Le réchauffement stratosphérique soudain glace la Nouvelle-Zélande

La stratosphère

L’hémisphère Sud subit un événement de réchauffement stratosphérique soudain (Sudden stratospheric warming, SSW).

Ces épisodes se produisent assez souvent dans l’hémisphère Nord, mais sont exceptionnels dans l’hémisphère Sud.

La stratosphère recouvre la troposphère, entre 10 et 50 km d’altitude, un peu plus haut que le sommet de l’Everest. Elle contient entre autres la couche d’ozone.

Le soleil chauffe la stratosphère au dessus du pôle Nord en été, et du pôle Sud en hiver.

En décembre, les températures au dessus-du pôle Nord descendent très bas et atteignent -80°C. Lors de l’hiver Austral, les températures au dessus du pôle Sud sont normalement très basses.

Ondes d’air chaud

Parfois la stratosphère se réchauffe brusquement. Selon le MetOffice, la formation de vagues du courant-jet ou ondes de Rossby favorise la montée d’air chaud dans la stratosphère, ce qui provoque les épisodes de réchauffement stratosphérique soudain.  L’air chaud descend ensuite sur le pôle dont les températures s’élèvent, et l’air froid se déplace. Aujourd’hui, il fait donc très chaud au-dessus de l’Antarctique (90 degrés de trop) et une vague d’air froid déferle sur la Nouvelle-Zélande. Les experts prédisent une vague de chaleur sur l’Antarctique et de froid en Nouvelle-Zélande.  Les températures pourraient être extrêmes et dangereuses. Cela pourrait arriver plus souvent sur une Planète plus chaude.

Le réchauffement planétaire multiplie les sinuosités du courant-jet, affaiblit le vortex polaire et favorise les inversions stratosphériques.  Une étude récente établit aussi qu’un important transfert de chaleur vers les pôles joue un rôle déclencheur dans ces événements. Cela pourrait se produire plus souvent au cours du réchauffement climatique.

Plus d’inversions stratosphériques dans un avenir chaud

J’ai contacté à ce sujet James Hansen, l’expert qui a alerté les Etats-Unis sur le réchauffement climatique dans les années 1980. Il estime que le réchauffement affaiblit le courant-jet, ce qui augmente le risque d’épisodes où l’air Arctique froid se déverse sur les régions tempérées.

D’après lui, ces épisodes qui créent des vagues de chaleur aux pôles pourraient accélérer le réchauffement de la Terre. Ils pourraient cependant amener des jours de grand froid dans les régions tempérées, en hiver ou même à d’autres périodes de l’année. Ils rendront donc notre climat local plus capricieux et plus imprévisible à l’avenir.

Vidéo MetOffice en englais

 

 

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

4 réponses à “Le réchauffement stratosphérique soudain glace la Nouvelle-Zélande

  1. Un pas de plus dans la compréhension de ce qui se passe. Cette modification des flux d’air d’altitude ayant été observée, maintenant aussi modélisée pour faire des projections plausibles, j’attends maintenant aussi des infos sur les possibles variations induites des courants marins, en particulier celui du Gulf Stream qui influence notre climat européen.

  2. Bonjour,
    L’affaiblissement du jet stream (Nord ou Sud) et du vortex polaire et l’aggravation des irrégularités climatiques sont déjà observés récemment sur l’hémisphère nord, en particulier sur l’Amérique du nord. James Hansen n’est pas le seul à interpréter ce phénomène, l’Institut de Potsdam et Stefan Rahmstorf également (et sans doute d’autres).
    Cependant, la poursuite du processus de réchauffement et les variations induites sur la dérive nord-atlantique et la circulation méridienne de retournement (AMOC) vont également, peut-être à plus long terme, modifier la donne. Enfin, le renforcement cyclonique sur l’atlantique nord aussi.

  3. Bonjour Dorota,
    Savez-vous s’il y a eu des dégâts majeurs au niveau des cultures maraîchères en raison de cette épisode de glace dont vous parlez dans votre article ?

  4. on n’a jamais analysé le climat auparavant comme on le fait maintenant, alors on ne sait rien des phénomènes d’aujourd’hui qui sont en fait rien d’autre que ce qu’ils ont été dans le passé depuis des millions d’années .
    Vous êtes comme le nouveau né qui découvre le monde sans le comprendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *