Les glaces fondent plus vite que prévu, et le réchauffement pourrait devancer les prévisions du GIEC

Le climat évolue-t-il comme le GIEC l’a prévu? L’année 2016 a battu des records de chaleur, et depuis, la température reste élevée, et les catastrophes climatiques foisonnent.

L’ancien conseiller scientifique principal du gouvernement anglais, prof David King, se déclare effrayé par la vitesse à laquelle le climat change: dans une interview donnée à BBC, il estime que la Terre change plus vite que prévu dans le cinquième rapport du GIEC publié en 2014. En particulier les glaciers et la glace marine fondent plus vite,  et des  événements météorologiques extrêmes se produisent aussi rapidement.

Par exemple, le glacier Malaspina en Alaska existe depuis la période glaciaire. La glace s’écoule sur un plateau. Ce  grand glacier fond, son épaisseur diminue tellement qu’il fait monter le niveau de la mer.

Malaspina Glacier 2016 copyright ESA

Le Gangotri, en Inde, est un des plus grands glaciers de l’Himalaya. Il constitue la principale source d’eau du Gange,  grand fleuve Indien.  Ce glacier recule d’au moins dix mètres par an. Il fond aussi en surface, et s’affine graduellement. Le Gange est la plus sacrée des rivières d’Inde. Il irrigue un tiers du territoire Indien et 450 millions de personnes.  La disparition de glacier aura des conséquences pour 40% de la population indienne.

Gangotri, India, 2019, copyright ESA

Un autre scientifique anglais, Andrew Shepherd, trouve aussi que les glaces fondent à une vitesse surprenante.

La mer Arctique était totalement gelée en été il y a cent ans. La banquise se réduit, à des nombreux endroits la glace épaisse de plusieurs hivers fond progressivement, se fracture, des courants chauds arrivent de l’Atlantique, et début septembre les 60-65% de la surface originellement gelée étaient libres de glace. Cela augmente immédiatement le réchauffement de la Planète.

Suite à cette interview, BBC a contacté les principaux auteurs du rapport du GIEC qui pour la plupart estiment que le réchauffement se produit en accord avec les prévisions.  Il semble que le GIEC suive la politique d’une opinion unique, unanime pour tous ses membres.  A ma connaissance, leurs derniers calculs s’arrêtent en 2015, sans inclure ces dernières années très chaudes.  Elles pourraient un jour prouver que le réchauffement accélère.

Certains événements récents n’ont pas été prévus par les modèles climatiques. Les scientifiques ont relevé la fonte sévère de glace aux pôles, car les glaces Antarctiques fondent aussi plus vite qu’anticipé, les feux de forêts en Arctique,  le changement climatique en Tasmanie, et les deux grands cyclones survenus au Mozambique cet été.  Ces deux ouragans constituent un événement sans précédent,  qui a provoqué l’inondation d’une grande partie du pays, la destruction des habitations et des routes, et la rupture de l’approvisionnement électrique.

John Church, un des principaux climatologues Australiens, déclare que le réchauffement est à peu près au niveau des prévisions les plus pessimistes, alors que selon son collègue King, il les dépasse même (d’après Harrabin, BBC). David King estime que la fonte de la glace du Groenland et Antarctique n’a pas été prévue correctement. La perte de la banquise accélère le réchauffement de la Planète, et la disparition des glaciers du Groenland et Antarctique provoque la montée du niveau de la mer.

Les glaciers suisses, comme partout ailleurs, s’amenuisent plus vite que prévu.

Cela signifie que les événements prévus par le GIEC, tels la mort des coraux, des poissons tropicaux, les inondations généralisées, les catastrophes touchant des pays entiers se produiraient à la date prévue, ou même plus tôt.

Le prof King suggère donc à l’Angleterre de réduire les émissions de carbone dix ans plus tôt que prévu.  C’est valable pour toute la Terre, nous devons réduire les émissions de carbone au plus vite pour éviter de graves dangers.

Modifié le 21 septembre 2019

 

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

13 réponses à “Les glaces fondent plus vite que prévu, et le réchauffement pourrait devancer les prévisions du GIEC

  1. Le régime des précipitations dans le monde et en Europe, aurait changé selon les météorologues et ce n’est pas fortuit. L’ajout de l’augmentation des températures moyennes permet dès lors d’émettre des hypothèses sur les possibles conséquences dont certaines sont déjà rapportées (cours d’eau, hydratation des sols, nappes phréatiques, cultures, refroidissement des centrales nucléaires, etc.). Nos politiciens vont devoir en tenir compte, pour le bien de tous. Cela ne va pas être facile et la résolution de cette nouvelle équation sera complexe.

  2. Toutes sortes de phénomènes imprévisibles vont sans doute se produire ces prochaines années. Les scientifiques s’avouent de plus en plus dépassés par l’ampleur et la vitesse des transformations en cours. Pour ma part, je pense que seul un miracle pourra encore nous sauver si on n’agit pas très rapidement de façon vraiment efficace pour enrayer le réchauffement climatique.

  3. Bonjour,
    Je n’ai aucune confiance aux gouvernements des pays industrialisés pour vouloir atténuer le réchauffement climatique et ses conséquences désastreuses sur nous tous. Il n’y a aucune volonté politique vraiment sérieuse à l’heure actuelle. Il n’y a que du bla bla bla !!! Je ne crois pas au miracle, alors préparons-nous à subir, tous ensemble, les conséquences de l’inaction des gouvernements.

  4. Fake News comme d’habitude: il faut juste consulter les relevés des satellites pour constater exactement le contraire.
    Bien sûr que nous vivons dans une phase d’optimum climatique, mais qui n’a rien d’exceptionnel dans l’histoire et personne n’avait encore mesuré avec exactitude les changements comme aujourd’hui et donc que nous ne pouvons comparer avec les précédents.
    Je rappelle au passage que le Sahara a perdu sa verdure et sa bio diversité en quelques générations seulement bien avant la révolution industrielle !
    Les années chaudes 2015-2018 sont juste la conséquence de El-Nino, phénomène encore mal compris par le GIEC qui ne comprend pas grand chose au climat !
    Les projections ne sont pas encore possibles avec des mesures insuffisantes sur quelques décennies uniquement !

    1. Vu de la verte Helvétie, le changement climatique peut sembler une bonne blague mais allez demander aux populations du Groenland et du Grand Nord ce qu’ils en pensent. Le jour où les glaciers alpins auront disparu et où les forêts de plaine agoniseront, victimes des hautes températures et de la sécheresse peut-être cesserez-vous enfin de rigoler. Dans le sud de l’Espagne, des forêts entières ont disparu en quelques années, victimes de la hausse des températures. Les signes du changement climatique sont partout. Mais il semble bien qu’en Suisse certains seuils critiques n’ont pas encore été franchis. Les Alpes, j’en suis persuadé, nous réservent encore pas mal de mauvaises surprises. Souvenez-vous de Randa. Cela n’était qu’un petit appéritif…

  5. Le GIEC n’est donc pas fiable, malgré son consensur de 15000 scientifiques? Si leur calculs ne sont pas fiables, cela tendrait à montrer que l’homme n’est pour pas grand chose dans ce réchauffement; ce type de changement climatique soudain a déjà eu lieu par le passé, en temps historiques, bien documenté dans diverses archives, sans intervention humaine…….si les savants calculs du GIEC sont basés sur nos émissions de CO2, et qu.ils se trompent à ce point, c’est que le réchauffement n’est pas principalement anthropique….

    1. Il est toujours très drôle de constater que ceux qui critiquent les conclusions du GIEC en évoquant les évolutions passées du climat n’ont pas réalisé que ce sont les mêmes chercheurs qui ont démontré ces évolutions passées. Soyons logique : soit ils ont raison partout, soit ils ont tort partout. Et pas seulement là où ça vous arrange.
      Et au fait, non, des évolutions aussi rapides n’ont pas été observées par le passé. Et oui, l’origine anthropique du phénomène est particulièrement bien documenté. Même si cela vous dérange.

      1. Il conviendrait de mieux vous renseigner; selon les documents du CNRS, la Terre est sortie de la dernière glaciation en QUELQUES ANNEES, pas des dizaines, mais juste quelques années. Et comme cela s’est passé sans aucun CO2 anthropique, au risque de vous contrarier, il est illusoire de penser que ce réchauffement (bénéfique, sinon nous serions toujours dans le Petit-Age glaciaire et sa cohorte de malheurs et de famines, de villages engloutis et de crues glaciaires, serait principalement dû à l’homme. Et voici pour vous un reportage de 1978 qui devrait vous faire aimer ce réchauffement…https://www.youtube.com/watch?v=eq6fDa9JrzQ&feature=share&fbclid=IwAR1424wTtXumYqxp5oLn6IrCrwQgnt1DpzAEGGFPfDDqFgziU6X9_ry3yiY

  6. Le commerce mondial ralentit, la récession n’est pas loin, la crise de 2008 se profile à nouveau, les banques centrales ne savent plus quels leviers actionner pour favoriser la croissance … on nous paie pour emprunter, on doit payer pour épargner, pour favoriser les investissement, les prévisions de l’OCDE sont alarmistes …. En réalité, personne ne veut que la grande machine s’arrête ou ralentisse même un peu, le business, sauveur d’emplois est la seule vérité, il faut prévenir, à juste titre, les fractures sociales, les conflits, les révolutions, la situation géopolitique est fragile et peut devenir explosive. Tous les intérêts sont à ménager pour éviter un grand collapse. Il faudrait pourtant taxer pour les émissions, supprimer des pesticides, fermer des autoroutes ou ne plus en construire. Les voitures aux GPL, les voitures électriques, le chauffage au gaz, tout cela pollue trop ou plus encore qu’imaginé. 2/3 de nos consommations sont inutiles, néfastes pour notre santé ou répondent à des envies de luxe. Supprimer tout ce superflu, on ferme alors des usines, des entreprises, on perd des emplois, la croissance, la bourse flanchent. La quadrature du cercle…. On parle de réchauffement climatique partout, mais la dégradation de l’environnement, la pollution air, eau, sols, la perte de biodiversité, etc, ne doivent pas être oubliés, surtout pas, les enjeux sont pire peut-être pour la planète et les hommes. Il y a incompatibilité entre nos modes de vie occidentaux et environnement. Consommer moins, travailler moins, recentrer nos valeurs, nous adapter à la nature, reprendre nos vélos, manger vegan, bio, local, etc. Bonne journée sur la terre

  7. Le commerce mondial ralentit, la récession n’est pas loin, la crise de 2008 se profile à nouveau, les banques centrales ne savent plus quels leviers actionner pour favoriser la croissance … on nous paie pour emprunter, on doit payer pour épargner, pour favoriser les investissement, les prévisions de l’OCDE sont alarmistes …. En réalité, personne ne veut que la grande machine s’arrête ou ralentisse même un peu, le business, sauveur d’emplois est la seule vérité, il faut prévenir, à juste titre, les fractures sociales, les conflits, les révolutions, la situation géopolitique est fragile et peut devenir explosive. Tous les intérêts sont à ménager pour éviter un grand collapse. Il faudrait pourtant taxer pour les émissions, supprimer des pesticides, fermer des autoroutes ou ne plus en construire. Les voitures aux GPL, les voitures électriques, le chauffage au gaz, tout cela pollue trop ou plus encore qu’imaginé. 2/3 de nos consommations sont inutiles, néfastes pour notre santé ou répondent à des envies de luxe. Supprimer tout ce superflu, on ferme alors des usines, des entreprises, on perd des emplois, la croissance, la bourse flanchent. La quadrature du cercle…. On parle de réchauffement climatique partout, mais la dégradation de l’environnement, la pollution air, eau, sols, la perte de biodiversité, etc, ne doivent pas être oubliés, surtout pas, les enjeux sont pire peut-être pour la planète et les hommes. Il y a incompatibilité entre nos modes de vie occidentaux et environnement. Consommer moins, travailler moins, recentrer nos valeurs, nous adapter à la nature, reprendre nos vélos, manger vegan, bio, local, etc. Bonne journée sur la terre!

  8. Dans le domaine du climat, il y a des risques de dépasser des seuils irréversibles au-delà desquels les phénomènes s’emballent. Ceux qui jouent à l’autruche sont des inconscients prêts à laisser le monde courir à la catastrophe plutôt que regarder les problèmes en face et s’y attaquer pendant qu’il est (espérons-le) encore temps. On ne peut qu’être solidaire avec tous ces jeunes qui manifestent une juste inquiétude, voire révolte, devant l’inertie et l’aveuglement des générations actuellement “aux manettes”.

Répondre à Pierre-André Haldi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *