Qu’est-ce qui était urgent il y a six mois? Le climat! Et il l’est encore plus aujourd’hui!

Le climat doit être maîtrisé au plus vite. Nous devons réduire les émissions de carbone rapidement, avant que les glaciers suisses ne fondent, que les forêts tropicales ne meurent, que la fonte des glaces polaires n’inonde la moitié des terres cultivables.

Le réchauffement provoque déjà des inondations, des tempêtes plus fortes, des vagues de chaleur sans précédent, partout sur Terre et ces catastrophes vont s’aggraver. La Suisse sera aussi touchée par des nombreux glissements de terrain ou coulées de boue dans les montagnes.

Le canton de Vaud a déclaré l’état d’urgence climatique il y a six mois, en mars 2019.  Mais rien n’a changé.

De nombreuses mesures d’urgence devraient suivre rapidement cette déclaration et assurer notre sécurité. J’en propose trois, enfin quatre qui sont immédiatement réalisables et devraient être déjà en place.

Voitures

Les villes pourraient limiter fortement les voitures. La circulation automobile individuelle devrait être réservée aux personnes qui ne peuvent se déplacer autrement.  Le transport devrait être essentiellement assumé par les tram, les vélos et les taxis, et plusieurs rues pourraient être libérées du trafic.  La vie en ville se passe en priorité dans les rues piétonnes, et y est beaucoup plus agréable.  Sans voitures, il n’y a pas de bruit, de danger ni de pollution. Le stress diminue, et nous prenons le temps de vivre.  L’achat par correspondance réduit actuellement le besoin d’un véhicule pour le transport des achats, et leur nombre pourrait diminuer. Il faudrait peut-être assurer plus de transports publics.

De nombreuses excursions nature ou ski en transports publics pourraient partir de chaque quartier. Elles limiteraient l’usage de la voiture pour retrouver la Nature. Les changements pourraient être facilement rendus attractifs ou amusants, avec des petits trains touristiques en ville, des animations dans le bus, des fêtes, des activités sportives, etc.  Une ville sans voitures aurait un effet immédiat sur la santé de la population, limitant la pollution, le stress, et augmentant un peu l’activité physique. Elle serait aussi bénéfique pour la survie de la population aux inondations et catastrophes climatiques qui seront bientôt une menace très réelle pour nos vies.

Plastique

Le plastique à usage unique pourrait être rapidement interdit, avec préavis de quelques mois. Le plastique est à base de pétrole, il émet du gaz carbonique lors de la production et du transport, et crée une grave pollution. Surtout, il me semble qu’il se multiplie de façon incontrôlable, et rien, même pas des pailles, ne peut croître à l’infini.  Les objets et gadgets quasiment jetables en plastique devraient aussi être interdits ou fortement régulés.  Les emballages pourraient aussi être limités ou repris par le vendeur.

Construction

Enfin, les constructions devraient être devraient être suspendues pour la période d’urgence climatique. Les projets en cours pourraient éventuellement être menés à terme, même si cela n’a pas forcément de sens. La construction, y compris les matériaux et leur transport, pourrait être globalement le secteur économique le plus polluant (Prof Schellnhuber, PIK). Il faudrait prévoir sa contribution à la destruction future de la ville par les catastrophes climatiques, ou de combien chaque projet augmente ce risque.

Il faudrait aussi vérifier la sécurité de ces bâtiments face aux catastrophes que nous avons déjà provoquées pour 2030 ou 2040. Le risque d’inondation et de glissement de terrain augmentera tellement que les normes de constructions devraient être complètement modifiées, les tempêtes semblent plus fortes, peut-être plus fortes que les prévisions existantes. Nous ne nous rendons pas compte de ce qui nous arrivera bientôt. Dans ce cas, il faut vite améliorer les prévisions et y confronter les projets, ou se donner une grande marge de sécurité. Nous devrions par contre isoler et sécuriser les bâtiments existants, poser des volets qui protégeront les vitres, des toits solides, etc.

Finalement, dans un monde balayé par les catastrophes, de nombreux aménagements prévus n’ont simplement plus lieu d’être et il vaut mieux y renoncer rapidement.  Le commerce deviendra plus local à mesure que les transports et l’approvisionnement seront perturbés.

 

Plat végétarien

Un plat végétarien ou même végan devrait être exigé de tout lieu public. Logiquement, il devrait être moins cher, car les lentilles et le soja sont bon marché. La vente à grande échelle pourrait faire baisser les prix.  Et cela pourrait être très simple, une salade, des pâtes sauce tomate, des falafels ou des lentilles. Dans son rapport sur le sol publié en septembre 2019, le GIEC recommande de limiter la consommation de viande et de fromage.  L’élevage intensif des bovins, nourri au soja provenant de la déforestation de l’Amazonie, a un effet négatif, dangereux sur le climat terrestre et l’excès de ces aliments nuit à la santé, augmentant le risque de maladies cardiaques et de cancers. Le consommateur devrait avoir un vrai choix, idéalement de plusieurs plats végétariens pour en trouver un à son goût.  Et c’est urgent!

Mis à jour le 25.09 à 11h42

Végétarienne

Moins de viande pour le climat

Le GIEC a publié la semaine passée un rapport sur l’effet du réchauffement sur les terres. Le changement climatique augmente les sécheresses, l’érosion des sols, les feux de forêts, et diminue le rendement des cultures dans les tropiques. S’il continue, il créera des conditions climatiques sans précédent dans les tropiques avec des conséquences graves pour les habitants. Les émissions de l’élevage intensif du bétail aggravent le réchauffement, alors que la restauration des sols et des forêts, et une réduction de la consommation de viande, auraient des conséquences bénéfiques.

Ce rapport ne s’étend pas sur les événements météo nouveaux qui touchent l’Europe cette année. Des grêles de quinze centimètres de diamètre ont frappé à plusieurs reprises, une tornade a détruit soixante maisons au Luxembourg cette semaine. Ces événements progressent rapidement et pourraient dépasser les prévisions.  Nous ne pouvons nous permettre une aggravation du réchauffement, elle signifierait la destruction de nos villes par les catastrophes climatiques. C’est une question de vie ou de mort.

Le GIEC recommande de réduire la consommation de viande de moitié dans les pays développés.

Sans viande?

Personnellement j’ai refusé la viande lorsque j’avais environ quatre ans.  Mon parrain m’a appris qu’il s’agissait de la chair d’animaux.  J’ai regardé mon propre bras et j’ai compris que la viande provenait d’un être vivant. Le rejet a duré vingt ans. J’acceptais bien le poulet et le poisson, mais la viande me dégoûtait. Certains végétariens pensent que cette réaction est normale et serait en fait celle de la plupart d’enfants.

Techniquement, on peut forcer physiquement un enfant à manger de la viande, le menacer de punitions, lui donner des récompenses, lui servir seulement de la viande sans lui donner le choix, ou lui apprendre que c’est ce qu’il y a de meilleur. Il ne faudrait rien faire de cela.  Mes parents étaient, eux, convaincus que je dois manger de la viande pour vivre, ou au moins du poulet.  Dès l’enfance,  j’accepte facilement un régime pauvre en viande, je demandais à manger des céréales, j’aimais beaucoup les champignons qui souvent accompagnaient la viande chez nous, les noix aussi. Récemment, j’ai appris que les moines du Moyen-âge ne mangeaient pas d’animaux à quatre pattes pour ne pas tuer, ce qui suggère que la religion chrétienne condamne aussi la mise à mort d’animaux, pour des raisons morales ou diététiques. Et bien sûr, en Europe, mes ancêtres étaient essentiellement végétariens, mangeant des céréales, des légumes et des lentilles. De nombreux théoriciens de l’alimentation suggèrent que ce régime nous convient le mieux.

J’accepte facilement un régime végétarien, car toute ma vie, je  préférais des céréales,  du fromage, et des champignons quand c’était possible. Ensuite, j’ai quand même eu un peu de cholestérol, puis j’ai vraiment limité le fromage, la crème et le beurre. Le cholestérol a disparu. Depuis des années, nous mangeons du tofu, des haricots, des lentilles, des noix, des algues, des préparations végétariennes au tofu, au quorn, au seitan.  J’ai des suppléments de fer et de B12, le lait est généralement du lait de soja. J’essaie de composer un menu bio, local, accepté par les diététiciens suisses, avec assez de vitamines, de fruits et légumes, qui ne contienne qu’une portion de protéines animales par jour. Là, j’essaie d’être végane, mais je trouve vraiment difficile d’éviter  complètement le beurre, le lait et les oeufs omniprésents, en quantités excessives, dans les préparations du commerce et les apéros traditionnels.

Les avantages du régime végétarien

Les végétariens et végétaliens expérimentent une alimentation équilibrée sans viande. Le régime végétarien et surtout végétalien réduisent le risque du cholestérol et  du cancer. Heureusement qu’ils sont là, sinon il y aurait déjà de la viande dans tous les plats disponibles dans la restauration, alors que personne ne devrait en manger constamment. Les végétariens créent une demande pour des aliments  végétaux qui apparaissent, peu à peu, dans les rayons des supermarchés.

Ces dernières années, je suis frappée par la multiplication des stands de nourriture, des food festivals. Un festival de musique inclut maintenant des dizaines de stands de nourriture simple. Je remarque qu’il y a de plus en plus de plats tout préparés, et l’obésité progresse. Il serait très facile et généralement bénéfique de remplacer la viande dans les plats tout prêts, les burgers, tacos, rouleaux de printemps, par des substituts de viande ou contenant des légumes.  Je crois que ce qui s’y trouve actuellement n’est pas de très bonne qualité.

Donnez-nous les moyens d’être végétarien

Les préparations végétales devraient en fait être beaucoup moins chères que la viande. Le prix de la culture des céréales est plus bas.

Il faut les subventionner ou lancer une production efficace en grande quantité, et offrir partout un plat végétarien/durable/One Planet moins cher que le plat carné.

L’offre devrait en fait consister en plusieurs plats végétariens et un plat carné,  ce  qui serait alors représentatif d’un régime équilibré.

Nous devrions aussi subventionner les légumes au lieu du fromage et du lait, dont notre société abuse actuellement. La viande doit rester un choix conscient, que le consommateur ferait s’il en ressent le besoin, et non pas un aliment universel. Aujourd’hui, alors que l’obésité et les cancers progressent, nous avons tout intérêt à y faire attention. Et  ainsi nous nous éviterons peut-être les dangers du climat qui se multiplient d’année en année.