Extinction Rebellion : la rébellion climatique

La crise climatique suscite actuellement de nombreuses réactions. La grève des écoliers pour le climat a attiré des dizaines de milliers de jeunes en Europe ces dernières semaines. Un autre groupe d’activistes, Extinction Rebellion s’est récemment formé en Angleterre. Ils donnent un sens nouveau au slogan ‘Rebel for Life’ car ils luttent pour sauvegarder la vie sur Terre. Le réchauffement climatique peut avoir de nombreux effets secondaires, tels la mort de l’Amazonie ou la fonte du Groenland. Ce groupe estime que chacun d’entre eux peut entraîner un réchauffement de 2°C. Ils craignent que cela ne cause l’extinction de nombreuses espèces vivantes, et même de l’Humanité.

Ils déclarent que nous vivons une époque très grave et très triste et que nous devons regarder cette réalité en face. D’après eux, la politique des gouvernements actuels mène à la mort de millions de personnes, à la désertification, à des migrations massives et ils ont décidé de s’y opposer par la désobéissance civile non violente.

Ils s’inspirent entre autres du mouvement qui a provoqué la fin de la discrimination des Noirs aux Etats-Unis, dans les années 50, lorsqu’une femme de couleur, Rosa Parks, a refusé de céder sa place dans le bus à un Blanc.

En novembre 2018, Extinction Rebellion a ainsi perturbé la circulation à Londres en bloquant les cinq ponts sur la Tamise. Une manifestante s’est collée, à la colle, à Buckingham Palace. Ils voulaient se faire massivement arrêter par la police pour montrer qu’une partie importante de la population s’oppose aux politiques actuelles. En réalité, il eut peu d’arrestations, ce qui illustre peut-être le désarroi des gouvernements face au changement climatique.

En Allemagne, Extinction Rebellion bloque des carrefours pendant quelques minutes pour alerter le public sur le crise climatique.

Le groupe demande zéro émissions de carbone en 2025, un rationnement de droits d’émissions de carbone, plus de transports publics, et des villes sans voitures.

Ils s’inspirent en partie de The Climate Mobilization, qui demande un plan similaire celui mis en place par le gouvernement britannique pendant le deuxième guerre mondiale, avec une création massive d’emplois utiles par l’Etat et le rationnement des biens polluants.

Extinction Rebellion,  qui a débuté en Angleterre il a quelques mois, essaime maintenant dans toute l’Europe, y compris en Suisse. Le mouvement semble s’étendre vite, alors même que les étudiants participent massivement aux grèves du climat.

The Climate Mobilization:

Zéro émissions de carbone en 2025

Avatar

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

6 réponses à “Extinction Rebellion : la rébellion climatique

  1. La planète a connu des épisodes bien plus chauds sans conséquences pour la faune ou la flore . A l’époque éémienne (précédente période interglaciaire ) la température était 2-3 ° C plus élevée , le niveau des mers 5-7 m plus haut sans avoir gêné aucune espèce . En fait , la planète n’a jamais souffert des conditions climatiques depuis 4 milliards d’années , en dépit de conditions extrêmes ( + 12° C, 4000-8000 ppm CO2 ) , sans glaces aux pôles.
    L’Amazonie souffre de la déforestation humaine , pas de la température ni du CO2 . C’est la pollution par les pesticides et autres plastiques qui détruit les biotopes ainsi que la surpopulation .
    Je crois que l’auteure ne s’est pas documentée sérieusement pour écrire son blog .

    1. Imaginez aujourd’hui une montée du niveau des mers de 5-7 m. A l’époque que vous mentionnez, il n’y avait que peu de zones construites.
      Nous consommons actuellement 100 millions de barils de pétrole par jour, à 159 litres chacun, cela fait 42 milliards de kg de CO2 ou 42 millions de tonne par jour et 160 milliards de kWh thermiques.
      Vous verrez que sur une année, soit 360 fois plus, c’est un crime contre l’humanité, mais pas contre la terre, car elle, elle s’en sortira toujours. Continuez à nier le réchauffement si cela vous donne bonne conscience.
      Vive la révoltes des jeunes qui pensent enfin à leur avenir, que notre génération d’égoïste s’en fout complètement.

    2. Cher Monsieur Giot,

      Il semble que vous n’ayez pas très bien compris les enjeux et que vous ignoriez tout des cinq précédentes extinctions de masse sans lesquelles vous auriez encore la chance de rencontrer des dinosaures et des mammouths laineux.

      Certes, la planète s’en remettra très bien mais nous aurons presque tous disparus en raison d’événements climatiques extrêmes, de catastrophes naturelles, de la famine et des pandémies.

      Je ne peux malheureusement pas vous dire si la ligne rouge a déjà été franchie, mais tout semble nettement s’accélérer depuis une dizaine d’années. En tous les cas, LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION DOIT S’APPLIQUER et c’est pour ça que nous nous mobilisons.

      Pour quelles raisons pensez-vous que les plus fortunés se construisent des bunkers pour “l’après” et pour quelles raisons les climatologues utilisent leurs connaissances pour se mettre à l’abri en déterminant quelles sont les régions qui resteront les plus hospitalières?

      Il est peut-être encore temps d’agir, d’accélérer la transition énergétique et de restaurer l’environnement à grande échelle pour réamorcer le cycle de séquestration de carbone dans les sols, en menant des actions réalisables et très abordables. La restauration de prairies en zone aride ne coûte que 0.80 par hectare et après quelques années de bonnes pratiques agricoles, elles séquestreront jusqu’à 7 tonnes de carbone biologique ou l’équivalent de 25.6 tonnes de CO2 atmosphérique PAR HECTARE ET PAR AN. Je vous laisse le soin de calculer la surface qu’il serait possible de restaurer avec les quelques 1.52 millards de bénéfice annoncés par Swisscom. Tout le problème, c’est que la restauration de l’environnement, de la biodiversité, du cycle du carbone, du cycle de l’eau et la dépollution de l’atmosphère ne rapporte pas d’argent…

      Un médecin est un spécialiste de la santé, un climatologue est un spécialiste du climat et ce dernier constitue l’un des piliers de notre survie. Si vous faites confiance à votre médecin, arrêtez une bonne fois pour toute de prendre les climatologues pour des demeurés, alors que leurs discours s’accordent parfaitement.

      En guise de conclusion:

      https://www.rts.ch/info/sciences-tech/10199839-jamais-la-terre-n-a-eu-si-chaud-que-lors-des-quatre-dernieres-annees.html

  2. Chère Dorota, d’abord bravo, car vous êtes une femme de courage.

    En fait, le Dr. Giot et vous sont d’accord, il est urgent de faire qqch…!

    Alors peu importe comment et pourquoi, CO2, méthane ou polyfluoroblablq2, mais agissons, tous ensemble, car, ça a une odeur à cataclysme imminent (sauf pour celui qui ne sort jamais de son bureau)

    Courage 🙂

  3. Les lycéens processionnaires
    Mais bien sûr! Ils ne peuvent pas savoir. Leur éveil au monde ne date évidemment que de quelques années. Rachel Carson n’est pas de leur génération. Il serait a fortiori déplacé d’évoquer Malthus. Le rapport Meadows est d’un autre âge. Ont-ils vent que le GIEC est une création Thatcher-Reagan, visant à juguler le militantisme écologique? (désopilant fiasco, tout à fait digne d’une épicière et d’un cow-boy!).
    Ils découvrent soudain les réalités de notre époque, pensent que personne n’en est conscient, entendent derechef sauver la planète, et intiment aux autorités l’ordre d’agir de toute urgence, avec une ardeur et une outrecuidance juvéniles réjouissantes.
    Mais pour faire quoi exactement? Rien de nouveau, si l’on en juge par leur catalogue rabâché de mesures en échec depuis plus de 50 ans. Il y peu d’intelligence à défiler grégairement, sans la moindre perspective d’une amorce de solution. Autrefois, les habitants de Naters organisaient des rites propitiatoires pour stopper la crue du glacier d’Aletsch … La raréfaction et l’emploi parcimonieux des ressources constituent un challenge d’une complexité inouïe. Quand près de 85% de notre énergie sont actuellement d’origine fossile, nul besoin d’une maturité pour comprendre que le combat contre l’inertie naturelle du système demandera beaucoup de temps et de discernement.
    Ce qui est nauséabond dans ces protestations, ce n’est pas l’attitude de notre jeunesse. C’est l’appui inconsidéré d’une bande de pseudo-intellectuels impuissants – politiques, journalistes, essayistes, opportunistes de tout poil, verts frelatés, soixante-huitards décatis, … – qui récupèrent sans scrupule un mouvement de bonne foi.

    1. J’ai l’impression que les lycéens s’engagent pour le climat. Je trouve ça magnifique, ils ont compris, c’est grave, et ayant compris, ils arriveront peut-être à sauver leur vies et celles d’une grande partie des humains sur Terre. Je ne vois pas de récupération de ce mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *