Le Pape ne démissionne pas, il renonce.

Des blagues innombrables circulent sur les Jésuites. L’une d’elle avance que lorsqu’un disciple de Saint Ignace de Loyola se trouve sur une échelle, il est impossible de savoir s’il monte ou s’il descend. Une autre raconte qu’un religieux de la Compagnie de Jésus marche au-milieu d’une ville qu’il ne connait pas et demande son chemin pour rejoindre une gare. L’indication reçue serait: “vous n’allez pas trouver, c’est tout droit”.

Les gardes suisses connaissent le tempérament du Pape François, il est imprévisible. Ainsi, depuis certains voyages annulés par le Vatican, les journalistes sont à l’affût du moindre indice pour être les premiers à tweeter la nouvelle.

Déjà en 2018, lors du changement de secrétaire, une rumeur planait sur une possible renonciation.

Arnaud Bédat, journaliste suisse et vaticaniste “outsider”, prévoyait une démission en 2020. Au micro de Mélanie Croubalian, sur la radio suisse romande lors de l’émission du Grand Soir, notre citoyen de Porrentruy en Ajoie avait souligné qu’il y avait eu un imprévu inattendu début 2020: l’épidémie mondiale du Covid-19 qui a complètement rebattu les cartes et les plans.

Désormais, François souffre d’un genou très douloureux, médicalement une gonalgie. Il ne s’est pas rendu au Liban. Le voyage prévu pour le continent africain, la République démocratique du Congo et le Sud Soudan, a été reporté sine die. La traversée de l’Atlantique, pour se rendre du 2 au 7 juillet au Canada, est toujours confirmée, mais les organisateurs sont inquiets et ne cachent pas leurs grandes inquiétudes quant à la santé du successeur de Pierre.

Pas de fumée sans feu, fusse-t-elle noire ou blanche

Les petits cailloux semés sur le chemin du Petit Poucet semblent indiquer un possible dénouement. Le 27 août, François va créer 21 nouveaux Cardinaux, dont 16 ont moins de 80 ans. Ces derniers participeront au prochain Conclave afin d’élire le 267ème successeur de Pierre. A quelques jours du mois du septembre, il y aurait déjà des électeurs à Rome pour ouvrir un prochain Conclave. Les autres feraient le voyage. 

Le lendemain, un pèlerinage à l’Aquila auprès de la tombe de Saint Célestin V laisse entendre que François pourrait renoncer auprès de celui qui déposa sa charge en 1294. Benoît XVI avait surpris tout son monde le 11 février 2013 en annonçant la vacance du Siège apostolique pour le 28 février. Or, Jorge Mario Bergoglio aime l’imprévisibilité. Si le chemin est tout droit, cela risque d’être le mauvais. 

Depuis, nombreux articles sortent sur la démission imminente du Pape. Même Megyn Kelly se fend aujourd’hui lundi 20 juin d’une vidéo postée sur Twitter d’un peu plus d’une minute annonçant une rumeur, non confirmée, de l’annonce imminente de la démission de François. Un gros risque, car les indices sont faibles: une présence inhabituelle de Cardinaux autour de Sainte-Marthe, la résidence du Pape, et une bénédiction spéciale ou un moment de prière par des prêtres à la Chapelle Sixtine. La journaliste, star aux USA et très compétente, aurait-elle confondue les couleurs, les évêques en visite apostolique “ad limina” en violet, avec le rouge des cardinaux ? En tout cas, la chapelle Sixtine est le lieu de l’élection du Pape et non pas d’une démission. 

Le successeur de Pierre renonce

Pour le droit de l’Eglise, le droit canon, le Successeur de Pierre ne démissionne pas. Il ne dépend que du Christ et pas d’un Concile ou du collège des Cardinaux. Un Pape renonce, librement et sans contrainte.

La renonciation du pape est prévue au canon 332 paragraphe 2 du Code de droit canonique :

« S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit ». 

Qui vivra verra, ou “wait and see”. Les ennemis internes du Pape sont nombreux et ils aimeraient le voir prochainement partir. Dès lors, longue vie au Pape et comme il aime le redire, n’oublions pas de prier pour lui !

Dominique Fabien Rimaz

D'origine fribourgeoise et italienne, né à Bôle (Neuchâtel), Dominique Fabien Rimaz se rêvait pilote militaire. Il passera d'abord par une formation en chimie puis en sciences politiques pour devenir un jour journaliste. Rattrapé par la vocation, il est aujourd’hui prêtre en Veveyse et aumônier des hôpitaux à Fribourg.

Une réponse à “Le Pape ne démissionne pas, il renonce.

  1. Vous avez certainement déjà eu mal au dos, à une articulation, ou autre chose qui vous a freiné quand vous arpentiez les couloirs de l’hôpital… Est-ce que les infirmières ont songé de vous demander si vous envisagiez de prendre votre retraite anticipée, ou ont-elles alerté le médecin chef et prié pour vous ?..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *