu par le congrès, si les mi-mandats maintiennent la majorité républicaine au Sénat , mais les mesures anti-avortement et la guerre thermonucléaire que vous avez raison de redouter seront encore plus proches de nous. Cet homme est plus dangereux mais respectable sur la forme.
      Je pensais en vous lisant à la querelle byzantine du sexe des anges. Ne rêvons pas . Nous sommes face à un monde en pleine ébullition et ce n’est pas Twitter qui changera les choses. Je peux même vous prédire que ces réseaux disparaitront vite en cas de conflit.
      Je respecte vos arguments et je pense que vous avez raison de vous battre parce que ce Monsieur vous a blessée dans votre corps et votre esprit de femme et j le comprends et vous soutiens. Attention cependant à ne pas réagir sans prendre en compte toutes les conséquences géo-politiques et l’importance des Etats-unis face au terrorisme et à des continents en effervescence.

      1. Twitter pourrait fermer le compte de Donald Trump en toute légalité, car leurs conditions d’utilisation interdisent les menaces et le harcèlement. Mais ils ne le font pas car ses tweets leur amènent du traffic et une notoriété inestimable. Le point positif sur les tweets de Trump est qu’ils finissent par se retourner contre lui. Comme cela a été le cas pour le décret sur l’immigration qui a été rejeté en justice parce que ses tweets pendant sa campagne électorale ont prouvé son intention de cibler les musulmans. Mais je vous l’accorde, Pence n’est pas un bon remplaçant…

  2. Je pense qu’il est plus utile, pour tout le monde, de laisser DT s’embourber avec ses déclarations. Précipiter la chute d’un personnage comme lui alors que nous vivons dans une époque où l’on oublie n’importe quel drame en “20 minutes” chrono n’apporterait pas le bénéfice escompté sur le long terme. Les États Unis, que le monde critique depuis si longtemps, nous prouvent qu’ils sont capables du pire et du meilleur. Le pire, n’en parlons pas. Le meilleur est que des figures économiques US devenues incontournables on enfin compris (je suis bien naïf certainement) que leurs profits passeront par une vraie considération pour l’éthique et la morale. La population américaine se réveille doucement et c’est en partie grâce à DT.
    Ses positions, vis-à-vis du changement climatique et sur l’immigration, véhiculées par les médias (traditionnels et sociaux) sont des catalyseurs qui aident les gens (du monde entier!) à mieux comprendre les enjeux actuels.
    Un mal pour un bien, et plus utile que 100 reportages propagandistes anti machin ou anti chose.

      1. oui
        MOR a trop raison ,
        La population américaine se réveille doucement et c’est en partie grâce à DT.
        DT est deja un model de FIN DE SERIE , et ils va demissioner tres vite ,

  3. Depuis le début de la campagne de Trump, les médias le descendent en flèche en prétendant qu’il ne sera jamais élu, mettant en avant Mme Clinton. Maintenant qu’il est au pouvoir, ils les descendent en flèche en prétendant qu’il prône la violence. Je rappellerai qu’il a dénoncé toutes les formes de violence (je n’ai jamais vu de casseurs d’extrême-droite dans les manifestations altermondialistes).

    1. Trump incite la haine et la violence. Les milices suprémacistes blancs – qui se sont présentés à cette manifestation avec des armes semi-automatiques – font partie de son électorat et revendique accomplir sa promesse de rendre le pays aux Blancs. Et les menaces de Trump proférées à l’encontre de la Corée du Nord il y a seulement 15 jours ont été d’une violence inouïe et sans précédent pour un président américain: « La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis. Elles se heurteront à un feu et à une fureur que le monde n’a jamais vus jusqu’à présent ». Phrase qu’il a répété deux fois les bras croisés!

      1. Vous délirez à voir Trump comme un dirigeant sanguinaire, si Clinton avait été élue on serait en guerre nucléaire avec la Russie, l’Europe serait ravagée et ses alliés frères musulmans auraient la main pour prendre le pouvoir en Europe.

    2. “(je n’ai jamais vu de casseurs d’extrême-droite dans les manifestations altermondialistes)”
      Depuis le début certains médias encensent Trump également … pourquoi ne retenir que ceux qui vous permettent de considérer Trump comme une “victime” ?
      Essayons d’être un peu objectif, intègre et cohérent, de voir les choses dans leur ensemble, sans oublier de tenir compte des choses qui ne nous arrangent pas, pour avoir des arguments qui ont un intérêt

  4. Vous autres américains êtes encore des adolescents. Vous êtes un pays jeune, et vous avez encore beaucoup à apprendre de vos erreurs.

    Trump, que cela plaise ou non, a été élu démocratiquement. Aujourd’hui Trump sème l’effroi parmi les mêmes, exactement les mêmes qui vomissaient déjà sur Bush père puis sur Bush fils.

    Comme si les seuls présidents acceptables aux yeux d’une partie de l’opinion ne puissent être que des démocrates.

    Alors tout est bon pour décrédibiliser l’autre, médias majoritairement de gauche en Europe et aux USA, hommes politiques aveugles et ignorants en Europe, opinion publique américaine écervelée….je n’ai pas souvenir que les républicains et l’opinion publique républicaine se comportent de la même façon lorsqu’un démocrate est en course.

    Je me souviens encore de tous ces dirigeants européens donnant publiquement leur choix pour d’autres candidats que Bush, une chaine de télévision française insultant régulièrement Bush de demeuré (les guignols de l’info)….médias aux USA majoritairement de gauche, manipulant des classes d’ignares, et tout ceci dans un grand esprit de “démocratie”.

    Soit la gauche, ou qu’elle soit, estime qu’elle seule est apte à gouverner, soit on accepte d’avoir des opinions différentes et donc le jeu démocratique.

    On dit que Trump a décidé de se présenter le jour ou Obama s’est moqué de lui lors d’un gala. Et si tout partait de là ? Alors Trump ne serait pas plus à blâmer qu’Obama le chéri de ces foules.

    Ici tout l’enjeu est de savoir si nos démocraties savent encore ce que démocratie signifie.

    Facebook, twitter, et tant d’autres sites ont parlé de fermer des comptes de suprémacistes blancs.

    C’est étrange de voir que tout ce beau monde, encore de grands démocrates, soient aussi prompts à réagir alors que lorsque les djihadistes publient des vidéos, des photos, de viols, meurtres, décapitations sur Facebook, Twitter et j’en passe, là ça ne pose aucun problème.

    Là par contre c’est difficile de censurer, là par contre ça prend du temps, faut étudier si cela contrevient à la charte

    Vous vous trompez de cible les gens, et à moins que vous ne vouliez une autre guerre civile, faudra un jour grandir et apprendre que la démocratie est le respect de l’ensemble des opinions même de celles qui ne nous plaisent pas.

    Cela fait longtemps que je ne crois plus à l’objectivité de la presse comme moyen de contre pouvoir, et je vois suffisamment la presse suisse, française, américaine, anglaise….prenant majoritairement partie pour la gauche au pouvoir dans les pays respectifs que j’arrive à la conclusion que la presse indépendante n’existe pas.

    La presse est partisane. Et cela démontre que nos démocraties sont malades.

    Aujourd’hui en Amérique on voit les antifas comme de gentils casseurs de gauche mais des gens bien car ils combattent le “fascisme”.

    On a vu en France ce que ces gentils casseurs font, sans aucune comparaison avec un quelconque mouvement identique de droite. Mais ils sont tolérés, aussi bien par les politiques de gauche que par les médias de gauche qui n’en disent jamais rien de mal.
    Imaginons la même chose faite par des groupuscules de droite en France, imaginons le tollé que cela provoquerait.

    Et la même histoire en Suisse. Zurich a déjà été laissée sens dessus dessous, combien de mouvements équivalents de droite font la même chose ? Aucun.

    C’est assez hilare de voir que la grande amérique qui a si souvent combattu l’URSS et le communisme, voit en héros aujourd’hui, en tout cas une partie d’entre elle, des gens qui sont des anarchistes et qui souhaitent l’avènement du communisme partout ou ils se trouvent.

    Assez drôle.

    Aujourd’hui on parle de déboulonner les statues du Général Lee, confédéré, sudiste….quelle horreur, mais quelle horreur pour toutes les belles âmes de gauche.

    Mais suivons le raisonnement jusqu’au bout et attendons voir si les mêmes en feront autant pour Georges Washington et Thomas Jefferson, deux héros américains mais esclavagistes notoires.

    L’Amérique, comme beaucoup de nos démocraties occidentales est malade, personne ne sait comment tout cela finira.

    1. C’est intéressant de lire ce commentaire et de voir comment on peut complètement détourner ce qui est en train de se jouer à ce moment précis. Oui bien sur les Etats-Unis est un pays jeune qui n’a pas l’historique politique des autres pays, j’en conviens. Mais convenez cependant que beaucoup d’émigrés européens vivant aux USA ont voté pour Trump dans l’espoir de retrouver l’american dream. Au vu des nombreuses bourdes faites par Trump qui, malgré ses moyens financiers et ses relations n’arrivent même pas à donner l’illusion d’un semblant d’intelligence, il me semble que même les Bush ne sont pas tombes aussi bas. Le seul point où je suis d’accord, c’est que Trump a été élu selon les lois de son pays. On peut avoir une profonde antipathie pour le personnage mais ne pas contester ce point.

      Que l’on soit démocrate ou républicain, le point le plus important est de savoir gouverner et c’est là où certain sont plus compétent que d’autre. Pas évident du tout et j’admire infiniment ceux qui se lancent dans une telle aventure. Vous parlez d’Obama en disant que c’était le favori et celui que tout le monde portait aux nues. Oui mais il a travaillé pour cela et ne s’est pas contenté d’envoyer des twitters rageurs quand ça n’allait pas dans le sens qu’il voulait. On peut reprocher plein de choses aux dirigeants mais se comporter comme un enfants gâté que l’on a privé de dessert, ce n’est vraiment pas très adulte.

    2. Vous dites : ” ces gentils casseurs font, sans aucune comparaison avec un quelconque mouvement identique de droite”

      Si je comprends bien, les “casseurs” sont toujours de gauche ? Et la droite ne fait rien de semblable ?
      Si on reprend l’exemple de Charlottesville, quels “casseurs, “ceux de gauche ou de droite ont tué 1 personnes et blessé 19 autres ? Quelle “arme” a été utilisée ? N’est-ce pas l’arme de prédilection des terroristes actuellement (un véhicule qui fonce dans la foule) ?

      Je respecte infiniment l’intégrité. Des recherches – reconnues par tout le monde, la droite comme la gauche, présente les chiffres – ce sont des faits : sur les 85 attentats qui ont eu lieu aux USA depuis 2001, 62 ont été commis par des extrêmistes/suprémacistes/ de droite, 23 par des extrêmistes islamistes … et 0 par des extrêmistes de gauche ….

      Je crois qu’il faut reconnaître qu’il y a un énorme problème, qu’il y a un réel mal-être autant aux USA qu’en Europe. Pour le régler, la seule façon, à mon avis, est de parler de la réalité du probème, et non pas de diaboliser l’une des parties, quelle qu’elle soit, ni la gauche, ni la droite.
      Parlons, s’il vous plaît, de faits concrets, de réalité, et là, nous pourrons avoir un dialogue constructif, et trouver réellement une solution

      1. Oui je confirme mes propos, il est dans les gênes d’une partie de la gauche d’aimer la violence. On n’est pas anarchistes pour rien. Et je confirme aussi qu’il n’y a aucun mouvement identique de droite qui casse tout sur son passage lors de certaines manifestations en France, en Suisse….
        Donc au lieu de dire “parlons svp de faits concrets, de réalité…”, vous feriez mieux de reconnaitre cette réalité là au lieu de faire comme si ce que je dis n’existait pas.

        Ensuite vous parlez d’un fait isolé qui fait doit vous faire plaisir pour essayer de justifier vos rêves.

        Jusqu’en 1985 les violences aux USA étaient largement du pour les 3/4 à la gauche/extrême gauche. Depuis qu’il y ait eu un rattrapage d’une certaine droite suprémaciste américaine ne fait pas de doute mais contrairement à ce que vous affirmez, aucun des sites que j’ai pu consulter dit que l’extreme gauche a commis 0 attentat aux USA depuis 2001.

        1. Il est dans les “gènes” d’une partie de la gauche “d’aimer la violence” ? Vraiment ?
          Ou bien est-ce que le recours à la violence est utilisé – indifféremment de la position partisane ?
          Si ce que vous dites est vrai – que l’utilisation de la violence était majoritairement utilisée par l’extrêmisme de gauche avant 1985 – alors en effet, l’extrêmisme de droite s’est bien rattrapée depuis. Ce qui tendrait à prouver que l’usage de la violence n’a rien à voir avec l’orientation partisane.

          Personnellement, je crois que l’usage de la violence est l’expression d’une souffrance, d’un mal-être, d’une frustration mal maîtrisée. Et c’est répréhensible, quelle qu’en soit la raison, quel qu’en soit l’utilisateur, droite, gauche, bleu, vert, grand, petit, femme, homme. C’est pour cela que des procédures judiciaires et des pénitences ont été mises en place. L’usage de la violence, et en particulier quand elle entraîne des décès, engendre encore plus de violence et de la souffrance. Elle engendre donc un mouvement descendant, un cercle vicieux qui n’amène rien de bon.

          Accepter le jeu démocratique, c’est accepter qu’une gauche existe et qu’elle ait des opinions différentes. Et la respecter, sans la dévaloriser, sans lui faire porter tous les maux, sans violence.

          Aucun parti n’a “raison”, il y a une multitude de points de vue différents, et tous sont légitimes, aucun n’est plus “juste” qu’un autre. C’est simplement le sien, individuellement. Et dans une démocratie on essaie d’additionner les points de vue personnels, et de faire des choix en fonction d’un maximum de visions semblables. Tout en sachant que quel que soit le choix, il y aura toujours plein de personnes qui auront du sacrifier, renoncer à des choses importantes pour elles. Et respecter cette frustration (tant qu’elle ne dégénère pas en violence). Plus on respecte les points de vue des autres, moins on les diabolise, plus on reconnait que nos choix sont simplement nos choix, subjectifs et non “justes”, sans jugement, que si on fait partie de la majorité et que nos choix sont respectés, alors c’est qu’on a de la chance. Si on respecte que les autres peuvent vouloir autre chose, de façon légitime, et que si c’est notre choix qui prime, c’est un peu arbitraire, seulement une question de majorité, et non pas parce que c’est “fondamentalement juste ou la bonne chose”, alors la société peut fonctionner.

          Et j’insiste, étudiez l’histoire contemporaine récente de façon objective et vous verrez que les extrêmistes de droite ont effectivement engendré beaucoup plus de violence que ceux de gauche, en tout cas ces 30 dernières années, ce qui est beaucoup à notre échelle humaine. De très nombreuses études le démontrent. Ne prétendez pas qu’ils n’ont rien fait, ce serait une “fake new”. Et une attitude de victimisation. Un peu comme si vous, personnellement, vous sentiez “attaqué” et cherchiez des arguments partiaux pour vous défendre.

          Personnellement, je ne trouve pas du tout que les médias soient “de gauche”, bien au contraire. Il n’y a quasiment plus aucun journaliste indépendant, presque tous les journaux font partie de grands groupes, propriété de personnes très riches qui soutiennent des gouvernements de droite, pas d’extrême droite, mais bien de droite. Question d’intérêts financiers. Enfin, peut-être considérez-vous que la droite, c’est en fait la gauche, car pas assez d’extrême droite ?

          Pour rappel, les différences essentielles entre droite et gauche sont : le rôle de l’Etat (plus ou moins présent/engagé), lié surtout à cette question centrale : liberté ou égalité, laquelle doit primer ? la droite pense que la liberté doit primer sur l’égalité (donc moins d’état, plus de libertés individuelles). La gauche pense que c’est l’égalité qui doit primer sur la liberté (donc l’état doit intervenir pour favoriser l’égalité, en privant un peu de liberté). Je crois que chacune de ces 2 visions est tout à fait légitime, chacune a sa logique, son sens, son éthique. Aucune n’a une légitimité fondamentale plus que l’autre. Toutes les 2 sont tout autant valables.

          Après, personnellement, mon coeur balance plutôt d’un côté … mais c’est un choix personnel, individuel. Je respecte entièrement ceux qui voient les choses autrement. J’exprime mon point de vue, et je respecte l’autre.
          Tant qu’on ne déforme pas les faits et qu’on respecte l’autre dans sa différence. Tant qu’on ne diabolise pas l’autre et ne l’accuse pas à tort.

  5. le vrai scandale c’est que la police n’a intentionnellement pas fait son travail. c’était son devoir de protéger une manifestation autorisée, même si elle exprimait des opinions qui déplaisent aux autorités. 1 er amendement, liberté d’expression et de réunion.

    la police ayant, volontairement, permis que la violence se développe, une tête brûlée a pété un plomb. c’est la police qui est responsable, donc le pouvoir. mais ce n’est pas étonnant, car aux usa le pouvoir profond, qui est en insurrection contre le mprésident légitime, veut l’affrontement et les dérapages de manifestants exaspérés pour que cela permette de monter une immense campagne planétaire d’indignation contre la violence raciste. avec beaucoup de larmes et de pleurnicheries ridicules, campagne à laquelle des gens les plus divers, comme mme turettini, s’associent sentimentalement.

    dans cette affaire les propos de trump sont les seuls sensés.

    1. Des larmes et des pleurnicheries ridicules ?
      Avez-vous un enfant, des amis, des personnes à qui vous tenez ? Si vous le perdiez, vous “pleurnicheriez” ?
      La vie humaine n’a aucune valeur pour vous ?
      Une personne (de plus !) est morte !

      “la police ayant, volontairement” -> dans quel intérêt ?
      c’est quoi le “pouvoir profond” ?

      quelle est votre peur ?
      pourquoi un “pouvoir profond” “forcerait” la police à agir contre ses propres valeurs ?
      vous trouvez qu’une “campagne (planétaire) contre la violence raciste” serait mauvaise ?

  6. @ARIANE WISMER

    je suis pour le premier et le deuxième amendement. liberté d’expression, droit au de porter une arme. mondialement, le pouvoir veut abroger ces deux garanties fondamentales de la liberté. le prétexte est hypocrite, c’est l’antiracisme. je n’accepte pas qu’on désarme et muselle les citoyens sous des prétextes hypocrites. on le voit en suisse aussi ou le peuple se débat pour conserver le principe du fusil à la maison, contre tous les médias et l’establishment.

    ces gens parlent la main sur le coeur mais ils veulent instaurer la société du contrôle total. en fait la dictature du politiquement correct, pour nous réduire en esclavage.

    il y a les naïfs, comme vous, qui ne voient pas ca. c’est triste.

  7. et si vous voulez une définition du pouvoir profond je vous donne la mienne. il s’agit de ces puissances occultes qui sont capables de démolir trois tours à manhattan, pour créer un prétexte de lancer une guerre planétaire qui rien qu’en irak a causé plus d’un million de vies humaines.

    les mêmes forces, à charlotteville, ont réussi à faire en sorte que la police ne maintienne pas l’ordre pour qu’une manifestations, légale et autorisée, dégénère. et pour que toutes les ariane wismer et emily turrettini du monde tombent dans le panneau. quand il y aura une 3ème guerre mondiale et que des centaines de millions de personnes, dont des proches à vous, seront mortes, vous commencerez à réfléchir à ce que je vous dis ici.

    je sais je suis un complotiste. je l’avoue.

    1. Oui, vous êtes complotiste, et je trouve ça assez mignon au fond.

      Soit, je suis terriblement naïve, ce qui est une possibilité bien sûr, soit vous avez une peur terrible de quelque chose. Et ça m’intéresserait vraiment de comprendre de quoi.
      A vous lire, j’en vois plusieurs : (1) être privé de votre liberté (en sachant que toutes nos libertés individuelles s’arrêtent là où commence celle des autres, système nécessaire pour le fonctionnement d’une société); (2) être prisonnier d’un système qui vous dépasse, ou qui est malsain; (3) perdre des personnes que vous aimez. Enfin, ce ne sont que des suppositions, peut-être entièrement fausses, ou juste très partielles. Mais je serais vraiment intéressée de savoir quelles sont vos peurs ?

      La “Justice” absolue n’existe pas, il n’y a rien d’absolument de juste ou faux, de bien ou mal. Tout est une question des critères définis dans une société définie, critères mis en place pour que la vie communautaire se passe au mieux (dans les limites du possible). Ces règles sont définies parfois de façon démocratique, parfois de façon arbitraire, sur d’innombrables points (habillement, santé, éducation, armes, etc). Ensuite, chacun d’entre nous, individuellement, mesure ces règles par rapport à ses propres valeurs, envies, choix. Nous pouvons exprimer ce qui nous convient ou pas, essayer d’influcencer les autres personnes, de les convaincre pour changer des choses, s’il nous semble personnellement qu’il y a des choses qu’il serait souhaitable de changer. Au final, c’est notre choix individuel de continuer ou non à vivre dans une société donnée, en respectant les règles choisies par la majorité, dans une démocratie. Ou de ne pas les suivre, tout en en assumant les conséquences.

      Je ne vais pas prétendre que “c’est mieux” ou non de porter des armes, de façon absolue ou générale. Personnellement, et c’est ma vision absolument personnelle et subjective, je déteste les armes, je suis végétarienne, je trouve qu’il n’est pas nécessaire d’ôter une vie, quelle qu’elle soit. Pour moi, RIEN ne le justifie. Et je suis anti-militariste depuis mon adolescence (et ça date !), parce que je ne crois plus qu’aujourd’hui en Europe nous risquions d’être envahis par nos voisins. Je crois également que pour nous protéger individuellement, l’arme est le plus mauvais des moyens. Mais je l’assume comme étant ma vision personnelle, et je me bats pour la défendre, tout en sachant que c’est simplement mon avis personnel. Je suis heureuse si j’arrive à faire entendre certains de mes arguments. Pour moi, c’est important de faire entendre mes convictions, mais je sais que je ne détiens aucune “réalité profonde” que les autres “ignoreraient”, car ils seraient trop “naïfs”. Je ne suis supérieure à personne.

      A mon avis, si le “pouvoir profond” a vraiment comploté pour les attentats de 2001 (et je reconnais qu’il y a eu des choses intriguantes), dans le but de “lancer une guerre planétaire”, franchement … ils ne sont vraiment pas efficaces, parce qu’un million de personnes en Irak, à l’aune d’une guerre planétaire, c’est – au fond – je suis désolée – mais … assez dérisoire. Si c’est le cas, alors je dirais qu’ils n’ont qu’un faible pouvoir et qu’ils ne font peur à personne. Donc, franchement, si un “pouvoir profond” (enfin, je doute toujours de ce genre d’argument, parce que c’est beaucoup trop abstrait, ça impliquerait “un groupe uni de personnes qui s’entendent et ont un but précis commun”, alors que concrètement dès qu’il y a plusieurs êtres humains … réussir à les faire s’entendre sur le long terme, quand il y a de gros enjeux financiers, ça ça me paraît assez de la science fiction).
      Sur ce point-là, Trump et ses menaces de guerres nucléaires avec l’Iran et la Corée du Nord semble bien plus efficace, car ce sera d’un coup des dizaines de millions de personnes qui seront touchées.

      Personnellement, je crois que si on est “réduit en esclavage”, c’est qu’on se soumet volontiers à cette dictature de la consommation, cette envie de posséder, informatique, armes, vacances & cie. Ce qui est la seule chose qui nous prive de notre réelle liberté : les biens matériels. Et c’est nous qui nous y soumettons 🙂 Et pourquoi pas ? C’est un choix individuel, la liberté d’accepter ce système, ou alors s’engager pour le faire changer, ou alors créer un système différent, ou alors aller dans des régions du monde qui vivent bien au-delà de tout ça (elles existent, j’en ai visitées).

  8. @ariane wismer

    merci de me trouver mignon. je suis très touché.

    ce que je crains? je vous ai dit. je n’apprécie pas la société de contrôle total telle qu’elle existe déjà aux états unis où toutes les règles de l’habeas corpus ont été suspendues depuis le patriot act. on peut détenir une personne sans motif et sans jugement, pour une période illimitée au seul motif qu’elle est soupçonné. ca ne s’est jamais vu depuis la gestapo nazie et le nkvd-kgb de l’urss. et cette forme de dictature orwellienne a été mise en place à la suite d’un attentat monté par des services secrets et d’une campagne mondiale de mise en condition de l’opinion, qui a mobilisé les glandes lacrymales de millions de braves dames comme vous.

    ca vous plaît cette société là? apparemment oui, puisque vous êtes partisane qu’on supprime le peu qu’il reste encore de liberté d’expression aux usa. et vous demandez aussi à cor et à cri que l’on désarme les citoyens en abrogeant le deuxième amendement. or ce droit du citoyen américain à porter les armes est la seule chose qui fait encore hésiter les docteurs folamour de réaliser pour de bon leur projet totalitaire.

    l’autre chose que je crains c’est la guerre thermonucléaire qui, elle, fera cinq cent millions de morts, et qui sera la conséquence des actions de ce que j’appelle ce pouvoir profond, transational, qui actuellement essaie de lier les mains à trump et de l’empêcher de s’entendre avec la russie pour éviter la catastrophe.

    je n’ai pas envie de répondre point par point à vos arguments que je trouve sots et incohérents en plus d’être gnangnan. disons simplement que si pour vous le fait de déclencher une guerre planétaire, contre le terrorisme qu’on a fabriqué soi-même, en tuant au passage froidement quelques milliers de personnes qui étaient dans ces tours, et le fait que cette guerre se poursuive, en afghanistan, en libye, en syrie, en ukraine plus de quinze ans après, en attendant de se transformer une troisième guerre mondiale thermonucléraire, et que rien qu’en irak tout ça a fait environ un million de morts dont la moitié d’enfants et la plupart de civils, et si vous pensez que “un million de personnes en Irak, à l’aune d’une guerre planétaire, c’est – au fond … assez dérisoire”, alors vraiment ça n’a aucun sens de débatter avec vous.

    je me demande même pourquoi je vous réponds.

    c’est insupportable que la propagande abuse de la gentillesse de bonnes âmes naïves comme vous pour descendre en flammes trump sous toutes de sortes de prétextes ayant trait au bon goût, ce qui n’est pas la question, mais alors vraiment pas, alors qu’on ne comprend pas que trump et son accession au pouvoir proviennent d’une réaction, certes maladroite, de l’armée et d’une partie minoritaire du big business américain, des gens qui sont au clair sur ce qui s’est passé le 11 septembre 2001, c’est à dire un coup d’état, et qui ne veulent plus qu’on fasse des guerres dans le monde entier aux frais de l’amérique et en faisant tuer des soldats américains pour des intérêts qui ne sont pas les leurs.

    évidemment que trump prête le flanc à la critique. mais que l’on soit dans le cirage à ce point et qu’on ne voie pas où veulent nous mener ceux qui avaient déjà fait assassiner kennedy, car ce sont les mêmes, et que madame turrettini ne le voie pas elle qui est américaine et sans doute assez bien informée par son mari et par d’autres sources, et qu’elle tombe dans le panneau comme ça la tête la première. alors là, je dois l’avouer, ça me sidère, pour ne pas dire plus…

  9. et je trouve effrayant que pour vous le million de victimes environ, de la guerre en irak, soit dérisoire, alors que vous êtes partante pour abolir toutes les libertés constitutionnelles modernes, à cause d’une seule victime d’un dérapage lors d’une manifestation à charlottesville, dérapage qui, je vous le répète, a été provoqué sciemment et instrumentalisé par ceux qui tiennent le pouvoir profond et les médias, et qui travaillent main dans la main avec la police pour que se produisent ce genre d’incidents (ici en ordonnant à la police de délibérement s’abstenir de faire son devoir qui était d’assurer la sécurité d’une manifestation légale et autorisée) de sorte à permettre ensuite ce genre de campagnes lacrymales au profit d’objectifs inavouables et criminels, tout cela est atroce.

  10. A vous lire, il semblerait que ce que vous craignez le plus, c’est la guerre « thermonucléaire », ce que je respecte et comprends parfaitement, c’est plutôt noble de chercher le moyen de l’éviter.
    Ce qui m’effare, à vous lire, c’est qu’au fond, vous semblez soutenir la seule personne qui veut et peut déclencher cette guerre, en croyant que c’est la seule qui cherche à l’éviter.
    Pourquoi ne pas ouvrir les yeux et regarder les faits ?
    La seule personne qui, aujourd’hui, a le pouvoir effectif de déclencher cette guerre, c’est Trump, le seul qui exprime assez clairement vouloir la lancer (Corée et Iran), c’est Trump.
    Et vous dites que Trump est le seul à vouloir s’y opposer ?
    C’est très contradictoire

    Bon, admettons qu’il y ait un « pouvoir profond » qui sabote toute la société dans le seul but de la détruire en entier (mais – à nouveau – quel serait son intérêt ? dans quel but concret (argent, pouvoir, plaisir ?) « ils » feraient ça ? et concrètement c’est qui ce « ils », ce pouvoir profond ? un groupe de pdg richissime ? des fous ? des masochistes foncièrement méchants ? ). Bref, admettons qu’ils existent et qu’ils aient un intérêt (j’apprécierais beaucoup que vous décriviez plus précisément qui ils pourraient être, concrètement, cette unité du “ils” me laisse bien dubitative). Vous dites que Trump s’y oppose, et comme il est le seul sur la planète à avoir le pouvoir de déclencher cette guerre, alors qu’est-ce qu’on a à craindre de ce pouvoir profond ? Vous dites que Trump s’oppose à ce pouvoir profond qui ne veut qu’une chose, déclencher une guerre nucléaire, alors pourquoi est-ce que Trump menace de déclencher une guerre nucléaire (avec la Corée et l’Iran) si son but c’est de s’opposer à ce “pouvoir profond” qui voudrait déclencher une guerre nucléaire ? Il menace de faire lui-même la chose à laquelle il s’oppose ? Expliquez-moi

    Juste une petite précision : j’ai bien dit que ce million de victimes est dérisoire à l’aune – et uniquement – l’aune- de cette hypothétique guerre planétaire dont vous parlez, le 11 septembre 2001. Pour une guerre planétaire, en 16 ans, 1 million, ce n’est pas beaucoup. Enfin, il y a très malheureusement beaucoup trop de victimes tout le temps, victimes de toutes sortes de guerres, catastrophes, malnutrition, etc. Donc pour une « guerre planétaire » voulue, construite, entretenue, comme vous en parlez, et qui est sensée détruire toute la civilisation, en 16 ans, vu les moyens actuels, ce n’est pas un résultat « efficace », à mon avis, pour un hypothétique « pouvoir profond » qui paraît si dangereux et si méchant. Personnellement, je pense que sans armes, il y aurait moins de guerres, moins de victimes en général.

    Je vous suggère d’écouter la chanson de Boris Vian : Le Petit Commerce
    Il montre pourquoi les armes ne sont pas utiles, et que les guerres n’apportent rien à personne … enfin à moyen terme

  11. Tous les commentaires me semblent pertinents et intéressants. Il y a cependant des oppositions de droit à cette aspiration de la démission de Monsieur Trump.
    Twitter n’est pas exemplaire dans sa politique de modération et fermer son compte sur ce réseau pour inciter un président élu à démissionner, me semble du point de vue américain, très peu démocratique et peu respectueux d’une constitution exemplaire sur la forme et le fond. Après cette remarque chaque personne est libre de de s’abonner ou se retirer. Vous ne réussirez jamais à convaincre les américains avec ce moyen et à titre personnel je respecte les prises de position mais je pense aussi que mes amis américains me demanderaient de quoi nous mêlons-nous ?
    Le deuxième aspect qui est négligé dans cette longue analyse, est la personnalité du vice-président qui est encore plus pugnace t ferme sur des positions telles que l’avortement, La Défense américaine et la prise de pouvoir à l’OTAN avec l’Angleterre qui n’attend que cela.
    Madame et avec tout mon respect, faites ce que votre conscience de femme blessée vous dicte de faire mais de grâce ne nous embarquez pas pour un voyage sans lendemain. respectons le choix des Américains et laissons-les-les tirer leurs propres conclusions. Bien à vous.

    1. Pourquoi parlez-vous de “femme blessée” ?
      Personnellement, j’entends un ton un peu condescendant … est-ce dans le but de déconsidérer les propos tenus ? Si c’est une “femme blessée” qui parle, son point de vue ne vaudrait alors plus grand chose ?

      Aujourd’hui, c’est un fait, “nos pays” ne s’arrêtent plus à nos frontières, et la “liberté de parole” nous autorise à exprimer ce que nous pensons non seulement dans notre pays, mais également sur ce qui se passe au niveau international. Il est donc 100% légitime de s’exprimer sur ce qui se passe aux USA. Sur le respect de Twitter de ses conditions d’utilisation. Nous ne voulons rien forcer, nous exprimons juste nos réflexions et nos opitions, ce qui est légitime dans une démocratie. Personnellement, je trouve que la question est intéressante. Si Trump incite effectivement à la violence, alors éthiquement, est-ce que fermer son compte serait une solution ? Ou bien est-ce qu’il ne cristallise pas simplement un réel mal-être d’une partie de la société et le fait de le “voir” permettrait de trouver une solution au problème de fond ? Personnellement, je crois que ce qui se passe actuellement au USA met en lumière un réel problème de société, à l’échelle internationale, dont je n’ai bien évidemment pas la solution, et je crois que tous les débats sont utiles pour essayer de mieux cerner la problématique, et – espérons le – trouver la meilleure réponse à apporter.

      Quand à savoir ce que veulent vraiment “les américains”, je crois que personne ne peut le savoir. Il n’y a aucune entité commune qui s’appelle “les américains”. La population américaine, comme partout ailleurs d’ailleurs, semble assez variée, divisée, multiple, les avis divergent, toutes les visions existent et sont représentées.

      Personnellement, je trouve le système bipartite américain bien moins démocratique (et donc bien moins exemplaire) que le système suisse. En effet, il y a en permanence un jeu de pouvoir entre le parti au pouvoir, qui gaspille souvent beaucoup de temps et de ressources juste à s’opposer, voire à détruire, à ce que l’autre parti a réalisé ou construit. Le système suisse est à mon avis bien plus efficace et représentatif de la réalité : une multiplicité d’avis et de visions différentes, avec lesquelles on essaie de composer, en respectant au mieux les différentes visions, en ne tranchant que quand elles s’opposent vraiment. Dans ce système américain bipartite, il ne faut pas oublier qu’à chaque élection, il y a quasiment la moitié de la population (souvent plus de 49% ! en l’occurence avec l’élection de Trump, cette partie dépassait même les 50%) qui est mécontente. La moitié de la population qui est insatisfaite à chaque élection … ce que notre système suisse évite. Et, bien que cette partie de la population soit “minoritaire”, elle représente une réalité, une quantité impressionnante de personne (plus de 100 millions de personnes aux USA !) avec des avis, envies, visions et réflexions légitimes. Qui sont négligées pendant cette période. A mon avis, ce système n’est donc pas exemplaire.
      Nous pouvons constater que les divisions ne font que croître actuellement. Et si notre voix ne va pas dans le même sens que celle de Trump, elle va dans le sens d’une partie grandissante de la population américaine, qui semble aujourd’hui majoritairement opposée à son action.

      Il est très sain d’exprimer son opinion quelle qu’elle soit. Merci de ne pas nous inciter à nous taire, en prétendant que la “vraie” motivation de nos discours serait une “blessure féminine” (est-ce qu’une blessure féminine est “pire” qu’une blessure “masculine” ?), ce qui est dévalorisant, et sexiste bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *