Architecture des catastrophes

Le Futur apportera de nombreux événements extrêmes

Le Forum des 100 du Temps présentait plusieurs beaux projets de villes durables et écologiques.. Les nouveaux quartiers auront des maisons à excellent bilan énergétique, des potagers, des commerces de proximité.  Certains de ces projets étaient en discussion depuis vingt ans, et se réaliseront maintenant, dans les années 2020 (articles du Temps).   

Or aujourd’hui, un déluge s’abat chaque jour sur une ville sur Terre. Le réchauffement climatique provoque des pluies de plus en plus intenses, souvent très localisées. La ville de Londres subit maintenant des inondations toutes les quelques semaines ou quelques mois.  Elles touchent souvent un seul quartier (lien BBC).  

Le climat apporte chaque jour de nouveaux événements: cet été de nombreuses chutes de grêle en Europe,   plusieurs tornades,  et un vent fort qui a causé des dégâts  à Zurich. 

Dans d’autres pays, des catastrophes météorologiques plus fortes se produisent. Comme le président du GIEC l’a confirmé en 2020, elles dépassent largement les prévisions, certains événements atteignent déjà le niveau prévu pour 2100.  Nous avons que le climat s’aggravera, alors ces événements  pourraient survenir chez nous dans les prochaines décennies. 

Les vents violents arrachent des toits d’immeubles en Russie. Ils se détachent par plaques entières de dizaines de mètres.  Des tornades ont touché cet été les mégapoles chinoises à quelques reprises au moins.  Les vents cassent les grues et les échauffaudages, les panneaux de signalisation, les arbres, et promènent les voitures comme des ballons.    Les inondations interrompent le traffic, détruisent les stocks et la machinerie en en sous-sol, et sapent les fondations de bâtiments.  Les glissements de terrain, en augmentation dans l’Himalaya, emportent les routes et les maisons.

L’année dernière, le vent de Derecho dans l’Iowa a brisé des milliers d’arbres et de poteaux électriques et bloqué des routes pendant plusieurs jours, laissant la population sans aide ni ravitaillement à 40 °C. Cet été, un vent fort a causé des dégâts à Zurich, il y a deux ans à Genève. En Chine, les vents ont rendu impossible la marche dans les rues à plusieurs reprises cet été. Si cela augmente, les dégâts deviendront importants. Plusieurs mégapoles ont essuyé des tornades. La grêle cause d’énormes dégâts et les tornades sont extrêmement destructrices.

La chaleur tue très vite, en un jour.

Ces problèmes restent largement ignorés même si certains écoquartiers comportent des grandes bouches d’évacuation d’eau.  

L’étendue et l’ampleur exactes dépendront de l’application des solutions et ne sont pas encore connues Il est difficile d’anticiper l’avenir entre le scénario du GIEC, les risques de réchauffement abrupt plus rapide, la possibilité de géo-ingénierie longuement évoquée dans le dernier rapport du GIEC, et l’intervention de plusieurs volcans, qui pourraient limiter le réchauffement en 2021 et 2022, mais n’entreront probablement pas en éruption chaque année. 

Des changements brusques et graves du climat sont vraiment possibles Les tempêtes pourraient devenir très différentes, en particulier s’il y a un saut soudain de la température de la Terre de 1°C par an, ce qui est possible  lors d’une année El Niño, au cours de cette décennie, ou un peu plus tard, à cause d’émissions explosives de méthane, de la mort de l’Amazonie, etc.

Will Stephen (auteur de cet article important sur les points de basculement) a déclaré dans une interview en mai : » Les trajectoires de températures sont lisses car les modèles ont des problèmes à gérer les discontinuités à grande échelle, les changements brusques. Ils (les points de bascule)  sont des risques extrêmement importants. Je dirais que vous ne pouvez pas les classer dans la catégorie des risques à faible probabilité d’impact élevé, je dirais qu’ils sont des risques à probabilité raisonnable d’impact élevé ». Il parle d’événements très graves, mais peut-être éloignés dans le temps. Cela dit, le Futur est très incertain.

Adaptation aux catastrophes

Aujourd’hui, j’habite dans une maison villageoise vieille de plusieurs siècles.  Face au climat, pouvons-nous encore espérer construire quelque chose qui tiendra aussi longtemps? Pouvons-nous construire des bâtiments qui tiendront cent ans?

Nous devons être très prudents dans les constructions et les infrastructures futures. Nous avons besoin d’une architecture et d’un urbanisme de catastrophes, pour un monde d’ouragans et de décombres.

Nos rues se transformeront de plus en plus souvent en rivières.  Faut- il créer des promenades au 2ième ou 3ième étage des immeubles pour les éviter? Les fondations sont sapées par les inondations, elles devraient être revues et planifiées dorénavant en vu de cet avenir. Un article récent appelle à repenser la résilience (phys). La durabilité doit aussi être considérée dans le sens premier du terme.   Je ne veux surtout pas remplacer les éco-quartiers par des bunkers, la qualité de vie est importante, et la verdure et la communication l’améliorent beaucoup. Cependant, je crois que  nous devons arrêter toutes les constructions fragiles, ou  prévues dans des zones à risque.

Les projets de constructions pourraient aussi être analysés pour leur résistance aux tornades, aux inondations d’un, deux ou cinq mètres, aux ouragans, aux grêles, et les plus résistants auraient la priorité. Ou une autre solution, plus judicieuse, serait peut-être un moratoire quasi-total sur les constructions, jusqu’à ce que des chiffres plus précis sur le événements extrêmes soient disponibles dans cinq ou dix ans.

L’EPFL  devrait  enseigner à tous les ingénieurs et architectes les événements météorologiques extrêmes, la météo du futur, des vingt ou de cent prochaines années.   C’est très difficile parce que les chiffres corrects n’existent pas encore. Il y a au moins trois façons de prévoir ces événements. Une consiste à analyser en détail les résultats de modèles climatiques et y relever les événements   extrêmes possibles. Les climatologues demandent un centre de la taille du CERN pour étudier les catastrophes possibles qui apparaissent dans les modèles climatiques. L’équipe de Sonia Seneviratne à l’ETHZ le fait peut-être.

Une deuxième façon est d’observer les changements actuels, les inondations, ouragans, tornades, à analyser leur rapide progression et à faire des projections pour le Futur.

Enfin, si une règle de progression d’événements climatiques peut être déduite des observations et d’expériences, il est possible de prévoir leur évolution future.

Bien sûr, si nous admettons que le Futur n’est pas encore écrit, les événements extrêmes dépendent de l’action climatique.

Alors d’un côté, il faut établir les valeurs qui définiraient les catastrophes futures.  Elles sont été largement sous-estimés.

A mon avis, nous avons besoin de deux ou même trois instituts de recherche: Un institut de recherche sur le risque climatique, qui étudiera au moins les événements déjà présents sur la Planète Terre: grêles géantes, inondations, tornades. Ils peuvent être enseignés sans probabilité exacte qui sera établie en parallèle.

Un institut de météorologie extrême devrait, en fait, étudier les phénomènes atmosphériques extrêmes et établir des modèles de méga-orages, super-ouragans, hyper-vagues de chaleur que l’atmosphère perturbée pourrait engendrer.  Certains phénomènes météorologiques, actuellement limités aux autres Planètes, pourraient être étudiés aussi.

Un autre institut devrait être consacré à l’adaptation, et prévoir des bâtiments, des matériaux, des routes qui résisteraient à un climat extrême et changeant.  Il devrait tout de suite considérer des événements très graves, et rechercher des solutions pour ceux-là.  Il y a sûrement des adaptations très simples, des canaux, des volets aux fenêtres, et elles doivent être prévues. 

Ainsi, nous regarderions le Futur en face.

 

Addendum le 25 octobre: Grêlon du 21ème siècle

 

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

9 réponses à “Architecture des catastrophes

  1. “Ainsi, nous regarderions le Futur en face.” Ouin… Je peux comprendre votre tentative de rassurer vos lecteurs mais malheureusement, je crains que c’est tout ce que l’on sera capable de faire en tant qu’Humanité. Les conséquences climatiques du dérèglement deviendront affreusement hors-normes et seront par conséquent non-gérables par l’Homme. Certes, je ne prétend pas être un prophète en prédisant le pire mais j’ai cette conviction profonde qui m’habite depuis trop longtemps.

  2. Pourquoi être aussi catastrophiste ? l’hiver prochain sera encore plus froid que l’hiver dernier !
    Le climat océanique (donc tempéré) est caractérisé par la présence d’eau, pour obtenir un climat tempéré sur les continents il suffit de réguler l’eau de manière à entretenir une couverture végétale permanente comme les forets ! les inondations sont provoquées uniquement par les ruissellements de surface, il suffit de réguler les ruissellements le plus en amont possible des bassins versants, comme le faisait les romains 2000 ans avant nous ! cf : https://www.mediaterre.org/actu,20210106085019,1.html
    Pas d’eau pas de vie pas de climat ! la solution est simple et elle garantit l’autonomie alimentaire et énergétique des pays !

  3. “Le climat apporte chaque jour de nouveaux événements: cet été de nombreuses chutes de grêle en Europe” !!!
    C’est vrai que la grêle en Europe , c’est inédit , jamais vu de toute ma vie !!!???
    Voilà le genre de “vérités” véhiculées par des gens qui n’ont aucune connaissances et racontent des bobards pour essayer de prouver leur théorie absurde , mais à long terme, ces fantasmes apocalyptiques se retourneront contre leurs auteurs .
    La nature se fiche bien des bonimenteurs de pacotille et reste beaucoup plus stable , sinon nous ne serions pas ici pour en parler .
    Des événements extrêmes fleurissent les journaux depuis qu’ils existent , il suffit de les consulter pour s’en rendre compte , mais ils n’ont rien à voir avec un réchauffement d’origine anthropique estimé à 2% de l’effet de serre naturel et qui est noyé dans les marges de mesures …
    Qui pourrait croire qu’un ouragan est plus fort parce que ses vents son plus rapides de 2% ???
    Cette année, d’ailleurs, ils ont été moins nombreux que la moyenne , mais on ne parle jamais des trains qui arrivent à l’heure , c’est bien connu.
    Cette litanie alarmiste est tout ce qui reste à ces pauvres ignares …

    1. 1. Vous mentez déjà sur l’identité Hubert Giot.
      2. Les chutes de grêle qui ont frappé l’Europe, en particulier la Suisse étaient très nombreuses, des grosses grêles de plusieurs centimètres et ont causé des gros dégâts à l’agriculture. Un article sur meteosuisse.ch les décrit.
      3. La force d’un ouragan est facilement visible au niveau de destruction. Le plus forts détruisent des maisons.
      4. La saison des ouragans 2020 a battu tous les records, et l’actuelle, qui n’est pas finie est au dessus de la moyenne. Wikipedia, aujourd’hui: The 2021 Atlantic hurricane season is the ongoing Atlantic hurricane season, which is part of the annual tropical cyclone season in the northern hemisphere. As anticipated,[1] the season has had above-average tropical cyclone activity.[nb 2] To date (October 25), the season has produced 20 named storms, tying it with 1933 as the third-most active Atlantic hurricane season on record.[3]

      1. Très bonne réplique Dorota à Hubert GIOT. Mais que pensez-vous du commentaire ci-haut de DENISE LAURENT ? Cela me semble simpliste, non ??

        1. Le réchauffement climatique est indubitable, et provoque des pluies plus intenses, c’est tout à fait prouvé. Je suis d’accord avec Denise Laurent sur les solutions, l’importance de la végétation, et le contrôle du ruissellement. Les pluies vont augmenter, il faut les anticiper. J’espère une reforestation importante de la Terre. https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/geologie-terre-elle-remise-dernier-rechauffement-climatique-important-94277/?

  4. bonjour; je me plais à constater les réactions des gens dans ce blog ! chacun y va de ses certitudes, de ses convictions etc…et il n’est surtout pas question de se remettre en cause ! mon président de la république est de ceux là; pensez donc, il avait créé lui même une commission citoyenne sur le climat, qui a bien bossé et fait des propositions de qualité, toutes retoquées par le dit monsieur ! degré de responsabilité zéro ! on peut d’ailleurs envisager sereinement qu’au printemps prochain la donne ne changera guère !

    1. Simplement parce que les gens du blog disent des choses que la population entière partage. Au delà des savoirs pour les uns, des croyances pour les autres et de la navigation à vue pour les politiques personne ne veut pour lui la sobriété énergétique nécessaire à la survie de notre espèce (Homo (pseudo) sapiens).
      Ne plus voyager, ne plus habiter de grands logements, etc……

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *