“Novax Jokovid” ou la sortie du court de tennis de Djokovic

(source photo: Le Matin)

Le monde médiatique est tissé de polémiques qui durent jusqu’à une semaine, maximum deux. Puis, la crise de communication perd de son intensité. Or, cette saga s’étale et Djoko chute pour s’étaler. Ce feuilleton médiatique de Novax laissera une trace, une marque, non pas sur les lignes du court, mais sur la carrière de l’actuel numéro un mondial de tennis. Honnêtement, pour reprendre une expression sportive, Djoko est sorti de son match pour se transformer en quelques jours en gourou. Nole a quitté le court pour devenir un bouffon de cour. N’oublions pas que son parcours sinueux tout au long de la pandémie le préparait lentement et sûrement à cette déviance. 

Novak est un immense champion de tennis, sans doute la seule certitude dans ce roman de science fiction. Au fond, la fine pointe de ce flot d’informations concerne justement la science.

Selon certains médias, Djokovic serait entré dans une sorte de croyance parallèle à la science. Pour notre champion, l’allergie au gluten serait facilement diagnostiquée par un simple mouvement du bras avec un morceau de pain. Il serait aussi possible de guérir par la seule pensée positive.

Cela évoque la gnose. La quoi ? La gnose est un courant de pensée des premiers siècles du christianisme. Pour être bref: le salut par la connaissance réservée à une élite. La vérité serait cachée et seuls les initiés peuvent y parvenir. Les anti-vaccins se nourrissent de cette science “occulte” qu’ils possèdent par une supériorité intellectuelle, un avantage sur le commun des mortels, voir une élévation de l’esprit. Pour Dkojo, la spiritualité est précisément une ascension.

«Dieu est omniscient. Les grands idéaux que sont la morale et l’éthique sont les étoiles qui mènent à l’ascension spirituelle. Ma bénédiction est spirituelle et [celle des Australiens] se base sur la richesse matérielle.» Tweet de Nowak

Pour le Pape, se vacciner est un acte de charité

Je me permets de faire un parallèle entre le discours de François du mois de janvier aux 168 ambassadeurs réunis au Vatican et la pseudo-doctrine du champion de tennis.

“En même temps, nous avons pu constater que là où une campagne de vaccination efficace a eu lieu, le risque d’une évolution grave de la maladie a diminué” François

Le message papal vise l’accès au vaccin pour tous, surtout pour les plus pauvres, porte son attention envers les réfugiés et veut combattre les nationalismes. Alors que Djokovic sortait presque simultanément de son hôtel, ce fut comme si le bon berger répondait à la bergère, ou le pasteur au gourou. 

Le joueur de tennis a résolument quitté ses baskets pour des recours juridiques contre des recours politiques, non plus pour un match de tennis, mais une partie de ping-pong entre avocats et hommes de lois, comme des coups de poings dont les Kangourous australiens sont coutumiers. Après plus que des doubles fautes, je me réjouis du point final. 

Discours de François aux ambassadeurs : (lien)

“En même temps, nous avons pu constater que là où une campagne de vaccination efficace a eu lieu, le risque d’une évolution grave de la maladie a diminué.

Il est donc important de poursuivre l’effort pour immuniser autant que possible la population. Cela exige un engagement multiple au niveau personnel, politique, et de la communauté internationale tout entière. Avant tout au niveau personnel. Nous avons tous la responsabilité de prendre soin de nous-mêmes et de notre santé, ce qui signifie également le respect de la santé de qui nous est proche. Le soin de la santé est une obligation morale.

Malheureusement, nous constatons de plus en plus que nous vivons dans un monde aux forts contrastes idéologiques. On se laisse souvent conditionner par l’idéologie du moment, souvent construite sur des informations infondées ou sur des faits mal documentés. Toute affirmation idéologique rompt les liens de la raison humaine avec la réalité objective des choses.

La pandémie, au contraire, nous impose précisément une sorte de “cure de réalité” qui exige de regarder le problème en face et d’adopter les solutions appropriées pour le résoudre. Les vaccins ne sont pas des outils magiques de guérison, mais ils représentent certainement, en plus des traitements qui doivent être développés, la solution la plus raisonnable pour la prévention de la maladie.

La politique doit aussi s’engager à poursuivre le bien de la population par des décisions de prévention et d’immunisation, qui interpellent également les citoyens pour qu’ils se sentent impliqués et responsables, par une communication transparente des problèmatiques et des mesures appropriées pour y faire face. Le manque de fermeté dans les décisions et de clarté dans la communication engendre la confusion, crée la méfiance et sape la cohésion sociale en alimentant de nouvelles tensions. Un “relativisme social”, qui blesse l’harmonie et l’unité, s’instaure.

Enfin, un engagement global de la communauté internationale est nécessaire pour que l’ensemble de la population mondiale ait un accès égal aux soins médicaux essentiels et aux vaccins. Malheureusement, il faut constater avec douleur que l’accès universel aux soins de santé reste un mirage dans de vastes régions du monde. À un moment aussi grave pour toute l’humanité, je réitère mon appel pour que les Gouvernements et les organismes privés concernés fassent preuve de sens des responsabilités, en élaborant une réponse coordonnée à tous les niveaux (local, national, régional, mondial), à travers de nouveaux modèles de solidarité et par des instruments permettant de renforcer les capacités des pays qui en ont le plus besoin.

Je me permet d’exhorter en particulier les États, qui s’efforcent d’établir un instrument international de préparation et de réponse aux pandémies sous l’égide de l’Organisation Mondiale de la Santé, à adopter une politique de partage désintéressée, comme principe-clé pour garantir à tous l’accès aux outils de diagnostic, aux vaccins et aux médicaments. De même, il est souhaitable que des institutions telles que l’Organisation Mondiale du Commerce et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle ajustent leurs instruments juridiques, afin que les règles monopolistiques ne constituent pas de nouveaux obstacles à la production et à un accès organisé et cohérent aux soins au niveau mondial.

Dominique Fabien Rimaz

D'origine fribourgeoise et italienne, né à Bôle (Neuchâtel), Dominique Fabien Rimaz se rêvait pilote militaire. Il passera d'abord par une formation en chimie puis en sciences politiques pour devenir un jour journaliste. Rattrapé par la vocation, il est aujourd’hui prêtre en Veveyse et aumônier des hôpitaux à Fribourg.

22 réponses à ““Novax Jokovid” ou la sortie du court de tennis de Djokovic

  1. N’importe quoi ! Djokovic est simplement un grand champion qui n’a pas envie de s’effondrer raide mort au milieu d’un match, comme c’est arrivé déjà à tant de sportifs qui avaient pris ce “vaccin” qui tue. Quant au pape, qui n’a pas plus de qualification que Djokovic au point de vue épidémiologique, avec tout le respect dû au prêtre catholique qui a écrit cet article, disons charitablement que sur cette question, il a perdu une bonne occasion de pas dire une bêtise (de plus). En plus, la manière dont les gardes suisses non-vaccinés ont été congédiés du Vatican est écoeurante.

    1. “comme c’est arrivé déjà à tant de sportifs qui avaient pris ce “vaccin” qui tue.”

      Vous pensez que les antivax s’excuseront devant Dieu pour tous les morts sur leur conscience ?

      N’écoutez pas les désinformateurs, et discutez avec votre médecin traitant. Les vaccins ont sauvé des millions de vie !

      1. @LISA

        Mon médecin traitant m’a prescrit de l’hydroxychloroquine et azithromycine quand j’ai eu le covid, selon le protocole du Pr Raoult qui s’est définitivement confirmé comme très efficace depuis lors. A cette date (mars 2020) il n’existait aucun vaccin. De manière scandaleuse, le pharmacien a refusé de délivrer le médicament (obéissant à des ordres criminels du pharmacien cantonal). Mon médecin traitant a alors protesté en rappelant au pharmacien, que selon les principes de la déontologie médicale et du serment d’Hippocrate, un pharmacien n’a pas à donner son avis, ni à poser des questions sur la prescription d’un médecin. Il a le devoir de livrer le médicament selon ordonnance. Mais le pharmacien a répoondu qu’il avait des ordres. Plus tard mon médecin traitant a reçu une lettre de menace du médecin cantonal, qui lui interdisait de soigner les patients avec la seule médication connue à cette date. c’est à dire que les autorités exigeaient qu’on refuse de soigner les malades et qu’on les oblige à attendre confinés chez eux en prenant du paracétamol (qui ne sert à rien) jusqu’au moment où, dans bien des cas, les symptômes s’aggravaient au point que le patient devait être transporté à l’hôpital, intubé, etc. mais à ce moment là, il était souvent trop tard et des milliers de ces patients sont morts à cause de ça en Suisse.

        Si vous croyez au vaccin chère Lisa, c’est votre droit. Cela fait partie de la liberté de croyance. Mais vous ne pouvez pas ignorer l’existence de nombreux effets secondaires graves avérés (myocardite, péricardites, thromboses, AVC, taux anormaux de d-dimères, maladie de Kreuzfeld-Jacob, crampes terribles comme celles dont souffre Céline Dion qui a du annuller tous ses concerts et dont les médias nous cachent son état de grabataire, morts subites de nombreux sportifs en plein effort etc.)

        Je salue votre courage d’accepter de jouer au cobaye, par foi aveugle en la “science” et respect absolu pour Pfizer & Co dont on connaît la grande moralité qu’atteste leurs nombreuses condamnations pour fraudes (des amendes de dizaines de milliards de $).

        Mais j’ai quelques faits à vous rappeler:

        Maintenant il est démontré que le vaccin ne protège pas contre l’infection ni contre la contamination.

        Il y a autant de patients vaccinés que non-vaccinés dans les services des urgences.

        Ceci signifie donc que vous-même, vaccinée, vous n’êtes pas protégée contre le covid et risquez de mourir.

        J’ai une question à vous poser : si vous tombez malade du covid actuellement, vous qui êtes vaccinée, accepterez vous les ordres criminels des autorités qui interdisent aux médecins de vous soigner ? Ou préférerez vous qu’on tente de vous sauver en vous prescrivant de l’hydroxychloroquine combinée avec de l’ivermectine, de l’azithromycine, du zinc, de la vitamine C et D?

        Djokovic a raison de refuser une atteinte à son intégrité corporelle qui peut ruiner sa carrière de sportif. Il n’est pas fou. C’est ridicule de le dénigrer en l’accusant de complotisme ou dérives idéeologique comme le fait monsieur l’abbé Rimaz. Les opinions de ce champion n’ont rien à voir là dedans, aussi répréhensibles qu’elles puissent paraître aux yeux d’un prêtre pro Bergoglio. Il s’agit uniquement de son intégrité physique, qu’il a le droit de vouloir garder intacte. C’est un droit fondamental de la personne humaine.

        1. Vous vous inventez une histoire, pour la faire coller aux sites complotistes français. Vous ne l’avez cependant pas vécue personnellement.

          Et pourquoi prenez-vous plusieurs pseudos ?

          1. Bien sûr que je l’ai vécue personnellememnt. Encore heureux que j’ai une santé robuste. J’ai guéri. Mais combien sont morts à cause de cette interdiction criminelle de soigner les gens?

        2. Il est pourtant simple de comprendre qu’on risque plus d’effets secondaires désastreux avec la maladie qu’avec le vaccin.

          1. Peut-être.

            ça dépend du variant, du vaccin, de votre âge et du nombre de rappels… le généralités sont trompeuses ! (et fausses scientifiquement)

            Mais, dans les tous les cas, vous ne le saurez qu’après, donc à chacun de décider !

    2. Quand on triche on doit payer! Il n’est pas au dessus des lois comme nous tous. La fédération internationale de tennis a aussi des règles contre les tricheurs, contre les falsificateurs et elles doivent être appliquées aussi pour lui. 3 ans de suspension!!!!

  2. Il me semble que votre prose n’est plus d’actualité. C’était vrai il y a 6 mois peut-être. La situation a évolué. Les antis d’hier ne sont plus ceux d’aujour’dhui.

    Généraliser, c’est se tromper car la réalité est complexe et plurielle. Ce qui est bon pour certains est mauvais pour les autres. C’est le rôle du médecin, fidèle à son serment, de conseiller son patient vers un choix éclairé.

    Discuter des pro et anti vaccins, c’est donc déjà un mauvais débat.

    La question qui doit occuper les scientifiques est: quel vaccin ? contre quelle maladie ? pour qui ? dans quelles circonstances ?,pourquoi ? avec quels effets ?

    Peu de gens remettraient en question la vaccination de masse contre la Polio.

    Dans le cas du SARS-Cov2, c’est plus complexe: le virus mute et la mémoire immunitaire est courte.

    Les dernières études, validées par les pairs, démontrent qu’avec l’arrivée d’Omicron, la vaccination contre la Covid n’est pas très efficace contre les formes symptomatiques donc contagieuses (que ce soit avec 2 ou 3 doses). A noter, que le vaccin avait déjà perdu de son efficacité face aux variants précédents. Face à Omicron, les chiffres quotidiens ne font que confirmer ces faits.

    Le vaccin n’est donc pas un outil de lutte contre la contagion et l’arrivée de nouveaux variants. Il faudrait, pour cela, un vaccin efficace contre la contagion comme l’a demandé l’OMS récemment. L’immunité naturelle est plus utile chez les individus qui présentent des risques face à l’infection.

    La vaccination de masse n’est donc pas justifiée.

    Ce qui nous amène a un autre aspect du vaccin, il protège des formes graves donc des hospitalisations et diminue la létalité. Il sauve donc des vies. Mais il faut alors analyser lesquelles.

    Les dernières données (études aux USA, Danemark, Hollande, UK, Afrique du Sud) confirment ce que l’on peut déduire des chiffres de l’OFSP: malgré une multiplication par 20 des cas, les hospitalisations sont en baisse. Elles sont plus courtes et il y a bien moins de séjour en réa. L’âge moyen des personnes touchées remonte aussi fortement.

    2 mois après son arrivée, nous avons la confirmation qu’Omicron est bien moins dangereux que son prédécesseur. Dès lors le rapport bénéfice-risque de la vaccination doit être revu. Il faut le réserver aux population à risque (65 ans et plus).

    Dans la pratique, l’inefficacité du vaccin contre la contagion couplée à une contagiosité extrême (un R0 de 20) va décider à notre place. Une grande partie de la population va s’immuniser naturellement. Omicron est devenu le vaccin.

    Les scientifiques penchent, dès lors, pour une stratégie d’immunité collective pour les individus qui présentent un risque très faible façe à la maladie (une simple refroidissement) et une vaccination ciblée sur les groupes à risque pour les protéger des formes graves.

    A long terme, un vaccin efficace contre tous les variants et la contagion doit être développé (c’est en cours), ce qui permettrait alors une vaccination de masse pour “éradiquer” le virus (en pratique pas vraiment possible car il survivra chez d’autres espèces animales).

    Un aspect non négligeable dans la décision de vaccination est le risque d’effet secondaire grave. Et, là aussi, les choses évoluent au fil du temps (1 an de recul, c’est peu): ces effets sont rares mais de loin pas inexistants. Pour un sportif, certains effets même léger peuvent signifier une fin de carrière.

    Revenons en donc à Djoko, il est jeune, en bonne santé et en a déjà guéri une fois: il n’y a donc quasiment pas de risque pour lui. Par contre, sa vie c’est le tennis – un effet secondaire irréversible même léger et c’est fini).

    D’un point de vue scientifique, il fait donc le bon choix. L’aspect médiatique et politique est différent. Je pense qu’il aurait dû tout simplement boycotter le tournoi.

    Mais l’histoire n’est pas terminée. La situation évolue rapidement et l’opinion du public avec. Aux USA, la court suprême vient du statuer contre une obligation vaccinale.

    L’opinion du public concernant Djoko pourrait changer dans quelques mois. Et si la scien lui donner finalement raison, il passera pour un martyr et jettera une ombre sur toutes les victoires de ses concurrents.

    A suivre.

      1. Votre réaction démontre que l’on est passé à une crise politique et sociale.
        Il n’y plus rien de scientifique dans les propos. On est 100 % dans l’affect.

        Donnez-moi un seul argument rationnel et supporté par des données scientifiques qui justifie une vaccination de masse de toute la population pour contrer cette pandémie dans le contexte actuel ?

        Nous pourrions alors échanger et mieux comprendre la situation. En tant que scientifique, je trouve cela assez inquiétant. C’est la montée d’une nouvelle forme d’obscurantisme.

        Je ne comprend d’ailleurs toujours pas ce débat pro-anti: pro-anti quoi ?

        Anti-1ère dose pour un octogénaire ou anti 4ème dose pour un jeune qui en déjà fait 3 et vient de déclarer une forme symptomatique ?

        Et vous n’apportez que peu de réponses.

        Ce qui me rassure, c’est que ce type de décalage ne peut pas durer éternellement. Certains pays y mettent déjà fin (les USA sont en train de le faire), d’autres vont suivre assez rapidement sinon leur économie n’y survivra pas.

        1. Cher multi-pseudo,

          1 argument? Les millions de morts que la vaccination a permis d’éviter ! Mais j’imagine que ces vies sauvées ne sont rien face à ton petit café du matin.

          1. Leçon de lecture:

            “vaccination de masse” = les jeunes et les enfants
            “contexte actuel” = Omicron

            Certains journaux commencent à publier des excuses pour avoir propagé des informations mensongères des gouvernements, y compris les bilans (Danemark et Espagne).

            En Suisse, on serait arrivé au même résultat avec une vaccination à partir de 60 ans, sans pass et sans division de la population. On aurait même sauvé plus de vies en économisant de l’argent à réinvestir dans la santé.

            J’attend donc toujours vos arguments scientifiques pour poursuivre une politique 100 % vaccin et 3ème dose face à Omicron dans le contexte actuel.

            Plus personne n’y croit.

          2. Mais bien sûr, mon cher multi-pseudo. Si tu le dis et si tu le crois.

            Je te souhaite de trouver la paix intérieur et de rencontrer un jour un aumonier irl qui te permettra de te confesser.

            Longue vie à toi, cher multi-pseudo antivax.

    1. Bravo Edgar ! Vous remettez l’église au milieu du village. Espérons que l’aumonier des hôpitaux de Fribourg saisira la sagesse de vos propos.

        1. Parce que l’abbé Rimaz est aumonier des hôpitaux à Fribourg, d’après ce qu’on nous dit dans sa note biographique ci-dessus.

    2. “L’immunité naturelle est plus utile chez les individus qui présentent des risques face à l’infection.”

      Je mets en exergue cette phrase, qui montre toute la sottise de votre intervention.

  3. Plus ça avance et plus on voit que les pros du vaccins à tout va restent sur le même discours et n’évoluent pas. Les autorités suisses, françaises, canadiennes, australiennes ne regardent–t-elle pas ce qui se dit dans le reste du monde ? Israel aussi reconnait maintenant que la vaccination du covid est un echec.
    Tiens Pujadas aussi acceptent maintenant cet état de fait : https://rumble.com/vshnl7-pujadas-confirme-les-propos-du-pr-raoult-les-vaccins-ont-augment-lpidmie.-.html

  4. “Athlétisme – Sarah Atcho souffre d’une péricardite
    La Vaudoise dit avoir ressenti des troubles quelques jours après avoir reçu une troisième dose du vaccin contre le Covid-19.”

    La saison est foutue. Nous lui souhaitons un bon rétablissement en espérant que cela ne sera qu’un mauvais souvenir.

    Un joueur de tennis français classé a aussi vécu un effet secondaire avec le vaccin (2 doses), sa carrière est foutue. Il l’a dit et s’est fait traiter de complotiste !

    Vacciné avec effet secondaire = complotiste. Pas vacciné: complotiste !

    Il faut oublier la politique: un joueur de tennis, son corps, c’est sa vie. C’est une vie très dure de privations et d’efforts pour arriver à ce niveau. Une fois le sommet atteint, pour y rester, c’est encore plus dur. Un champion qui pense que la maladie peut ruiner ses efforts se fait vacciner immédiatement. S’il ne le fait pas, c’est qu’il a ses raisons. Chacun sa recette et ses croyances. Il faut les respecter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *