Forever : à la vie, à la mort

La nouvelle série du créateur de Master of None explore avec tendresse l’impact du temps sur le lien amoureux. Une méditation poétique sur le bonheur qui réserve bien des surprises.

Genre : comédie romantique existentielle

Si vous avez aimé : Master of None

Bande-annonce : version originale

L’histoire : En couple depuis 14 ans, June et Oscar mènent une vie tranquille dans une banlieue de Californie. Lassée de la routine, June propose à son mari un séjour au ski. Mais l’escapade qui devait pimenter leur relation va tourner au désastre.

Diffusion et accès Amazon Prime

« The most important thing is we’re together, right? »

La jolie surprise de la rentrée
Le paradoxe est malheureux : frappée d’un sévère (mais juste) embargo, la plus jolie surprise de la rentrée est en train de passer quasi inaperçue. Il est vrai que donner envie de regarder la série Forever sans révéler les secrets de son intrigue s’apparente à un exercice d’équilibriste. Prêtons-nous néanmoins au jeu.

La série s’ouvre sur une séquence émouvante. © Amazon

Tout débute par une séquence émouvante, bercée par Miles Davis, qui n’est pas sans rappeler la scène d’ouverture du long-métrage d’animation de Pixar, Là-haut. En quelques minutes, Forever résume 14 ans de vie de couple, de la magie de la première rencontre aux habitudes qui érodent peu à peu le lien.

La routine : bonheur ou asphyxie ?
June et Oscar s’aiment tendrement. Certes, le couple fantasme davantage à l’évocation d’un cornet de frites que d’une relation intime, mais les deux quadragénaires semblent parfaitement assortis. Au fil des années, ce qui leur a permis de vivre en harmonie va pourtant les éloigner.

« It’s not that things are going badly. You just have to keep working on things all the time. »

Alors qu’Oscar trouve son équilibre dans un quotidien routinier, June commence à suffoquer. Une question vertigineuse l’étreint : puis-je continuer à vivre ainsi ?

« Well, what now? » © Amazon

Afin de pimenter la relation, June propose à son partenaire de remplacer leur séjour annuel de pêche au bord d’un lac par un week-end de ski. Une variante a priori anodine qui va mettre au jour les fortes dissensions entre les époux. La sortie en amoureux tourne au cauchemar.

Au fil des slaloms narratifs

Ce qui n’était qu’une interrogation furtive se transforme en question existentielle : la vie de couple permet-elle de s’épanouir pleinement ? Faut-il s’en affranchir pour trouver le bonheur ?

Depuis le sommet du domaine skiable, la série se lance alors dans des slaloms narratifs pour explorer toutes les pistes de réponse. Mais impossible d’en dire davantage sans gâcher la surprise de ce qui fait la particularité de l’intrigue.

Un duo irrésistible
L’une des excellentes idées des créateurs de Forever est d’avoir choisi Maya Rudolph et Fred Armisen pour interpréter les personnages principaux de la série. Les deux acteurs, qui se connaissent par cœur pour avoir collaboré durant des années au Saturday Night Live, ont une aisance folle pour incarner la nature rituelle du couple.

Maya Rudolph et Fred Armisen, une alchimie qui crève l’écran. © Amazon

Leur jeu sobre, teinté de délire, d’une alchimie irrésistible, est l’une des réussites majeures de la série.

Parenthèse enchantée
À mi-saison, Forever fait le choix étonnant de se détourner de June et Oscar pour explorer la question du destin amoureux, dans le cadre d’une histoire distincte. En Californie, un homme et une femme mariés se rencontrent, lors de la visite d’un bien immobilier. Leur coup de foudre les poussera-t-il à se séparer de leur partenaire ?

Andre and Sarah, un épisode bouleversant. © Amazon

Cet épisode bouteille, sans doute le plus beau de la série, est l’occasion d’interroger autant le concept de monogamie que les stéréotypes communautaires. Une parenthèse bouleversante qui éclaire l’histoire d’amour des deux héros sous un jour nouveau.

« Things change. People change. Then you want something different and you’re stuck with somebody who’s not even right for you.»

Romantisme délicat
Pour le reste, les amateurs de Master of None (dont la saison 3 n’est pas encore programmée) retrouveront dans Forever le romantisme délicat et la touche de mélancolie qui distinguent la géniale série de Netflix.

Kase, interprétée par l’excellente Catherine Keener, va ouvrir de nouveaux horizons à June. © Amazon

Une poésie caractéristique de l’univers d’Alan Yang et Aziz Ansari, à laquelle Matt Hubbard (Parks and Recreation) apporte un supplément de fantaisie.

La clef : sortir de sa zone de confort ?
Par une combinaison insolite de perspectives et de tonalités (qu’il faut hélas taire), Forever réussit le pari de sortir le spectateur de sa zone de confort façon Spike Jonze, tout en explorant la possibilité pour un couple de se réinventer.

Une jolie méditation sur le bonheur qui pose avec intelligence la question fondamentale de ce qui unit les êtres, par-delà des écarts de la vie.

Emilie Jendly

Emilie Jendly

Emilie Jendly est passionnée de séries télévisées depuis 20 ans. Journaliste franco-suisse, elle présente sur ce blog les nouveautés à ne pas manquer. Spoil prohibé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *