Genève: capitale mondiale de la cybersécurité numérique?

La réputation de la Suisse s’est faite autour de produits d’excellence, comme les montres, les fromages ou les couteaux d’officiers. Il en est un qu’il est urgent de mettre en avant, celui de la fiabilité numérique. De la même manière que les banques ont acquis, depuis le 19-ème siècle, la confiance des nations, la Suisse doit devenir un coffre-fort numérique, de dimension mondiale.

 

En bonne compagnie

Nous sommes en bonne compagnie pour partager cette conviction. Le président de Microsoft, Brad Smith, plaide depuis des années pour une «Convention numérique de Genève», un texte fondateur qui se baserait sur le modèle des Conventions de Genève de 1949, pour réguler les technologies liées à Internet. Il a contribué à créer, en 2019, le «CyberPeace Institute», où il siège aux côtés notamment de Martin Vetterli, président de l’EPFL ou de Khoo Boon Hui, ancien président d’Interpol. Le «Cyberpeace Institute» aujourd’hui déjà aide les ONG, basées à Genève, à améliorer leur sécurité numérique. Cette ONG se base sur un réseau d’entreprises et d’experts. Logiquement, Elca en fait partie et met à disposition des spécialistes pour intervenir sur demande afin d’améliorer la résilience numérique de la Genève internationale.

Invité récemment par la CCIG, la Chambre de commerce et d’industrie genevoise, Brad Smith, a lancé à nouveau un appel devant des PME, pour que Genève contribue à augmenter les standards de sécurité de l’ère numérique. La ville internationale abrite toutes les grandes organisations onusiennes et des centaines d’organisations non-gouvernementales. Elle doit et devenir la capitale mondiale de la cybersécurité. Si elle ne le fait pas, les institutions internationales risquent de partir vers des lieux plus sécurisés. Le défi est à relever et il est à notre portée.

 

Pourquoi est-ce primordial

La Suisse a des atouts à faire valoir pour prendre la tête du domaine de la cybersécurité mondiale: sa neutralité, sa stabilité politique et sa sécurité juridique. Il s’agit aujourd’hui de ne pas rater le tournant du numérique. En effet, si la confédération a offert un havre de paix physique durant le 20ème siècle, le 21ème, numérique, nous met en face de nouveaux challenges qu’il s’agit de ne pas manquer.

De plus, le Swiss made est apprécié en matière de sécurité, nous avons pu en juger il y a quelques semaines, lors du Forum International de la cybersécurité de Lille. Il s’agit de l’un des plus grands rassemblements en Europe, qui s’est tenu début juin, en présence de dizaines de milliers de visiteurs sur trois jours. Dans un contexte d’explosion des menaces cyber, tous les acteurs clés du domaine étaient à Lille et «Présence Suisse» y avait un Pavillon, qui accueillait huit sociétés suisses et start-up, dont ELCA.

Première constatation qui nous a tous frappés: La place suisse jouit grande confiance, supérieure à celle placée dans les plateformes américaines et même européennes. La Suisse représente un havre de paix et sa stabilité politique est un atout aussi dans le domaine numérique.

 

Et les coûts, me direz-vous?

Pour les prestations de consulting et les coûts des services, la Suisse est certes plus chère que la plupart des autres pays, sauf peut-être l’Angleterre. Cependant, il faut savoir que dans le domaine de la cybersécurité, les tarifs ne sont pas seuls décisifs et que les sociétés sont enclines à mettre en jeu des montants élevés, pour assurer une sécurité numérique, souvent décisive pour leur avenir. Les entreprises se rendent compte également du coût de la non-sécurité.

C’est surtout la qualité et l’indépendance des services suisses qui peut faire différence. Ce bien là est difficilement quantifiable et il s’agit d’exploiter ce trésor que nous possédons. D’autant qu’en matière de cybersécurité, à l’exception des aspects cloud, le lieu physique où se situent les sociétés n’a que peu d’importance. ELCA, depuis la Suisse contrôle la sécurité des infrastructures de ses clients dans le monde entier, grâce à son service managé de sécurité «Senthorus», société suisse, issue d’un partenariat avec le leader de la cyberdefense Bluevoyant. L’objectif est de combler le manque d’une police du numérique, en complément des institutions publiques déjà bien chargées.

 

Le temps file est il est plus que jamais nécessaire de pousser les réflexions autour des infrastructures souveraines de confiance dont notre pays, tout comme la Genève internationale a besoin. Si nous manquons ce tournant, d’autres pays le feront pour nous.

Christophe Gerber - ELCA

Ingénieur de formation, Christophe Gerber est directeur de la société ELCASecurity. Entité du groupe ELCA, cette société est active dans l’anticipation, la protection, la défense et la remédiation des plateformes numériques. En ce titre, il est également membre de la commission cybersecurité de digitalswitzerland, du Center for Digital Trust et de la Trust Valley. Il a également une carrière d’officier de milice avec plusieurs années d’expérience dans la cyberdefense.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *