« Consulter Google avant de voir un médecin serait tout de même une bonne idée »

Très intéressante conclusion que celle des auteurs d’une étude qui vient d’être publiée dans le Medical Journal of Australia : l’utilisation de Google avant un passage aux urgences aurait un impact positif sur la consultation.

Google, oui ou non ?

Dans un autre article de ce blog, j’ai expliqué comment trouver une information médicale de qualité sur Internet. Un des conseils donnés est d’utiliser des sites médicaux plutôt qu’un moteur de recherche, l’utilisation de Google aboutissant souvent à des résultats décevants. Même si sur le fond je ne change pas d’avis, cette publication montre que l’utilisation de Google peut malgré tout avoir un impact positif.

Le sondage, effectué auprès de 400 patients adultes dans deux centres d’urgences australiens, avait comme objectifs de connaître la fréquence d’utilisation d’Internet avant leur venue aux urgences et son impact sur la relation médecin – patient, et sur le suivi du traitement.

La crainte que l’on aurait pu avoir est que ces patients informés soient plus méfiants envers les médecins et que cela ait un impact négatif sur la consultation, les résultats montrent justement le contraire.

Un impact globalement positif sur la consultation

Sur ces 400 patients, 190 ont indiqué avoir fait des recherches en ligne avant de venir aux urgences. La majorité des recherches ont été effectués sur smartphones (76 %), le plus souvent en utilisant Google. Sur ces 190 cyberpatients, 150 ont indiqué que leurs recherches leur ont permis de mieux communiquer avec le médecin. Les patients ont déclaré être capables de poser des questions plus précises, de pouvoir mieux échanger avec le professionnel mais aussi de mieux comprendre ce qui leur était expliqué.

Le fait d’avoir effectué une recherche sur Internet n’a pas diminué la confiance du patient dans le diagnostic posé par le médecin et n’a pas diminué son choix de suivre le traitement proposé. Le seul impact négatif est l’anxiété plus élevée observée chez ces patients informés, un élément qui doit être connu des professionnels.

Dr Google ?

Non, Google ne mérite toujours pas le titre de « docteur » comme on le lit trop souvent, Internet doit si possible rester pour les patients une source d’information et non de diagnostic.

Je rejoins cependant les conclusions des auteurs de cette recherche : les médecins doivent désormais être prêts à parler avec leurs patients des recherches qu’ils ont effectuées avant de consulter, d’une façon non culpabilisante. Les patients leur en seront reconnaissants.

 

Articles liés déjà publiés sur ce blog :

 

NB: si vous souhaitez être informé de la publication de chaque nouvel article de ce blog, introduisez votre adresse mail dans la colonne de droite, sous “Abonnez-vous à ce blog par mail”. 

Dr Jean Gabriel Jeannot

Dr Jean Gabriel Jeannot

Médecin, spécialiste en médecine interne, avec un intérêt particulier pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication en médecine.

4 réponses à “« Consulter Google avant de voir un médecin serait tout de même une bonne idée »

  1. Google ne donne aucune information médicale, c’est un moteur de recherche qui renvoie juste à des liens ou des sites internet en fonction des mots clés fournis .
    Actuellement , les références trouvées sur internet ne présentent aucune garantie d’expertise et encore moins de résultat.
    Il faut se méfier des sites de sociétés Pharma qui inciteraient à acheter des médicaments sans passer par une consultation.
    Les médecins , suisses en particulier, préfèrent garder leur savoir faire pour des consultations privées lucratives .
    Il faudrait créer une sorte de wikipedia médical (ou application smartphone) regroupant les différents symptômes et leurs origines possibles, tout en recommandant une visite chez un généraliste pour les cas exigeant un diagnostic plus précis .
    On pourrait imaginer une application où les parties du corps humains seraient afficher au centre de l’écran , avec zoom sur les détails, et on trouverait à gauche le texte dans la langue du patient et à droite dans celle du praticien, à enrichir avec les expériences , qui peut aussi devenir son dossier médical personnel …

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Je vous invite à lire cet article “Comment trouver une information médicale de qualité sur Internet ?” (https://bit.ly/2Mxw2zC), il devrait je l’espère répondre à certaines de vos questions.

      Vous écrivez “Les médecins , suisses en particulier, préfèrent garder leur savoir faire pour des consultations privées lucratives”, je ne sais pas si cela est vrai me de toute façon il ne s’agit pas de demander aux médecins ce qu’ils souhaitent, il s’agit de donner aux patients les moyens de s’informer, ce qui me semble être un droit fondamental.

      JG Jeannot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *