Lecture: “L’Amour sous algorithme” de Judith Duportail

Tinder: abuse-moi que je devienne dingue de toi!

Un peu larguée sur le sujet Tinder, plutôt que de m’inscrire sur le site, j’ai préféré lire le livre de Judith Duportail “L’Amour sous algorithme” paru aux Éditions Goutte d’Or. Édifiant. D’autant que mardi, j’écrivais cette publication quand le journal Le Temps a sorti un article intitulé “Une enquête révèle comment Tinder & Cie siphonnent nos données“. Tinder est l’une des applications les plus rentables au monde juste derrière Netflix, Line et Spotify. Ses têtes pensantes ne sont donc pas des philanthropes qui se démènent pour nous rendre heureux. Leur unique objectif c’est de gagner beaucoup d’argent par -presque- tous les moyens.

Tinder: une drogue dure

Suite a une rupture sentimentale, Judith Duportail, journaliste indépendante qui écrit, entre autres, pour le journal Le Temps – mais aussi pour Les Inrocks, Philosophie magazine ou The Guardian – s’inscrit sur Tinder. Très vite, elle devient addicte. Comme avec une drogue, après la merveilleuse première prise elle a envie de recommencer. Ce qu’elle fait sans retrouver l’euphorie des premières sensations. Pour pallier au manque, elle s’y adonne aussi souvent que possible avec de plus en plus de frénésie. Survient alors un état d’insécurité et de dépression. En effet, au début elle se sent belle et désirée, ce qui la renforce et la booste incroyablement. Puis, rapidement, après quelques échanges sans intérêt et des rencontres décevantes, elle s’aperçoit que tout le monde zappe d’une personne à l’autre en espérant “trouver mieux au rayon”. Dès lors, un vide intérieur la malmène sans qu’elle parvienne pour autant à renoncer à Tinder. Ce désarroi l’incite à réaliser une enquête sur cette application. Rapidement, elle découvre que, dans le but de nous rendre dépendants, elle est conçue comme les machines à sous.

“La première à avoir compris comment les réseaux sociaux et applications comme Tinder titillent notre cerveau pour nous donner sans cesse envie d’y revenir est Natasha Dow Schüll, anthropologue à l’université de New-York et auteur d’Addiction by design. Un des mécanismes psychologiques les plus puissants de l’addiction est celui de la récompense aléatoire et variable. Tout tient dans le fait de ne pas savoir si cette fois-ci vous allez recevoir une récompense et de quelle nature. Un message? Un match? Et un match de qui? OK, le mécanisme m’a d’abord paru léger. Pourtant, ça nous enchaîne comme des prisonniers à leurs barreaux. Les machines à sous qui fonctionnent très simplement sur ce système, rapportent plus aux États-Unis que l’industrie du baseball, du cinéma et des parcs d’attractions réunis, écrit l’anthropologue”.

Tinder: une application qui reproduit le schéma patriarcal

L’enquête conduit Judith Duportail à se mettre en contact avec Jessica Pidoux, doctorante en humanité digitale à l’EPFL qui a écrit sa thèse sur les modèles scientifiques des algorithmes des sites de rencontre. C’est ainsi qu’elle apprend que Tinder reproduit le modèle patriarcal des relations hétérosexuelles.

Un homme mature, avec un bon revenu, aura un bon score. Sa rencontre avec des femmes jeunes et moins éduquées sera encouragée par l’algorithme. En revanche, une femme éduquée, qui gagne bien sa vie, aura un score de désirabilité bas. Ce qui est un bonus pour un homme est un malus pour la femme. Impossible d’y échapper. A tout instant, Tinder contrôle nos données sur son site ainsi que sur tous les sites couplés à cette application – dont Facebook. Ainsi nos photographies, notre manière de formuler les phrases, ce qu’on like, est constamment analysé ce qui lui permet -entre autres – d’en déduire notre QI.

Et ce n’est pas un délire de journaliste mal aimée shootée à Tinder. C’est écrit noir sur blanc dans les brevets Tinder que Judith Duportail parvient à se procurer – non sans difficulté – et qu’elle décortique ligne par ligne.

Les recherches de la sociologue Eva Illouz interpellent également Judith Duportail.

“Elle explique (Eva Illouz) que nos cœurs brisés ne le sont pas uniquement de notre fait. Notre société capitaliste a fait de l’amour un marché avec des gagnants et des perdants. Avant Karl Marx, on pensait aussi, par exemple, que la pauvreté était la conséquence d’une basse moralité, et non le fruit d’une organisation sociale injuste… Selon elle, les sites et applications de rencontre ont créé un marché de transaction intime. Les utilisateurs sont en compétitions les uns avec les autres pour obtenir un rendez-vous et se transformer eux-mêmes en marchandises. Les femmes hétérosexuelles en quête d’une relation sont les agents occupant la position la plus faible sur le marché… La sociologue explique: “Les hommes utilisent leurs prouesses sexuelles ou le nombre de partenaires pour se sentir validés. Les femmes, elles, veulent être aimées. Ces dernières sont alors plus dépendantes des hommes, elles demandent l’exclusivité quand les hommes veulent de la quantité.”

Conclusion: mesdames, si vous êtes intelligentes, diplômées, si vous cherchez l’amour et que vous êtes attirée par les hommes de votre âge ou plus jeunes que vous, fuyez Tinder. Ou alors, devenez des Doña Juana sans application ni implication.

Si le sujet vous intéresse, écoutez cette conférence de Judith Duportail.

 

 

Dunia Miralles

Dunia Miralles

FOLMAGORIES le dernier livre de Dunia Miralles - Éditions L'Âge d'Homme- est un recueil de nouvelles fantastiques en hommage à Edgar Allan Poe, Andersen, Baudelaire ou Stephen King. ALICANTE, des poésies en prose mises en musique par Monojoseph, est paru en librairie en avril 2018. Dunia Miralles est l'auteure de SWISS TRASH, roman culte sur les milieux de la drogue à la fin des années 1980 et d'INERTIE qui a été nominé pour le Prix de l'Académie Romande, le Prix du Roman des Romands et qui a reçu le Prix Bibliomedia 2015. Autres livres: MICH-EL-LE une femme d'un autre genre, FILLE FACILE.

2 réponses à “Lecture: “L’Amour sous algorithme” de Judith Duportail

  1. Et bien voilà une histoire à laquelle je peux apporter une (petite) brique mais avant de commencer, je tiens à préciser que je suis actif dans le développement d’app… ces petits trucs dans lesquels les gens passent de plus en plus de temps (envirion 2h par jour en Europe et 3.5h aux USA).

    A ce titre, quand j’utilise Tinder, je suis effaré par la médiocrité technique de l’app. En effet, les mises à jour qui se produisent une à deux fois par mois n’y changent rien… parfois des matchs apparaissent et disparaissent, parfois les messages se perdent, déclarer des gens qui ne sont manifestement pas là pour ce que leur profil laisse penser ne change rien et le summum, c’est quand l’app s’ouvre et que pour une raison évidente de mauvaise conception, des profils se mélangent entre-eux! Résultat, vous écrivez à quelqu’un qui n’est pas la personne que vous pensez et l’effet est garanti! Quand vous demandez comment se passe les vacances à la personne A alors qu’en réalité vous êtes en train d’écrire à la personne C qui se trouve au travail… vous passez pour au mieux un goujat ou au pire pour un gâteux qui ne sais plus ce qu’il fait: unmatch est le résultat le plus plausible. Bref, c’est infernal et frustrant.

    Ensuite, sur le fond, Tinder cherche à faire de l’argent et à vous garder le plus longtemps possible sur l’app, c’est évident. Tout est mis en oeuvre pour ne à ne pas vous faire rencontrer la bonne personne.

    A cause de mon travail, je voyage souvent et à passer 40 ans, quand je suis en Suisse, j’ai autre chose à faire que de sortir dans un bar ou pire, en boîte. Je recherche éperdument la femme cultivée, diplômée, drôle et intelligente et avec un bon tempérament… mais ce genre est tellement rare dans cette app que je me demande si en réalité, elles ne sont pas déjà mariées ou dans une tour inaccessible au commun des mortels. Bref, je suis persuadé que le “marché” des célibataires est un environnement où la technologie pourrait faire tellement plus et mieux mais malheureusement, le secteur est dominé par des apps qui ne cherchent qu’à vous garder et pas à vous caser. D’une manière générale et au premier abord, un bon marketing et une interface (UI) attractive cache à merveille la faiblesse technique et les intentions réelles des concepteurs de ce genre d’app…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *