Laissez nous parler du climat! Nous devons assurer notre avenir!

J’ai découvert avec grande surprise un email d’Amnesty International concernant les droits de l’Homme en Suisse. Apparemment, parler du climat dans ce pays pourrait être qualifié de terrorisme.

Amnesty International répertorie les atteintes aux droits de l’Homme partout dans le monde, tente de défendre les prisonniers d’opinion, les victimes de torture et d’assassinat politique. Cette organisation est extrêmement fiable. Je signe parfois des lettres pour la défense de personnes enlevées, torturées, intimidées à des nombreuses reprises pour leurs opinions politiques ou pour avoir dénoncé des faits se produisant dans leur pays. De nombreux militants écologistes alertant sur la pollution sont menacés, certains assassinés. En Russie, des candidats politiques de l’opposition ont été assassinés, ainsi que les journalistes qui ont rapporté ces meurtres. En Chine, toute opposition politique est généralement étouffée par la prison (site d’Amnesty International).

J’ai donc eu un choc à découvrir un courrier d’Amnesty International qui alerte sur les droits de l’Homme des activistes du climat en Suisse. Aujourd’hui, moi, ici, je pourrais être menacée ? Parler du danger que représente le climat pour la vie humaine pourrait être qualifié de terrorisme en Suisse? Le droit d’expression disparaîtrait-il dans ce pays? Je crois au contraire qu’il  est trèst utile de parler du climat, que l’activisme a une place réelle dans la société.

Le changement climatique est extrêmement grave, il constitue le plus grand danger pour l’Humanité selon l’ONU. De milliers d’événements liés au changement climatique se produisent chaque année. Qui en rend compte? Je tente de les suivre à titre bénévole. L’ Organisation Météorologique Mondiale dispose probablement d’un scientifique, d’une formation et d’une capacité de travail similaire à la mienne,  pour la tenir à jour des catastrophes de l’année liées au climat, alors que des milliers d’événements arrivent chaque année.

Les journaux rapportent des faits liés au climat s’ils en ont connaissance. Cependant, ils dépendent fortement de leurs propriétaires, des contrats de publicité et des envies des lecteurs. Nous devrions récompenser une information de qualité, et nous abonner aux journaux informatifs.

Les chercheurs universitaires sont extrêmement spécialisés, et aussi très occupés. Leur travail inclut l’enseignement, les examens, la supervision des recherches menées par des doctorants, d’autres tâches bureaucratiques. Face au danger du climat, ils ont tenté d’alerter les autorités pendant des décennies. Ils se sont rendus compte que personne ne les écoutait, soit parce que leur discours était trop compliqué, trop orienté sur les détails, soit parce qu’il faut des professionnels de la communication pour faire passer un message et pour faire changer les habitudes. J’accuserai aussi une certaine incrédulité, avec laquelle je me réveillais certains matins, ne me croyant pas moi-même. Elle est désormais révolue car le climat dans lequel je vis aujourd’hui diffère vraiment de celui de ma jeunesse. Aujourd’hui, les gouvernements disposent de synthèses du travail détaillé de milliers de scientifiques.

 

Nous n’avons pas tout prévu. Les maladies actuelles des forêts n’ont pas été suffisamment anticipées, peut-être parce que les prévisions ont été basées sur un réchauffement plus modéré, sans vagues de chaleur au printemps.  Les conséquences du climat se produisent plus vite que prévu, certains événements seuil se déclenchent plus vite. Nous sommes à l’aube d’événements très graves.  Il faudrait une sérieuse surveillance du changement de la météo partout dans le monde, et des changements observés dans la Nature, l’agriculture, et la santé humaine.

Il a assez peu de chercheurs en climatologie, météorologie ou mitigation du changement climatique en Suisse.  A plusieurs reprises, des institutions officielles que je tentais d’interroger m’ont répondu qu’ils ne travaillent pas sur les sujets qui me paraissaient essentiels. Certains champs de connaissance restent ignorés car il n’y a personne à l’Université capable d’attirer l’attention sur l’importance de cette discipline.  Les professeurs sont d’ailleurs très spécialisés et ne sont ni formés ni engagés pour communiquer l’urgence du changement climatique. Pour cela, il faudrait peut-être un organe officiel de surveillance du climat d’au moins dix scientifiques qui surveilleraient le climat actuel et les risques annoncés. la moitié surveillerait la météo du présent, l’autre moitié se documenterait sur les diverses prévisions des climatologues.  Ils pourraient ainsi recouper les événements et les modèles.

Personnellement, ayant une formation de chercheuse en sciences et une expérience de recherche universitaire, je vois la nécessité d’au moins dix groupes de recherche différents qui étudieraient des aspects négligés du climat et des solutions naturelles aux réchauffement, d’enrichissement du sol en carbone (en plus de l’organe de surveillance).

Dans de nombreux pays, les recherches dont les conclusions déplaisent au gouvernement ne sont simplement pas financées, elles ne sont donc pas commencées.  A tout poste, il vaut mieux dire ce qui est approuvé par le supérieur, et cela occupe l’essentiel du temps de travail.

Une des conséquences est que les armées sont peu informées sur les risques climatiques,  l’armée chinoise par exemple semble les ignorer. Aux Etats-Unis, où, les responsables des agences spécialisées sont actuellement remplacés par des ‘climate deniers’, des professionnels de la désinformation climatique, l’ignorance pourrait se répandre rapidement (Desmog), et mener à des projets irréalisables.

D’immenses sommes ont été investies dans le déni climatique par les entreprises pétrolières. La compréhension du climat par le public est biaisée par cette propagande. Les personnes conscientes des risques doivent parler du climat pour permettre au public de réaliser à quel point notre avenir est menacé.  De nombreux scientifiques honnêtes et conscients s’engagent d’ailleurs pour le climat et pour faire comprendre l’urgence et la gravité du problème.

Les organisations écologiques fonctionnent parfois à l’échelle internationale, elles incluent des analystes et des professionnels de la communication qui leur permettent de comprendre l’importance et les implications du problème et de le transmettre au public.  Elles sont parfois mieux informées de l’ensemble du problème que le professeur qui étudie en détail le permafrost de haute montagne ou celui qui suit le lynx du Jura. Le travail très spécialisé des chercheurs gagne à être replacé dans le contexte général.

Dans une ambiance d’honnêteté et d’ouverture, notre société peut identifier les problèmes et mettre en place les solutions.  Les conséquences du changement climatique de produisent plus vite que prévu (Michael Mann).  Les alarmistes pourraient bien avoir raison sur le climat et leur contribution à la sécurité des populations pourrait se révéler essentielle.

 Image de couverture par Pawel Grzegorz de Pixabay

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

5 réponses à “Laissez nous parler du climat! Nous devons assurer notre avenir!

  1. 50cm de neige fin septembre dans les Pyrénées … et on nous avait promis 10°c de réchauffement climatique ???

    Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique du gouvernement d’Édouard Philippe, a dévoilé le 6 juillet 2017 son plan climat. Il devait dessiner la stratégie de la France pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre … il a juste oublié que le principal gaz à effet de serre a toujours été la vapeur d’eau (60% source GIEC) …

    Nous sommes bien victimes d’un dérèglement climatique majeur mais provoqué par le manque de vapeur d’eau dans l’atmosphère, donc le manque d’évaporation l’été sur les continents lui même provoqué par la dé-végétalisation des sols !

    https://www.mediaterre.org/actu,20200810121408,1.html

    1. Cet été a été chaud pendant 2 mois, le printemps aussi. Je ne connais pas les détails pour les Pyrénées mais l’Espagne a battu des records de chaleur, le Nord-Est de la France aussi. Sur l’année il y aura probablement beaucoup de jours chauds. Des précipitations très fortes de plus en plus fortes font partie du réchauffement climatique, d’une façon bien comprise par les climatologues, et causent des inondations croissantes partout sur la Planète. Si cela continue, nous allons vers des chaleurs à 45 degrés pendant 2 mois puis des mètres de pluie d’un coup. Dans la préhistoire, les précipitations étaient beaucoup plus importantes.

  2. S’il y a bien un terroriste du climat , c’est sans aucun doute Michael Mann qui a introduit sa fameuse courbe en “crosse de hockey” imaginaire qui ne correspond pas à la réalité , en gommant autant l’optimum climatique du Moyen-Age (MWP pour Middle Age Warming Period), que le petit âge glaciaire …, mais en soulignant l’augmentation de la période industrielle !
    Par contre, on trouve une étude (parmi d’autres) montrant l’augmentation de la température de la Méditerranée au temps des Romains (https://www.nature.com/articles/s41598-020-67281-2) , et des périodes suivantes .
    etc …
    Les phénomènes supposés extraordinaires de notre génération sortent de vos fantasmes .
    Oui, bien sur, on trouvait plus de neige dans les années 1960-80 qu’aujourd’hui , mais on se trouvait alors dans une phase AMO négative alors que depuis la fin des années 1990, elle devenue positive .
    Je pense que cet aspect vous dépasse complètement … les océans sont encore largement méconnus , comme les nuages ne faisant pas partie des modèles du climat totalement dépassés .
    Comprendre les flux d’énergie est la clé du climat et ce sont les océans qui en contiennent le plus !
    Les alarmistes du climat picorent des données parmi des milliers d’études sans les remettre dans leur contexte : il est toujours très facile de trouver une période où les températures augmentent et prolonger la courbe vers des sommets imaginaires …par des artifices statistiques .
    Cette façon de procéder n’est pas du tout scientifique , juste malhonnête !

  3. Benjamin Santer, climatologue était un des rédacteurs principaux du rapport du GIEC en 1995 et semble aussi avoir fait partie d’une rédaction réorientée des faits scientifiques jugés trop timorés. Il aurait reconnu quelques années plus tard cette distorsion volontaire de la réalité dans sa rédaction des RID. Je trouve cela détestable.
    Désormais, prendre le temps de lire attentivement l’assessment report (scientifique) du GIEC plutôt que son résumé (politique) à l’intention des décideurs (RID), semble recommandé, en particulier lors de la lecture du prochain rapport prévu me semble t il en 2022.

  4. Bonjour, pour ceux qui veulent aller plus loin dans la lecture des solutions ( et éventuellement leur mise en application ) pour lutter contre le réchauffement climatique, je vous recommande “Drawdown ” de Paul Hawken. Les sujets d’énergie, de transport, d’agriculture, de matériaux et d’éducation y sont abordés en détail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *