Chaleur exceptionnelle en Europe et aux Etats-Unis – Informations de l’Organisation Météorologique Mondiale

Une vague de chaleur inhabituellement précoce et intense se propage de l’Afrique du Nord à l’Europe. Près d’un tiers de la population des Etats-Unis subit actuellement des vagues de chaleur.

Bien que ce ne soit que la mi-juin, les températures sont plus typiques de celles observées en juillet ou en août. Les épisodes en cours font suite à une vague de chaleur prolongée en Inde et au Pakistan en mars et avril.

En raison du changement climatique, les vagues de chaleur commencent plus tôt et deviennent plus fréquentes et plus sévères en raison de concentrations record de gaz à effet de serre piégeant la chaleur.

L’Europe

Le service national météorologique et hydrologique espagnol AEMET a indiqué que les températures à l’intérieur du pays approchaient les 40°C le 14 juin et que la chaleur allait persister.

Les températures élevées et la sécheresse se sont combinées dans un risque d’incendie extrême pour une grande partie de l’Espagne et une partie du Portugal. L’Institut portugais de la mer et de l’atmosphère (IPMA) a signalé le mois de mai le plus chaud depuis 1931 et la grave situation de sécheresse affecte 97 % du territoire.

La France a connu son mois de mai le plus chaud et le plus sec jamais enregistré.

Météo-France a indiqué que la chaleur se propagerait du sud du pays à partir du 15 juin et culminerait entre le 16 et le 18 juin. Les températures maximales diurnes sont prévues entre 35 et 38°C et les minimales nocturnes supérieures à 20°C. D’autres prévisions indiquent 42°C.

“La remarquable précocité de cet épisode est un facteur aggravant”, a déclaré Météo-France, précisant qu’il s’agissait du premier depuis 1947.

La chaleur est alimentée par une dépression atlantique entre les îles des Açores et Madère, favorisant la remontée d’air chaud en Europe occidentale.

Fin juin 2019, la France et les pays voisins ont également connu une vague de chaleur extrême, avec de multiples records de température battus.

“Chaque vague de chaleur qui se produit en Europe aujourd’hui est rendue plus probable et plus intense par le changement climatique induit par l’homme”, a déclaré une étude publiée par des scientifiques de World Weather Attribution sur la contribution humaine à la vague de chaleur record de juin 2019 en France.

Les États-Unis

Le Service météorologique national des États-Unis a déclaré que la chaleur dangereuse et record devrait se poursuivre du Haut-Midwest au Sud-Est jusqu’en milieu de semaine en raison d’un dôme de haute pression. Cette chaleur, combinée à une humidité élevée, produira probablement des indices au dessus de 38°C dans de nombreux endroits.

Les veilles de chaleur excessive, les avertissements de chaleur excessive et les avis de chaleur s’étendent actuellement du Haut-Midwest au Sud-Est, touchant près d’un tiers de la population américaine.

La population est encouragée à rester à la maison ou à se réfugier dans des lieux climatisés. Les personnes âgées et les bébés sont particulièrement vulnérables. Un expert avertit sur les risques de coupure de courant  dans le Midwest alors que la climatisation peut être vitale (msn). Dans ce cas, ils devraient mettre en place un plan d’action efficace pour sauver des vies, arrêter les consommateurs d’électricité les plus voraces, fermer les lieux de travail ce qui éviterait aussi des risques pour les employés, instaurer des jours de fermeture de centres commerciaux, etc.

L’année passée, fin juin 2021, une vague de chaleur exceptionnelle s’abattait sur l’Ouest de l’Amérique du Nord amenant une température supérieure à 49°C à Lytton, en Colombie Britannique. Après quelques jours de fournaise, la ville a brûlé. La vague de chaleur a causé environ 1400 décès aux Etats-Unis et au Canada et 8.9 milliards de dollars de dégâts (Wikipédia). Elle était tellement extrême qu’elle n’aurait pas pu se produire sans réchauffement climatique.

Les maladies et les décès liés à la chaleur sont très préoccupants dans ces conditions, mais ils sont largement évitables grâce à une planification, une éducation et une action appropriées (NIHHIS).

Action contre la chaleur

Le Réseau mondial d’information sur la chaleur et la santé coparrainé par l’OMM et la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) (lien) a décrété  le 14 juin comme Journée d’action contre la chaleur pour sensibiliser à la manière de combattre la chaleur.

La campagne aborde des questions telles que la façon de reconnaître et de prévenir les risques pour la santé liés à la chaleur à la maison, au travail, pendant les sports et les loisirs. Elle donne des conseils sur la façon de rester au frais et de s’hydrater et d’assurer la sécurité de la famille, des amis et des voisins (lien).

« En raison du changement climatique, les vagues de chaleur sont en augmentation dans le monde, devenant à la fois plus chaudes et plus longues. Mais elles ne doivent pas mener à la tragédie. Nous pouvons tous prendre des mesures simples pour nous protéger, protéger nos voisins, les membres de notre famille et nos amis. Il s’agit notamment de boire de l’eau, de se reposer à l’ombre et d’éviter les activités de plein air pendant la partie la plus chaude de la journée », a déclaré Francesco Rocca, président de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

La chaleur extrême est le plus meurtrier de tous les aléas naturels. La communauté OMM est un partenaire essentiel des autorités locales pour sauver des vies face à ce grave danger climatique et sanitaire. La diffusion d’avertissements sanitaires liés à la chaleur et d’avis publics efficaces contribue à mettre en œuvre des plans d’action contre la chaleur, notamment en mobilisant la préparation aux épisodes de chaleur accablante. Les citadins sont particulièrement sensibles en raison de ce que l’on appelle l’effet d’îlot de chaleur urbain qui amplifie les impacts de la chaleur par rapport à la campagne où il y a plus de végétation. L’Organisation mondiale de la santé a recommandé d’étendre les plans d’action chaleur-santé dans la région européenne.

Communiqué officiel OMM:  OMM.

Image de couverture  par Barbara A Lane de Pixabay

Addendum le 16 juin: Pour compléter la discussion: Graphique du grand climatologue américain James Hansen qui montre que les températures moyennes de l’hémisphère Nord en été ont augmenté et de plus les températures extrêmes augmentent plus (en rouge foncé). 20200706_HunkyDory

Dans cet article vous trouverez le graphique Météosuisse, la montée des températures annuelles en Suisse: https://www.swissinfo.ch/fre/changement-climatique_le-temps-commence-à-manquer-pour-les-forêts/43473844

 

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

21 réponses à “Chaleur exceptionnelle en Europe et aux Etats-Unis – Informations de l’Organisation Météorologique Mondiale

  1. Dire que cette chaleur qui n’est que le résultat d’un anticyclone positionné vers le Portugal et qui fait remonter de l’air chaud du Sahara relève du climat et non de la météo, il fallait le faire ! Les écolos qui n’ont peur de rien l’on fait ! Climat et météo c’est maintenant la même chose pour les écolos…. Tous les moyens sont bons pour leur désinformation et endoctrinement…

    1. Un phénomène exceptionnel de temps en temps, c’est effectivement de la météo. Une multiplication de tels phénomènes, et cela de plus en plus fréquemment et régulièrement, ça c’est bel et bien de la climatologie. Qui confond?!

      1. Une multiplication ? Des chiffres svp, car je ne vois pas de multiplication de chaleur d’autant qu’ici on parle de canicule en ville, à la campagne il n’y en a pas car pas de béton et bitume pour accumuler la chaleur. Donc comparons ce qui est comparable.
        En 1900, les stations météo étaient en pleine campagne, maintenant elles sont en plein ville, normal que les températures augmentent. Celle de Genève était dans les champs il y a un siècle, aujourd’hui, elle est cernée par l’urbanisme. Celle de Sion a du être déplacée car trop près de bâtiments et elle donnait des températures farfelues.
        Donc restons rigoureux et pragmatiques et ne crions pas ou loup à cause d’un anticyclone sur le Portugal qui n’a rien d’anormal.

        1. Il suffit de regarder les statistiques globales des événements extrêmes ces dernières décennies (et non se focaliser sur un seul cas particulier local!), qui sont de plus en plus nombreux, plus forts et plus fréquents. Mais il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, la politique de l’autruche!

          1. Vous êtes un peu trop focalisé sur les réseaux sociaux et ne vous rendez pas compte qu’il y a toujours eu ces évènements extrêmes, mais il n’y avait pas internet ni les chaines d’information en continue pour les mettre en boucle et vous faire croire que cela n’existait pas.
            Les pluies diluviennes ont toujours existé, mais il y avait des haies, bocages qui retenaient l’eau et on ne construisait pas en zone inondable. Aujourd’hui, l’agriculture a rasé toutes les haies et bocage pour avoir de belles surfaces uniformes, mais à la première pluie très importante, c’est la coulée de boue comme ce qui s’est passé en Allemagne. Voilà la réalité que l’on ne veut pas dire…
            De la même manière on vous donne des températures extrêmes en centre-ville alors que tout est bétonnée des dizaines de km à la ronde, là ou il y a un siècle, les stations météo étaient à la campagne.
            Prenez le cas de Genève, il y a un siècle, la station météo de l’aéroport était au milieu de la verdure, pas de gros bâtiments Palexpo, aérogare, autoroute et la piste était en herbe, pas de goudron ni béton sur le tarmac et la piste, et pourtant on mesure la température au même endroit… Donc il faut comparer ce qui est comparable.
            On a facilement 6 ° de moins à la campagne qu’en ville or les prévisions météo et relevés sont faits en ville….
            Je suis simplement pragmatique, rigoureux, scientifique et je ne suis pas un mouton qui gobe tout ce que les média, partis politiques écolos en quête de voix veulent me faire croire…. Je suis critique et je prends du recul pour regarder les questions globalement, pas comme vous par le petit bout de la lorgnette.

          2. J’ai ajouté deux graphiques en commentaire de mon article: la distribution des températures d’été dans l’hémisphère Nord par James Hansen et les moyennes de températures Suisses par année par MétéoSuisse.

          3. @LITTLE: Puisque vous passez aux attaques personnelles, juste pour votre info, je suis ingénieur-physicien EPFL, Dr ès sciences, et ce n’est pas des réseaux sociaux que je tire mes informations mais d’études et recherches que j’ai moi-même réalisées avec plusieurs collègues de la même institution! Mais je ne doute pas que vous en sachiez certainement plus que nous, un Prix Nobel peut-être ?! 🙂

          4. Réponse à Ceilteach et à Little,

            Essayez svp de rester gentils et d’éviter les prises de bec; En fait, il ne s’agit pas d’avoir raison, il s’agit de faire avancer les choses et, comme on le sait, la vérité a de multiple facettes elle n’est
            ni blanche ni noire elle est entre deux…

          5. @ CEILTEACH :
            Je pense qu vous avez commencé à me manquer de respect en répondant à mon post ” Mais il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, la politique de l’autruche! “…
            Pour un ” ingénieur-physicien EPFL, Dr ès sciences, ” vous me semblez manquer de rigueur scientifique et du moins de recul sur ce sujet, en tout les cas c’est ce qui semble ressortir de vos posts prompt à incendier les autres commentateurs mais sans jamais rien démontrer ni argumenter. C’est évidement plus compliqué de mettre des arguments étayés en avant que de suivre le mouvement.

            Comme le dit si bien “castorette”, la réalité est complexe et il faut se garder de conclusions hâtives que les écolos aiment bien faire car beaucoup de théories sur le climat ne sont nullement démontrées, les données dont nous disposons étant statistiquement trop limités pour en tirer une conclusion claire et scientifique.

            PS: je n’ai pas encore le Prix Nobel (et cela ne m’intéresse pas contrairement à vous apparemment), mais je ne suis pas du genre à vanter et étaler mes diplômes largement aussi nombreux et plus prestigieux que ceux que vous prétendez avoir.

          6. @LITTLE: “Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, la politique de l’autruche!” était une remarque d’ordre général (comme la vôtre précédemment sur les “écolos”), je ne vous ai à aucun moment mentionné personnellement, contrairement à vous. Quant à mes “prétendus” diplômes, je ne les ai mentionnés que parce que vous m’avez de manière erronée accusé de tirer mes informations des réseaux sociaux, Je n’en avais fait nulle mention auparavant. Et je tiens à disposition de la responsable de ce blog mes coordonnées qui lui permettront de vérifier que ces diplômes sont bien réels. Bon, j’en resterai là car, effectivement ce n’est pas le but ici d’échanger des attaques personnelles, ce qui ne mène à rien.

          7. Je vous remercie pour votre clarification, mais j’aimerai plutôt lire vos positions sur les arguments factuels que j’ai listée…

          8. Bonjour Madame Retelska, je vous remercie pour l’ajout des deux références en fin d’article.
            Elles sont très intéressantes.
            J’aurai un commentaire sur celle de James Hansen car le papier qu’il publie n’indique pas la méthodologie utilisée pour arriver à ces résultats, à savoir où et comment sont mesurées ces températures (quelle est la part des mesures en ville / campagne, quelle correction y est apportée). Quelle granulométrie géographique/maillage, comment sont traitées les particularités locales. Une mesure à 850 Hpa (1500 m d’altitude) serait plus pertinente car elle supprimerait l’effet de l’urbanisme local sur les mesures.
            Mesurer la température à Manhattan ou en pleine forêt ou dans la vallée de la mort influence le résultat des mesures.
            Par ailleurs comme Météo-Suisse l’a indiqué récemment, la baisse de la pollution de l’air (voitures et industrie plus propre) réduit le nombre de jours de brouillard et donc augmente le nombre de jours de soleil et la température au sol. Son impact n’est pas encore chiffré.
            En définitive, il y a encore beaucoup de facteurs que l’on ne maitrise pas, mais comme pour tous les chiffres, on peut leur faire dire ce que l’on veut si on n’explique pas comment ils ont été mesurés et comment ils sont traités…
            Le débat doit rester ouvert avec des gens ouvert d’esprit et qui acceptent la contradiction.
            Bien cordialement

  2. Et pendant ce temps il a neigé brièvement sur une partie de la Allemagne….
    La chaleur ne correspond pas au réchauffement climatique. Il y a un réchauffement qui peut modifier autrement les courants en altitude, genre celui qui vient d’Afrique.
    On est dans une phase de rééquilibrage atmosphérique avant d’arriver dans le futur, à nouveau, à une stabilité météorologique.
    Le réchauffement actuel, c’est environ 1.5 degré pas 5 ou 10.

    La prédication sur les effets du réchauffement, ce sont des clowneries, on a l’incapacité à prévoir l’état de stabilité pour chaque région du monde, donc qui seront les perdants et gagnants.
    Ce qui veut dire pour la Suisse, qu’il est impossible de dire si la canicule sera la norme ou à l’inverse les étés pluvieux.

    Bien sûr qu’il faut faire des efforts pour limiter des modifications climatiques importantes, mais la panique ou parler de fin du monde ,ce n’est pas sérieux. A force de crier au loup …..

  3. Vous serai-il possible, Mme Retelska, de nous faire un exposé sur le rôle des cycles de Mankovitz
    Ainsi que sur celui les éruptions solaires,
    Deux phénomènes qui selon les spécialistes auraient une répercussion importante sur la météo et le climat.
    Merci!

    1. Euh, si vous parlez de cycles de Milankovitch il s’agit de changements d’orbite terrestre qui ont une périodicité de 100’000 ans https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/climatologie-cycle-milankovitch-13390/ Nous serions dans une période de refroidissement planétaire naturel pour les prochains milliers d’années mais le réchauffement beaucoup plus rapide que nous avons imposé à la Planète l’a arrêté https://www.pinterest.com/pin/253468285268350165/ Selon les spécialistes, le soleil n’est absolument pas responsable du réchauffement de ces dernières décennies, il s’est plutôt légèrement refroidi. L’effet de serre et l’étendue de la glace sur les mers polaires sont les facteurs principaux. Si vous parlez de Mankiewicz, celui-ci a participé à la réalisation du film Citizen Kane…

  4. Bon ! Soyons clair aujourd’hui ! Il faut comprendre qu’un climat chaud sur la planète a le grand désavantage de faire fondre un cornet de crème glacé au soleil dans toutes les parties du monde. Pourtant où je vis, mon cornet de crème glacé ne fond pas. Donc j’en conclu scientifiquement parlant, moi qui suis un gourou du climat que le climat terrestre ne se réchauffe pas. C’est ce que m’a expliqué mon ami MOTUS hier à la brasserie.

    1. Vous n’en avez pas assez d’usurper mon pseudo ? C’est lassant, ayez au moins le courage de vos opinions et argumentez !
      Ce post n’est pas de LITTLE qui a mis les posts précédents, mais d’un usurpateur sans courage.

      1. @ Little
        C’est de la provocation. Il ne sert à rien de réagir. Signe que vous dites des choses qui dérangent certaines personnes bien organisées.
        Cela dit, je crois que bien souvent, il n’y a pas de volonté de discuter sincèrement des arguments, sur un plan factuel. Il y a la volonté de mettre en place un cadre contraignant – et ceux qui s’y opposent sont des hérétiques, des imposteurs ou, pire, simplement des obstacles.
        Ayant vécu dans une famille écologiste, je regrette ce que l’écologie est devenue. Ce n’est plus une vision qui vise un mode de vie différent, avec des gens courageux qui montrent l’exemple pour vivre plus proche de la nature, en respectant la vie.
        C’est en train de devenir une religion de gens déracinés – qui ne connaissent rien de la nature, rien de la vie – religion savamment organisée par l’Etat et les grandes multinationales pour asservir les population et les culpabiliser d’exister.
        Rien de tout cela ne mène à une vie saine et en respect de l’environnement. C’est juste devenu une religion, avec ses rites, ses dogmes, ses péchés, ses indulgences, ses angoisses, ses millénarismes, ses faux prophètes, etc.

  5. Bonjour, LITTLE, c’est SAMY ! et…. SAMY, c’est LITTLE ! Ayant une double personnalité, j’utilise l’un ou l’autre de mes deux pseudos préférés surtout après avoir bu plusieurs bières et fumé un joint de cannabis dans le confort de mon salon. Ce qui m’incite alors à devenir un gourou climato-sceptique. allons mes amis…. venez argumenter avec moi, le Prince du climat !!! Bon ! Passons…. J’ai trop bu, encore une fois…

Répondre à LITTLE Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *